La vocation, Sophie Fontanel

3 Fév

Grandir avait été un roman troublant, de ceux qui accompagnent une vie, traitant du douloureux avec une lumière tenace,  une tendresse colossale.

Avec La vocation, Sophie Fontanel parvient à renouveler son juste mélange, celui de l’humour et de la légèreté sans jamais se dénuer de profondeur. De l’humour délicat, de la légère gravité, de ces nuances qui fondent une vie, de la tendresse à chaque geste, dans chaque mot.

9782221187692

De sa grande mère arménienne fuyant la Turquie pour venir découvrir le rêve parisien en 1923 à sa nomination au poste de Directrice Mode du magazine Elle, Sophie Fontanel peint avec son écriture fine et pétillante, le destin de femmes portées par l’élégance.  Elle parvient à toucher l’humanité, non pas entendu comme ce mot derrière lequel on met le chaos, les grandes idées ou les combats de demain, mais l’humanité dans les gestes au quotidien, dans ce qui fait que l’ordinaire ne l’est pas, dans cette douceur renouvelée, développée dans les petites interstices des instants que l’on ne voit plus.

La mode ? Elle me semblait inutile, détestant faire les magasins, et pourtant ce livre lui redonne sa place, ne serait ce que celle qui permet de dire que l’on a droit aussi de s’habiller comme on veut, moi qui faisait d’une obsession le fait de pouvoir aller travailler en jean, finalement l’habit fait le moine, ou non mais il construit aussi. Un être, une femme, une manière de vivre et d’être.

A travers Méliné, Arahide, Knar, Irant, Sophie Fontanel ouvre la porte et parvient, doucement et sans leçon, à montrer ce que l’autre peut apporter, ce que l’étranger comme on le nomme peut offrir à ceux qui ne voient plus leur pays, qui oublie que le beau est partout.

Comme un accès au rêve, comme un hymne à l’élégance de se tenir debout et d’avancer. Comme une parole murmurée et indélébile, « sois neuve ».

Extraits:

« En partant travailler le lendemain matin, il lui laisse un poème sur l’oreille : « Sois neuve. »

Elle lit le poème une fois. Elle lit le poème deux fois. Elle le range avec la page de Vogue. Dans son endroit à trésors. »

Cliquez sur le logo pour la chronique radio

Cliquez sur le logo pour la chronique radio

Publicités

3 Réponses to “La vocation, Sophie Fontanel”

  1. Caroline Doudet (L'Irrégulière) 3 février 2016 à 14:33 #

    Très beau roman !

  2. Sophie fontanel 4 février 2016 à 00:22 #

    Merci mille fois. J’essaie de faire un lien entre toutes ces formes d’existence. Bah, ça aussi c’est ma vocation! Bonne fin de semaine!

  3. clara 4 février 2016 à 09:01 #

    j’avais aimé Grandir donc celui-ci me tente.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :