Ni tout à fait une autre, Caroline Vié.

3 Avr

« Je me dis qu’il pourrait être temps que je sois heureuse. J’ai égaré le mode d’emploi. »

Il y a eu Brioche, sa fulgurance, son uppercut.

Il y a eu le magistral Dépendence Day qui encore des années après continue à me revenir en mémoire.

Il y a Ni tout à fait une autre.

arton26779

Troisième roman de Caroline Vié qui conforte son talent et qui donne à voir la libération de l’auteur, et peut être de la femme. Comme l’impression que sans enlever l’essentiel, Caroline Vié se resserre sur le noyau, sur ce qui fait une vie avec toujours cette étincelle bien à elle.

L’amour, la mort, des mets délicieux, des odeurs, le soleil, les autres et soi. Ce que l’on fait de sa vie, dans son dévouement aux autres ou dans la quête de ce qui tous les matins doit faire vibrer.

Soi et l’humain avec un cœur décuplé, servi par une écriture qui sait venir cueillir le lecteur.

Jamais Caroline Vié ne masque les drames et l’infortune, la perte et les absents, elle vit avec, danse parfois. Comme si le cœur n’avait pas de protection, l’esprit pas de filtres, comme si vivre était tout affronter sans demi-mesure, le bon et le dur,

Peut-être qu’elle est là la recette pour une vie heureuse : ce mélange de rock et de résilience, de profondeur et de goût des autres. Et cette lumière, comme un phare à ne jamais perdre de vue.

Il y a ce quelque chose d’indéfinissable dans l’écriture de Caroline Vié, comme un éclat particulier qui me percute à chaque fois dans ce qu’il dit de sa vision de la vie, de son humanité et de sa quête, dans ce qu’elle vient me chercher alors même que l’histoire est à des kilomètres de ma vie ; parce qu’un final, quel qu’en soit le décor, les acteurs et le réalisateur, on a tous les mêmes questionnements et ces doutes chevillés au corps, et parce que dès lors que l’humain est au centre de tout, les rêves et les aspirations se ressemblent, à en devenir des miroirs. Devenir soi.

Se prendre la vie en pleine face et sourire quand même, avec dans le regard une tendresse débordante et une force déterminée.

« La vie est faite de renoncements infimes, si minuscules qu’on ne les remarque que quand on en fait la somme. »

 

Publicités

Une Réponse to “Ni tout à fait une autre, Caroline Vié.”

  1. lucie38 3 avril 2018 à 16:35 #

    Je suis comme toi j’adore la plume de Caroline !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :