Marguerite n’aime pas ses fesses, Erwan Larher, Quidam éditeur

17 Mai

Erwan Larher a la trempe des grands écrivains, de ceux qui parviennent à interroger le monde contemporain dans sa folie et sa grandeur, à mettre mille choses dans un roman aux apparences caustiques; capable de drainer rage et colère du système à travers une littérature exigeante et ténue. Parce que chaque mot est pesé, rien n’est facile, le vocabulaire est riche, le lecteur pris pour un être doué de raison et d’intelligence.

72dpi-marguerite_couv-1ea37d7f78194683f6112415c7e20666

Marguerite n’aime pas ses fesses nous plonge dans un mélange, savamment dosé, de politique et de sexe ; comme si les deux (et l’actualité rejoint toujours la fiction,) ne pouvait qu’être lié : comme si les deux révélaient le bestial et le pulsionnel. C’est le miroir de la société et de ses addictions, de ces étranges solitudes derrière un ordinateur, de ce chaos permanent qui menace à tout moment de tout emporter, que nous tend Marguerite.

Marguerite est plutôt candide ou juste une personne sensible, jeune femme en proie au désir de la maternité alors que son compagnon est un obsédé que l’on aurait envie de baffer à chaque page et que sa mère totalement désinhibée n’offre rien du cadre rassurant qu’elle devrait être, qui se retrouve à rédiger les mémoires d’un président de la République, plus vrai que nature(s). Là où d’autres tomberaient dans la caricature, la maitrise des sentiments et la sensibilité de l’auteur donnent du relief et de l’aspérité aux personnages.

C’est sombre et c’est drôle, c’est piquant et jubilatoire. C’est un désordre travaillé,  un peu too much de temps en temps mais c’est viscéral et rageur. Marguerite rafraîchit, fait sauter les conventions et prend les chemins de traverse.

On le referme, en ayant souri beaucoup, en jubilant des bons mots, et en ayant, comme après chaque roman d’Erwan Larher, l’envie d’hurler et de changer le monde. Même avec Marguerite, surtout avec Marguerite !

Délicatement délicieux, même dans le trash, Erwan Larher ne minimise jamais le style, que l’on sent élimé, défait d’artifices. C’est dérangeant, et politiquement incorrect, c’est loin du consensuel, c’est bilieux et fiévreux. C’est un roman politique, à suspens, sexuel plus qu’érotique, c’est un roman sensible et en questionnement ; C’est foisonnant. Mille choses  contenues dans 255 pages, du talent surtout.

Même (ou surtout) quand il est drôle, Erwan Larher ne laisse pas tomber son combat pour la littérature et pour montrer la société contemporaine dans ses affres.

Merci, Monsieur et longue vie à Marguerite!

(chronique radio ici)

Cliquez sur le logo pour la chronique radio

Cliquez sur le logo pour la chronique radio

 

Pour les chanceux qui habitent au Mans (ou pas loin), Erwan Larher sera en rencontre croisée avec Sigolène Vinson (que vous connaissez forcément si vous lisez ce blog), à la librairie Doucet le 18 mai à 18h30. Un moment riche en perspective!

Publicités

4 Réponses to “Marguerite n’aime pas ses fesses, Erwan Larher, Quidam éditeur”

  1. Estelle 18 mai 2016 à 18:53 #

    Je ne connaissais ni le roman ni l’auteur et ta revue m’intrigue !

    Estelle
    lalippequimurmure.fr

  2. noukette 23 mai 2016 à 18:12 #

    Vendu !!

  3. Virginie Vertigo 24 mai 2016 à 21:53 #

    Il me donne envie !

Trackbacks/Pingbacks

  1. Murmures à Adèle (2016-2017) | L'insatiable - 22 décembre 2016

    […] de la violence ou en te montrant que l’on peut être idéaliste et drôle avec une certaine Marguerite. Et pour t’aider à comprendre, et à te sentir libre, tu pourras découvrir les […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :