Otages intimes, Jeanne Benameur

2 Déc

Tu le trouves où le mot juste, jamais utilisé, pas niais ni mielleux, pas insuffisant ni trop meringué pour ne pas être indigeste ? Tu le trouves où le mot pour désigner un roman que tu pourrais qualifier de baume, de roman réparateur, de cicatrisant, de magnifique ?

Je ne sais pas où le trouver mais je sais qu’il siérait parfaitement au roman de Jeanne Benameur, Otages intimes.

91fokoDHGJL

Quatre personnes, pas de second plan ou de personnages pour servir le principal, quatre destins, quatre façons d’être au monde, sans jugement de valeur. Un nuancier d’émotions, de ressentis du vent et des tempêtes, être dans l’action, dans l’après, dans le départ ou au contraire, donner le temps, ne pas chercher à le fuir, égrainer les secondes et les façonner. Tout est cabossé, soumis à l’autre et ses errements, des êtres unis par des liens singuliers. Inévitablement, le miroir est tendu, pour que l’on étudie au plus près sans fard ni éteindre la lumière ce que l’on est.

Infiniment touchée par le personnage d’Irène, Jeanne Benameur livre en effet un portrait de mère magnifique et peu convenu, avec cette part sombre de la maternité, là où d’autres ne livrent que le miel, cette fragilité qui nait le jour où l’on enfante, comme un courant d’air qui vous fait vaciller chaque jour.

De ces questionnements, de ces errements sur ce que l’humain doit être, sur cette part d’otage de chacun qui se dissimule à nos yeux et qui pourtant doit être le cœur de nos actions pour coller au plus près de la personne que l’on est, de celle que l’on veut devenir.

Un roman éblouissant, qui en ouvrant des petites fenêtres, parvient à faire céder des digues et en fait un livre essentiel.

Extraits

« Il était une fois, il était mille et mille fois, un homme arraché à la vie par d’autres hommes.

Et il y a cette fois et c’est cet homme-là. »                 

 « Dormez, dormez encore, c’est juste l’aube, moi je veille. Pour chacun de vous. Pour nos enfances. Pour la part à l’intérieur de nous que nous n’atteignons jamais. Notre part d’otage. »

« Son pas aura désormais cette fragilité de qui sait au plus profond du cœur qu’en donnant la vie à un être on l’a voué à la mort.

Parce qu’il y a dans le premier cri de chaque enfant deux promesses conjointes : je vis et je mourrai ; par ton corps, je viens au monde et je le quitterai seul.

Il n’y a pas de merci. »

Cliquez sur le logo pour la chronique radio

Cliquez sur le logo pour la chronique

Publicités

8 Réponses to “Otages intimes, Jeanne Benameur”

  1. Folavril 2 décembre 2015 à 10:52 #

    Ouaouh! Très beau billet 🙂 il est dans ma wish list, il faudra que je craque un de ces quatre 😉

  2. Goran 2 décembre 2015 à 10:55 #

    Je ne connaissais pas Jeanne Benameur… Je note.

  3. Sido 2 décembre 2015 à 11:02 #

    Je ne l’ai pas écrit comme toi mais le ressenti est similaire. Ce livre est extraordinaire et m’a beaucoup touchée aussi.

  4. Paméla Gourde 2 décembre 2015 à 15:53 #

    Décidément, il fait des émules ce roman. Va vraiment falloir que je le lise.

  5. noukette 3 décembre 2015 à 11:34 #

    Magnifique… Ton billet, ton ressenti, ces mots si justes, et ceux de Jeanne… Une évidence ce roman… ♥

  6. lafontmagali 3 décembre 2015 à 12:16 #

    Magnifique billet….j’ai découvert Jeanne Benameur avec Présents? J’aime beaucoup sa plume et au vu de ta chronique Otages intimes va rapidement intégrer ma PAL…merci

  7. Juliette 6 décembre 2015 à 09:12 #

    Ce livre est sans doute un de mes préférés de la rentrée littéraire et ton billet est très joli…..

  8. lucie38 13 décembre 2015 à 19:07 #

    tu me décides. Le ton de tes billets ma charlotte a changé, ton écriture a muri. Je suis émue par ça..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :