Si on parlait écriture avec Sébastien Spitzer

19 Sep

Sébastien Spitzer livre en cette rentrée un roman remarqué et remarquable, creusant les questions de filiation avec le destin du fils caché de Karl Marx.

Il revient, ici, sur son rapport à l’écriture et aux lectures fondatrices.

9782226441621-j

Écrire, à quoi ça sert ?

Écrire ça sert à vivre ! Une journée sans une ligne, c’est comme une bouche scellée, un regard éteint. Écrire c’est se replonger dans l’au-delà de la vie présente, dans son prolongement le plus intime. Écrire, c’est remplir un dossier d’admission en HP et s’y trouver bien, mieux que nulle part ailleurs.

Le meilleur compagnon de l’auteur ?

La solitude. Je n’ai pas de compagnon d’écriture. J’ai des contraintes extérieures qui me tirent de ce pli, de cet entre-soi-et-soi créatif.

Son pire ennemi ?

L’autre. Le coup de fil. Le vacarme soudain. La sonnette de l’ami qui débarque à l’improviste.

Une manie d’écriture ?

Le grognement de fin phrase. Je ponctue souvent mes phrases de petits grognements. Mais ça, c’est très intime. Il ne faut pas le dire. Quoique, on s’en fout puisqu’il n’y a personne pour l’entendre !

pierre-soulages-outrenoir-2

Pierre Soulages

De quoi l’écriture doit-elle sauver ? (Référence à un extrait d’Ecrire de Marguerite Duras« Se trouver dans un trou, au fond d’un trou, dans une solitude quasi totale et découvrir que seule l’écriture vous sauvera. » )

L’écriture me sauve du vide et du néant. Elle a rempli ma vie. Et ma pire angoisse est de ne plus pouvoir écrire. L’écriture me sauve de l’impossibilité d’écrire, de l’impossibilité de raconter, de décrire, de découvrir. Elle est le vaisseau ultime de mes voyages intimes.

Comment construit-on un roman ? Son point de départ : Un plan, un message à faire passer, une obsession ?

Le roman nait d’un détail. Comme le diable. Il se loge dans un petit rien, une chanson qu’on entend à la radio, un article dans le journal, une question sur l’attitude adoptée dans tel ou tel contexte. Et toi, qu’aurais-tu fait si tu t’étais retrouvé dans cette situation ? Cette chiquenaude initiale passe ensuite au fer rouge de l’interrogation. Que vais-je en dire ? Que vais-je découvrir ? Où m’entraîne cette idée ? Une fin se dessine. Des personnages surgissent. Un vague plan apparaît et il est temps de se lancer. Tout ça, pour une idée fugace.

Maison_natale_Victor_Hugo_042

Quelle sensation éprouve-t-on lorsqu’on a son premier roman, publié entre les mains ?

Mon éditrice me tannait le jour de la réception de mon premier roman. « Alors ça te fait quoi ? Il est beau, n’est-ce pas ? Et puis t’as vu la qualité du papier ? » L’émotion n’était pas là. Elle était ailleurs, en amont. L’émotion du premier roman était logée dans le faire, dans l’acte d’écrire. J’aime le travail, l’esprit de l’atelier. Le reste, c’est de la boutique. Un roman qu’on écrit est toujours le premier. Une fois publié il ne nous appartient plus.

Définissez-vous par :

            – une œuvre d’art : Un tableau de Pierre Soulages, noir, en apparences

            – un mot : Courage (parce qu’il y a le mot cœur niché dedans)

            – une première fois : Le premier baiser donné à une suédoise qui me répétait sans cesse « Yabla Mug ! Yabla Mug » ! Moi je croyais que ça voulait dire je t’aime. Nous nous roulions des pelles.Nous nous roulions dans l’herbe. Mais le lendemain, j’ai appris que cela voulait dire « saloperie de moustiques »!

Citez trois ouvrages fondateurs

« Pour qui sonne le glas« , d’Hemingway, parce qu’il m’a donné envie d’écrire

« Voyage au bout de la nuit », parce qu’il m’a donné envie de travailler mes mots

« Fairy Tale » d’Hélène Zimmer, parce qu’il m’a fait percevoir ce qu’était un bon auteur de dialogues.

Le dernier roman qui vous a étonné

« Les Misérables », relus cet été. Chaque phrase est pétrie de génie.

lelivr_RO40106027

Publicités

Une Réponse to “Si on parlait écriture avec Sébastien Spitzer”

  1. eimelle Toursetculture 19 septembre 2019 à 19:21 #

    je n’ai pas résisté, je l’ai ajouté à ma liste d’envies!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :