Si on parlait écriture et premières fois avec Anne Collongues ?

30 Août

Ce qui nous sépare est un roman que l’on n’oublie pas, on entend longtemps sa musique singulière, on a l’impression de les avoir croisés ces destins, d’avoir été au milieu de ce compartiment et de sentir vivre l’autre, de voir en mots la solitude au milieu du nombre. Un premier roman d’une maitrise parfaite, qui donne à voir notre propre reflet.

Anne Collongues a accepté de répondre à mes questions et de participer à la table ronde organisée par les 68 premières fois le 9 octobre prochain, dans le cadre de la 25ème heure du livre au Mans.

 

Crédit photo: Sabine Faulmeyer

Crédit photo: Sabine Faulmeyer

1.Ecrire, à quoi ça sert ?

A comprendre (et à pardonner), à voir autrement…

J’ai entendu l’été dernier à la radio, Annie Ernaux citer une écrivaine japonaise qui disait « écrire c’est regarder les choses jusqu’au bout ». Je ne pourrais pas dire mieux, je crois.

2.Le meilleur compagnon de l’auteur ?

La ténacité, les livres, la vie !

3.Son pire ennemi ?

Lui-même.

4.Une manie d’écriture ?

Dans la pratique ? Je ne crois pas avoir encore assez de bouteille pour en avoir une !

Dans le style ? Si j’identifie un automatisme, alors j’essaie de le désamorcer.

terrasse

5.De quoi l’écriture doit-elle sauver ? (Référence à un extrait d’Ecrire de Marguerite Duras« Se trouver dans un trou, au fond d’un trou, dans une solitude quasi totale et découvrir que seule l’écriture vous sauvera. » )

De l’absence de réponse, peut-être.

Que par la recherche perpétuelle, elle comble, console, accepte…

6.Comment construit-on un roman ? Son point de départ : Un plan, un message à faire passer, une obsession ?

Un visage, une émotion, une question, le désir comme le dit si bien B.M Koltès « de raconter bien, un jour, avec les mots les plus simples, la chose la plus importante que je connaisse et qui soit racontable, un désir, une émotion, un lieu, de la lumière et des bruits, n’importe quoi qui soit un bout de notre monde et qui appartienne à tous. »

7.Combien de textes proposés avant ce premier roman publié ?

Aucun, c’est le premier roman écrit aussi.

8.Quelle sensation éprouve t on lorsqu’on a son premier roman, publié entre les mains ?

Etrangeté et joie. Le nom sur la couverture est-il vraiment le sien ?

9.Définissez-vous par :

une œuvre d’art : Toute l’œuvre de Van Gogh (j’ai grandi à côté d’Auvers sur Oise où il vécut ses derniers jours et sa chambre, ses ciels étoilés, ses portraits à l’oreille coupé, ses joueurs de cartes…ont été les seules œuvres – en reproduction – qu’il m’a été donné de voir jusqu’à mes dix ans, et quelles œuvres !. Souvenir très fort de la visite-pèlerinage en classe de CP de l’église qu’il a peinte, de l’auberge Ravoux, de sa tombe…et puis à dix-huit ans de ses tableaux vus pour la première fois «  en vrai » au musée à Amsterdam, en parallèle de la lecture des lettres à son frère…)

une première fois : celles à venir

9782070700387

10.Citez trois ouvrages fondateurs

Vies minuscules de Pierre Michon

La Nuit juste avant les forêts de B.M. Koltes

Le Parti Pris des Choses de Francis Ponge

11.Le dernier roman qui vous a étonné

La jeune épouse d’Alessandro Baricco

Water Music de TC Boyle (et c’est un premier roman !)

 

Publicités

2 Réponses to “Si on parlait écriture et premières fois avec Anne Collongues ?”

  1. Marie-stéphane Vaugien 31 août 2016 à 10:07 #

    livre émouvant,à lire absolument!

  2. eimelle 6 septembre 2016 à 18:47 #

    ces entretiens sont toujours passionnants! et bel éclairage sur chaque livre!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :