Après la fête, Lola Nicolle.

3 Sep

(Il paraît que c’est la rentrée…

Les 68 premières fois sont de retour avec 23 titres dans leur besace, 23 titres dont ce premier roman éblouissant, paru aux Escales)

COUVAprèslafête

« Il y a la constance des uns, la folie douce des autres, les blessures murmurées lorsqu’il est un peu tard, les aveux d’amour et nos grandes amitiés qui, sans prévenir, nous éblouissent soudain. »

Lola Nicolle fait son entrée en littérature par la grande porte, celle des textes qui claquent et qui posent dans le monde des livres une empreinte reconnaissable entre toutes.

Avec, Après la fête, elle explore la passion et le basculement vers le monde adulte, dans ce qu’il comporte de désillusions, de responsabilités et de fin d’insouciance.

On apposera le terme contemporain ou moderne sur ce roman, il faut se méfier des qualificatifs, ils conduisent à la facilité et concourent à mettre dans des cases.

Il l’est par le thème traité ou l’époque dans laquelle il s’inscrit peut être. Mais de tout temps, n’y a-t-il pas eu ce douloureux passage à l’âge adulte, celui des choix et donc du renoncement, de la confrontation à une réalité mordante et sombre ?

Ce roman est un grand texte, fiévreux et habité, qui vient attraper les tripes et secouer les larmes que l’on porte.

La langue de Lola Nicolle est enflammée, urgente, poétique et sans concessions. Elle magnifie le désespoir, elle s’habille de noir avec lumière, jamais elle ne tombe dans la facilité ou dans un ton en dessous, elle tient la corde, le fil sur lequel on vit, comme un funambule.

Comme si la langue devait brûler, les mots sortir pour ne pas consumer l’être qui les porte.

On peut lire pour apprendre, pour s’évader, pour rire ou se détendre. Moi, je ne lis que pour vivre mieux, pour que les mots des autres me portent ou me consolent. Le roman de Lola Nicolle entre dans la catégorie de ceux qui autorisent à ressentir, à avoir mal même dans une cage dorée et qui comblent la solitude que l’on ressent. Il porte dans ce qu’il dit d’universel et qui vient chercher le personnel en chacun. Il est toujours étonnant de lire des mots que l’on pourrait faire sien, comme une évidente rencontre, même de papier.

« Parfois, je souhaitais que tu m’aides à enlever ces masques de carton. Que tu décapes mes manières, que tu arraches mes vêtements et me forces, dans l’espace de l’appartement, sur le territoire de notre amour, à rester nue, sans fard, loin de cet être social qui faisait ma réussite dans les autres domaines. »

Lola Nicolle use de la deuxième personne du singulier avec brio, comme si elle voulait toucher le lecteur au plus près, le faire vibrer de ces passions qui animent, de ces désillusions qui façonnent et de ce monde à affronter.

Un premier roman éblouissant qui va m’accompagner longtemps.

Parce qu’il y a toujours un Après à redessiner et inventer.

Et parce que, surtout, il faut continuer à danser.

« Nous vivions, en somme, une grande fuite en arrière qui nous protégeait de cette époque incertaine sur laquelle, ivres et élégants, nous dansions. »

 

(Rendez vous jeudi, même endroit, même heure, pour discuter écriture avec Lola Nicolle)

 

 

 

5 Réponses vers “Après la fête, Lola Nicolle.”

  1. Antigone 12 octobre 2019 à 12:16 #

    Je n’ai pas été aussi touchée que toi, malgré la très belle écriture. Mais ce livre rencontre ses lecteurs et mon exemplaire a enchanté une autre lectrice, alors tout va bien !! Merci pour ton coup de coeur.

  2. Stephie 15 octobre 2019 à 08:07 #

    Comme d’habitude, ton enthousiasme donne envie de se ruer sur les livres dont tu parles 🙂

  3. mespagesversicolores 15 octobre 2019 à 09:58 #

    Je l’avais déjà repéré! A voir pour un emprunt à la biblio!

  4. eimelle Toursetculture 15 octobre 2019 à 20:12 #

    une nouvelle pépite des 68 ? Je note!

Trackbacks/Pingbacks

  1. Après la fête – Ma collection de livres - 17 octobre 2019

    […] premières fois Blog Domi C Lire  Blog L’Insatiable (Charlotte Milandri) Blog Les livres de […]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :