A nous regarder, ils s’habitueront. Elsa Flageul

11 Jan

Est-ce ça être parents ? Faire des tours de garde sur le chemin de ronde, l’un après l’autre ? Oui, pour que le château jamais ne s’écroule.

La maternité est l’aventure la plus vertigineuse, presque schizophrénique tant les sentiments se bousculent et le paradoxe est grand. Est-il possible d’éprouver à la fois tant d’amour et de dévotion et dans le même temps une angoisse frôlant la terreur parfois ? Elle est une expérience singulière, plus encore quand le bébé que l’on attend se décide à venir trop tôt.

C’est le postulat de départ du nouveau roman d’Elsa Flageul. Alice et Vincent attendent leur premier enfant avec ce mystère et ce bonheur fou que cela procure. César arrivera trop tôt, trop tôt pour ce corps encore en construction, trop tôt pour des amants pas encore prêts à devenir parents.

9782260032205ori

Commence alors l’attente, l’angoisse, la plongée dans les recoins du service prématuré, les visages que l’on croise, les paroles qui assomment, la sortie sans le bébé au chaud dans son couffin, les sentiments que l’on n’ose dire, la solitude qui étreint.

Alice ne pleure plus, elle ne peut plus pleurer, il n’est plus temps pour les larmes, : les larmes c’est pour les nantis du désespoir, c’est pour le haut du panier, les larmes c’est les perles des bourgeois du malheur.

Parfois (souvent) à la mère, se soumet la femme. La maternité lisse les aspérités, fait enfouir les envies et les démons. Alice fait ce que l’on attend d’elle, mais vibre différemment, tente de se raccrocher pour échapper à la pente vers laquelle l’attente et la peur voudraient la faire glisser.

Elsa Flageul parvient à livrer un roman profond et intime, loin du tableau rose que l’on voudrait dresser de la maternité, sur cette femme forte et indépendante qui se trouve à la merci d’un petit corps en formation. Mais parce qu’un enfant se conçoit à deux, la voix du père n’est pas oublié dans ce roman, ce rapport différent à l’enfant, nécessairement mais dont les émotions peuvent être toutes aussi vives.

Il est difficile d’explorer la maternité sans glisser dans des clichés, en livrant précisément et viscéralement ce qui se joue, Elsa Flageul y parvient, non sans rappeler le magnifique roman, Mon amour, de Julie Bonnie, sur ce que la maternité fait de la femme et du couple.

Elles sont essentielles ces voix qui avec pudeur et délicatesse, force et intelligence, cassent les idées préconçues et écornent le mythe tenace et doux de la maternité bonheur pour décrire la réalité de ces sentiments ambivalents qui déstabilisent tant et culpabilisent tout autant.

Elsa Flageul confirme son talent d’écrivain de l’humain avec une écriture incisive, drôle parfois, émouvante toujours et qui s’en tient à l’essentiel des émotions et des situations pour que le lecteur se sente embarquer, se retrouvant face à un miroir.

 

Alors, doucement, Alice sombre.

Alice sombre et personne ne le voit.

 

Une très belle interview d’Elsa Flageul avec des lectures d’extraits du roman sur ce lien: https://www.rts.ch/play/radio/versus-lire-et-penser/audio/elsa-flageul-a-nous-regarder-ils-shabitueront?id=10119709&station=a83f29dee7a5d0d3f9fccdb9c92161b1afb512db

Petite anecdote: le jour où j’ai reçu ce livre, c’était un mercredi. Jour des enfants, jour de mes enfants. Les deux avec moi toute l’après midi, j’ai commencé les premières pages, je n’ai pas pu le poser, je l’ai lu avec leurs interruptions, leurs « maman tu m’aides », leurs rires aussi, avec un jouet dans une main, le livre dans l’autre, un répit un peu plus long le temps du bain, un œil sur yeux. Cela a rendu la lecture sans doute encore plus chargée d’intime, et j’ai eu l’impression ce jour de leur voler du temps pour moi. Il y a de cela dans la maternité, une question de temps, pour soi, pour l’autre, de vol aussi ou d’appropriation.

 

Publicités

Une Réponse to “A nous regarder, ils s’habitueront. Elsa Flageul”

  1. Folavril 12 janvier 2019 à 08:04 #

    Oh il me le faut il me parlera certainement beaucoup… magnifique ta chronique!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :