Si on parlait écriture avec Rachel Khan? (68 premières fois)

30 Sep

Rachel khan a offert, en janvier dernier avec Les grandes et les petites choses, l’un des plus premiers romans les plus tendres et doux, de ceux qui donnent envie de sourire et de vivre pleinement. Rachel Khan sera présente au salon du Mans notamment pour la rencontre organisée par les 68 premières fois le dimanche 9 octobre au Mans, et nous parle écriture sur le blog!

grandes-petites-choses-l-fv8jxs

Ecrire, à quoi ça sert ? 

S’offrir au monde. Souvent nos idées, nos histoires intérieures, nos rêveries restent englouti au fond de nous, dans le meilleur des cas nous les partageons vite fait entre amis. Ecrire s’est s’inscrire dans un temps long pour offrir nos pensées, nos idées et à travers elles des sensations aux lecteurs. C’est aussi en tant qu’auteure se faire un point entre le monde et soi-même, se redéfinir (même si on ne parle pas de soi au sens propre dans le livre), c’est redéfinir les contours de nos pensées pas des mots. Donc l’écriture, comme la lecture permettent de renaitre au monde par des histoires renouvelées et par ricochet des actions nouvelles.

Le meilleur compagnon de l’auteur ?

Le chat. Celui qui vous réveille tôt en grattant à la porte et vous sort du lit pour écrire. Celui qui se couche sur les touches de l’ordinateur alors que très justement vous êtes dans une impatience, que vous pensez avoir trouvé le mot juste, la phrase parfaite… le chat qui empêche, donc qui crée l’envie irrésistible d‘écrire. Il avait raison de me faire attendre, la phrase est plus jolie ainsi. Celui qui joue avec vos stylos  comme s’il avait compris que l’encre qui est dedans était un trésor. Celui qui reste stoïque, qui règne sur votre bureau en connexion mystique avec votre histoire et qui en connaît tous les personnages. Je me suis persuadée de l’existence d’un code de communication entre Nana et moi : elle valide, approuve certaines directions de la narration et sait aussi me détourner des idées pas terribles.

Son pire ennemi ? 15h, l’heure de la sieste…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Une manie d’écriture ? 

Le matin à l’aube, avec mon vieux gros pull bleu doudou.

De quoi l’écriture doit-elle sauver ? (Référence à un extrait d’Ecrire de Marguerite Duras« Se trouver dans un trou, au fond d’un trou, dans une solitude quasi totale et découvrir que seule l’écriture vous sauvera. » )

De l’inaction, de l’absence de courage, de la malhonnêteté, de la fourberie, des injustices, des mots de vide de sens, de tout ce qui, pour le clin d’œil à Marguerite Duras, nous a amenés politiquement au fond du trou …

Comment construit-on un roman ? Son point de départ : Un plan,  un message à faire passer, une obsession ? 

Très précisément les trois. Mais dans l’ordre je dirais le message, l’obsession puis le plan.

Combien de textes proposés avant ce premier roman publié ?

C’est le premier texte que j’ai proposé … donc une « toute toute » première fois !

Quelle sensation éprouve t on lorsqu’on a son premier roman, publié entre les mains ?

Irréel. J’étais convaincue que je n’avais pas écrit ce livre. A la soirée de lancement, je me disais « Roo tous ces gens qui sont venus et qui pense que c’est moi qui ait écrit. Il faut que je leur dise que je n’ai rien avoir avec tout ça, qu’il y a eu un quiproquo…bon j’attends 5 min, le temps que tout le monde soit là. » Mais comme il manquait toujours quelqu’un j’ai rien dit et finalement j’ai accepté.

le-baiser

Définissez-vous par :

une œuvre d’art : Le baiser. Gustav Klimt 1916-1918

un mot : ancrée (encrée)

une première fois : je me souviens du jour où j’ai marché pour la première fois. C’était à la crèche et le sol était gris, ma marraine était venue me chercher et il y avait plein de dames autour de mois qui avaient l’air content, mais je ne comprenais pas pourquoi.

Citez trois ouvrages fondateurs

Une vie de Maupassant

Le livre de ma Mère Albert Cohen

Gros Câlin Emile Ajar

Le dernier roman qui vous a étonné

Charlotte (un joli prénom !) de David Foenkinos

Grand merci à Sabine du blog Carré Jaune pour ce nouveau visuel!

 

 

Publicités

Une Réponse to “Si on parlait écriture avec Rachel Khan? (68 premières fois)”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Si on parlait écriture avec Rachel Khan? (68 premières fois) — L’insatiable | Le Bien-Etre au bout des Doigts - 30 septembre 2016

    […] via Si on parlait écriture avec Rachel Khan? (68 premières fois) — L’insatiable […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :