A tombeau ouvert, Bernard Chambaz

6 Sep

La télévision n’était pas encore ce monstre énorme trônant comme un maitre, elle était même dissimulée dans une vielle armoire. Pas de sorties intempestives, jamais de sons en émanant avant le programme de 21 heures. Tout au plus au gré d’une désobéissance, lorsqu’assez grande pour se garder seule, le goût de l’interdit faisait coulisser l’objet sur ses rails pour que le son, toujours au plus bas, fasse une présence, présence à faire disparaître dès le bruit des clés ;

Sauf ce dimanche matin où elle avait eu le droit de produire des bruits de moteur, et où elle avait montré la mort en direct.

Imola. 1er mai 1994. Senna, beau, jeune et déjà adulé.

La mort en direct, le casque jaune penché. La stupéfaction, le silence les mains sur la bouche. Les larmes. Les hommages ensuite, ces foules brésiliennes.

Un souvenir singulier, appuyé pour la petite fille que j’étais. L’évocation de Senna a depuis une résonnance particulière.

A tombeau ouvert m’attendait, évidemment, pour les souvenirs et pour cette sensation que cet événement fait partie de ma vie ; Il fait partie de la mémoire collective, même les non passionnés le connaissent.

1540-1

La prouesse de Bernard Chambaz est de refaire vivre l’homme derrière le mythe, de le rendre vibrant et vivant. Et bien plus encore, de faire un roman autour de l’urgence de vivre, de ce sport où pour devenir un dieu, il faut côtoyer la mort, de cette folie de vitesse, comme un élan de vie, pourtant.

La grande sensibilité et la discrétion de Bernard Chambaz offrent un portrait fin et délicat, de cet homme pourtant excessif et débordant. Senna, oui mais Martin aussi, le fils disparu de l’auteur, ce deuil impossible de l’enfant, par petites touches, loin de l’autofiction.

Pour les fans de F1 c’est un pur régal. Pour les non amateurs, ce roman saura séduire par cette douce urgence, par ce gamin qui a voulu côtoyer les cieux et qui a réussi. Et surtout il démontre la délicatesse de Bernard Chambaz dans une écriture délicate touchante et passionnante. A fleur de peau.

Cliquez sur le logo pour la chronique radio

Cliquez sur le logo pour la chronique radio

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :