Et mon luth constellé, Ariane Schréder

23 Fév

En 2013, j’écrivais à propos du premier roman d’Ariane Schréder, La silencieuse  » Cela fait un moment que j’ai refermé ce livre, mais il est toujours là, près de moi. J’ai suspendu plusieurs fois la lecture pour avoir le plaisir de replonger dedans, chose que je fais très rarement. Expliquer mon rapport à ce roman est donc particulier. »

Je pourrais reprendre le même point de départ pour son deuxième roman que j’attendais avec impatience, Et mon luth constellé. Depuis 2013, la silencieuse ne m’a jamais quittée, ce portrait de femme, cette ode à la vie quand même, à la vie surtout se rappelle à moi les jours de doutes.

51aK9BGjC2L__SX195_

Dans son nouveau roman, Ariane Schréder  reproduit la même magie.

Elle crée une bulle, y fait une entaille, pile à la place du cœur, vous aspire et referme le tout, derrière vous, en silence et sans violence. Une fois que vous êtes installée en sécurité, elles vous embarque, parvient à mettre le temps à distance, le monde peut s’écrouler, vous savez qu’il existe un endroit à l’abri.

Iris et son mystère en robe, l’amour de la littérature, Louise et l’enfance au bout des chaussures, Georges et sa librairie antre, Josette et son café, Jeanne, Luce, Pierre. Autant d’habitants de ce village montagneux, que l’on habite le temps de la lecture. Autant de vies, toutes bousculées par Iris et ses lectures publiques, les rassemblant tous dans le café à la nuit tombée.

Il y a des murmures dans ce roman, de ces habitudes de faire en silence. Il y a de la fantaisie mélancolique. Il y a ces instants qui font grandir, cette quête de l’enfant, des souvenirs et des secrets. Ce roman a la force de ces chansons parfois tristes qui réconfortent les jours de gris, comme une cantate dont la mélodie toujours vous trotte dans la tête.

La plume d’Ariane Schréder possède ce subtil équilibre du beau et du grave, comme si elle avançait, son lecteur avec, sur un fil tendu, oscillant parfois entre la crainte de tomber et la certitude que cette main tendue, jamais ne vous lâchera.

Merci Ariane Schréder, vous faites du bien à ma vie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :