Si on parlait écriture avec Cécile Balavoine?

27 Nov

Cécile Balavoine a signé en janvier dernier un magnifique premier roman, Maestro, à l’écriture profonde et classieuse, à l’histoire passionnée, l’un de ces romans que l’on n’oublie pas et qui demeure un souvenir délicat et profond dans la vie d’un lecteur.

CVT_Maestro_18

Ecrire, à quoi ça sert ?

C’est tenter de vivre un peu plus longtemps, en faisant perdurer le passé, les souvenirs. C’est vivre avec ses fantômes et apprendre à les quitter. Transformer les peines en quelque chose de productif. Une sorte de transmutation bénéfique.

Le meilleur compagnon de l’auteur ?

Le matin très tôt.

Son pire ennemi ?

Tout ce qui parasite le temps de l’écriture : répondre aux mails, au téléphone, écrire un article parce que c’est une commande et que c’est « plus important ». Considérer le temps de l’écriture comme un temps volé.

Une manie d’écriture ?

Si on parle d’une mauvaise habitude, ce serait une tendance à répéter un mot à travers ses synonymes.

Si on parle d’une bonne… se lever aux aurores, se faire un thé, et se lancer.

egon-schiele_1282580809

De quoi l’écriture doit-elle sauver ? (Référence à un extrait d’Ecrire de Marguerite Duras« Se trouver dans un trou, au fond d’un trou, dans une solitude quasi totale et découvrir que seule l’écriture vous sauvera. » )

De l’angoisse de la perte. Ecrire, c’est une façon de garder, ou de ne pas perdre, de ne pas oublier. A la fin de Confessions d’une radine, Catherine Cusset écrit qu’avec l’écriture « Même la perte n’en est pas une : à cette spéculation on ne peut que gagner. La souffrance est matière première. Tout négatif reconverti par l’écriture devient du positif ».

Comment construit-on un roman ? Son point de départ : Un plan, un message à faire passer, une obsession ?

Une obsession, c’est sûr. J’ai l’impression d’écrire pour en venir à bout. Le point de départ, ce sont des images ou des pensées qui me hantent mais que j’ai quand même peur de voir disparaître. Il me faut un sentiment d’urgence pour écrire.

Combien de textes proposés avant ce premier roman publié ?

Deux ? Trois ? J’ai déjà oublié. C’est plutôt bon signe.

41wrgDhiwfL._SX314_BO1,204,203,200_

Quelle sensation éprouve-t-on lorsqu’on a son premier roman publié entre les mains ?

Lorsque j’ai vu les piles de livres, dans la petite pièce du service de presse du Mercure de France, je n’ai pas pu retenir mes larmes. C’était une émotion tellement intense. J’avais attendu ce moment depuis des années mais je ne l’avais jamais vraiment imaginé. Et là, il y avait un objet très beau, avec sa couverture bleue et la reproduction de Klimt sur le bandeau. Je n’en reviens toujours pas.

Définissez-vous par :

  • une œuvre d’art : Les dessins érotiques d’Egon Schiele, par exemple Couple assis ou Les Amants. Mais aussi le portrait de Walburga Neuzil et l’autoportrait de Schiele, un diptyque plein de mélancolie.
  •  un mot: Douceur
  • Une première fois: voir la question précédente

Citez trois ouvrages fondateurs

Les contes et nouvelles de Maupassant

Passion simple d’Annie Ernaux

Le Livre brisé de Serge Doubrovsky

Le dernier roman qui vous a étonnée

Le Mur invisible, de l’Autrichienne Marlen Hausofer

 

 

Une Réponse vers “Si on parlait écriture avec Cécile Balavoine?”

  1. GENEVIEVE MUNIER 27 novembre 2017 à 12:10 #

    Dans 3 jours nous serons en décembre, dernier mois de l’année et pour moi, toujours le meilleur roman de l’année 2017.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :