La fin d’un début (68 premières fois)

18 Déc

Quinze jours que je tourne autour des mots, que je regarde les photos, que je souris. Quinze jours que je me dis que la soirée était belle, qu’il faut que je vous en parle mais que vous savez déjà tout.

Que ce projet des 68 premières fois, idée solitaire à la base, soit devenu un collectif chaleureux et passionné, me parait aujourd’hui encore fou.

Que de nos (mes!) auteurs chouchous aient fait le chemin, se soient déplacés pour venir raconter leurs livres, parler de leur écriture, qu’ils soient là grâce à ce projet, je ne parviens toujours pas à y croire, vraiment.

12341348_10201150685686105_3313765610143402498_n

Pourtant, ils étaient là, Luc Blanvillain, Pascal Manoukian, Séverine Werba (accompagnés par Philippe Jaenada, Tobie Nathan et Xavier Duringer, invités dans le cadre des explorateurs de la rentrée Lecteurs.com) et même si ce billet n’est pas lu d’eux, qu’ils en soient infiniment remerciés.

Ils étaient là et cela m’a émue et m’émeut encore, tant j’avais l’impression que quelque chose prenait corps. De voir quelques-unes de celles qui ont subi mes mails, mes relances, mes questions, de voir cette équipe formée grâce, avec et pour ces 68. Tout cela est plus que moi, tout cela est plus que mon idée, elle est ceux qui ont rejoint le groupe, celles qui ont voulu y ajouter leurs voix,  ceux qui sont venus juste pour soutenir, pour être là à cette soirée, elle est portée aussi par Dominique Sudre chez Lecteurs.com, qui nous accueillaient dans le café littéraire d’Orange.

L’émotion était forte, elle était belle. Sans doute, parce qu’elle était sincère.

12301641_10201150675165842_4893962481508321162_n

Cette aventure n’a pas connu de zones d’ombres, d’ennui ou de colère, elle n’a été que spontanéité, chaleur et partage. Elle n’aura été que tournée vers les livres, sans y chercher l’introuvable, sans besoin de combler un vide ou d’assouvir un ego, elle aura, elle m’aura, une nouvelle fois prouvée que la littérature peut tout, et que les émotions qu’elle procure sont intenses et vivantes.

Et surtout cette soirée (et la journée du 4 décembre dans sa totalité, mais il y a des choses que l’on garde pour soi), par l’énergie qu’elle m’aura donnée et la certitude que la bonne place, l’endroit où je dois être n’est pas loin, me tiendra chaud pour la suite, et surtout me fait dire qu’elle n’est que le début d’une aventure.

Parce que vous conter la soirée est encore difficile, allez voir ce qu’en disent Ludivine chez Emilia et Jean, Céline et son Arthémiss ou Sabine et son carré jaune (merci les filles).

Les 68 ne font que commencer.

Vous me suivez ?

12316150_10201150674885835_4972224882502030385_n

 

Publicités

9 Réponses to “La fin d’un début (68 premières fois)”

  1. eimelle 18 décembre 2015 à 19:38 #

    tu les as fort bien trouvés les mots!
    une bien belle aventure!

    • insatiablecharlotte 19 décembre 2015 à 14:56 #

      Merci Eimelle! Mais ils ne sont pas à la hauteur de ce que je ressens, je crois.

  2. estellecalim 19 décembre 2015 à 08:39 #

    Et toi ? Tu es où ? 😉

  3. noukette 20 décembre 2015 à 00:49 #

    La réponse est oui… 😉

Trackbacks/Pingbacks

  1. Chérissez vous (bye bye 2015) | L'insatiable - 31 décembre 2015

    […] dans le 7ème arrondissement de Paris, autour d’un verre de vin près des halles ou dans un café littéraire Orange. Des regards croisés au salon du Mans, et ce sourire toujours qui porte. Des douceurs encore chez […]

  2. Si on parlait écriture avec Séverine Werba | L'insatiable - 26 février 2016

    […] l’une de mes plus belles découvertes de l’opération des 68 premières fois. Il était l’un des trois préférés du groupe également, nous avons eu la chance de rencontrer Séverine Werba lors de la soirée […]

  3. Les 68 premières fois, le retour ! | L'insatiable - 31 mars 2016

    […] L’année dernière, les premiers romans parus en septembre 2015 avaient voyagé, le défi personnel (celui de lire les 68 premiers romans français), s’était mué en une folle aventure. Quarante lecteurs, des échanges, de billets de blogs, des rencontres, une superbe soirée de clôture avec nos romans chouchous et leurs auteurs. […]

  4. Si on parlait écriture, avec Luc Blanvillain | L'insatiable - 18 avril 2016

    […] Nos âmes seules. Il a été l’un des chouchous de l’opération des 68 premières fois, est venu répondre à nos questions en décembre. Si vous n’avez pas encore rencontré Clément (c’est bien de rencontre  qu’il […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :