Les miroirs de Suzanne, Sophie Lemp.

18 Juin

« Avant de claquer la porte, elle aperçoit son reflet dans le miroir de l’entrée. Ses paupières sont légèrement gonflées, ses traits tirés, de petites rides courent autour de sa bouche. Mais ce visage qu’elle ne prend plus le temps de regarder est bien le sien. Elle se souvient. Elle est vivante. »

Quand je reviens sur mon blog, j’ai presque envie de commencer par Cher journal. Comme si cet espace ne servait plus qu’à laisser une trace des beaux moments. Une trace pour moi, comme pour marquer le temps qui file de quelques cailloux. J’ai rencontré Sophie Lemp avec son premier roman, ce si beau fil qui a été un des livres marquants, parce qu’il a permis des rencontres. Sa rencontre. On a cheminé un peu ensemble, se parlant de choses profondes sans suivre les us et coutumes qui voudraient que l’on déballe son cv en insistant sur les cases état civil avant d’en venir à l’intime. Comme si par l’écrit, tout était déjà possible.

Il y a eu Leur séparation, texte plus sombre  que j’ai aimé aussi, qui pose la question du couple de parents, du rapport de l’enfant à ce duo originel.

Il y a eu d’autres choses et il y a eu Les miroirs de Suzanne. Je savais qu’il arrivait, ce troisième roman, troisième livre. Et puis, un mercredi d’hiver ensoleillé, au milieu de mes deux enfants jouant, une proposition folle, un rendez-vous parisien rapide, la lecture du roman de Sophie et un OUI enthousiasme. Accompagner Sophie et la maison d’éditions Allary dans la promotion de ce troisième roman.

sophie-lemp-les-miroirs-de-suzanne-couverture-hd

L’aventure était humaine avant tout, il ne doit pas être difficile de faire connaître quand on aime, quand c’est beau et quand on est attachée infiniment à son auteur. Il suffit d’un peu d’énergie. Je pensais. Je croyais.

Il y a eu des beaux moments, des billets de blogs divins, une rencontre dans un café aux jolis papiers peints, il y a eu des heures et des heures d’échanges avec Sophie sur ce qu’on imaginait, rien n’était trop beau, un portrait chinois m’ouvrant à des sphères inconnues de technique et de montage. Et puis, il y a eu la réalité, un secteur morose, la difficulté à faire émerger un titre au milieu de cette surproduction effrayante et le travail, o combien éprouvant, d’attachée de presse.

De tout cela, il reste des sensations contradictoires, des beaux moments, l’enthousiasme qui a précédé à tout, une amitié renforcée qui rend la vie plus douce.

Mais de tout cela, il reste surtout un roman.

Les miroirs de Suzanne sont une ode à la délicatesse et à la nécessité de trouver son refuge. Dans l’écriture pour Suzanne, dans la lecture et le dessin par Martin. Il est question de résilience et d’intimité, de l’autre qui rend vivant, des souvenirs que l’on veut protéger de l’oubli. Sophie Lemp n’a pas perdu la douceur qui la caractérise mais qui n’empêche pas le grave. Les sentiments sont justes et précis dans le dénuement d’une langue posée là comme une mélodie, qui réconforte au moment où on l’écoute.

Les miroirs de Suzanne sont une quête, celle quotidienne du chemin à suivre, celle intime du sens à une vie. Il est l’autorisation à devenir aussi, à écrire et à le dire haut et fort.

« Dans les larmes de Martin, il y a les souffrances qui sautent aux yeux, celles que l’on devine et celles que l’on côtoie sans les remarquer. Celles qui durent et celles qui finissent par s’estomper. Celles qui font vieillir et celles qui endurcissent. Celles que l’on expose et celles que l’on tait. »

Il y a du beau et de l’essentiel dans ces miroirs. Il y a de nous et il y a un roman, à côté duquel il serait dommage de passer. Parce qu’il apaise et qu’il arrête la course folle, le temps d’une lecture.

 « Dans les miroirs de Suzanne, une crainte toujours assombrissait la joie. La peur de se tromper, de souffrir, de ne pas savoir, de regretter. Ce soir, elle remarque l’absence de voile sur son visage. L’écriture a débusqué la peur. »

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :