Bleu de travail. On continue.

19 Nov

Il a fallu éteindre l’image, couper le son. J’ai eu peur, du noir, du vide, du silence. Il fallait aller se reposer mais comment, comme un enfant qui peur du loup, je n’osais pas m’allonger sans un doudou.

Ma tête ne pensait plus depuis 24 heures, pas même l’idée de saisir un livre ne m’avait effleurée. Et là, il fallait une solution, j’ai tendu la main vers un recueil bleu, un livre que j’avais acheté à sa sortie parce que je savais qu’il trouverait sa place au bon moment. Je l’ai saisi, me disant que lire deux ou trois textes (courts, une page à chaque fois) seraient possibles.

Quarante cinq minutes après, je les avais toutes lues, et je pleurais, mais les larmes n’avaient pas le même goût, elle avait le goût de la résilience et de l’espoir, le goût des moments précieux qu’il fallait chérir, le goût du lendemain qui ne sera pas sombre, oh il sera gris mais le blanc reviendra, il sera rempli de doux moments, de sourires et d’espoir.

Parce que Thomas Vinau parvient à utiliser les mots qu’il faut, jamais approximatif, toujours celui qui accroche. Parce qu’il est un poète, c’est un mot qui fait fuir, on repense aux récitations d’écolier apprises sans être comprises, à ces mots qui riment, à ces images que l’on ne comprend pas. Mais poète, c’est une façon d’être au monde, une façon de le saisir dans ses petits instants, dans ces essentiels, c’est ne pas avoir besoin de longs discours pour percuter le réel, pour le rendre dicible, pour faire entendre les sons étouffés. Ce livre est un bijou, qu’il faut porter toujours sur soi et s’en saisir un peu chaque jour pour ne pas oublier. De vivre.

« On tourne en rond. Il faudrait vider les greniers avec de grands balais qui remuent la poussière. Il faudrait rouler avec les vitres ouvertes dans le champ de luzerne. Cueillir les asperges sauvages. Planter son nez là où ça sent. Boire du vin au bord de la rivière. Prendre ce qui passe. Il faudrait se salir. Tous ensemble. Sans projet. Comme avant. « 

bleucouv

« On continue.

Dans un terrain vague, face à la mer, ronde d’enfants gitans autour d’un immense feu de déchets. Image furtive. J’esquisse un sourire à travers la vitre du wagon. je vois un café, c’est l’odeur du jour qui se lève. Le train continue d’avancer. Le soleil continue de monter. Les enfants continuent de tourner (j’espère). »

Cliquez sur le logo pour la chronique radio

Cliquez sur le logo pour la chronique radio

Ce texte, je l’ai écrit lundi, il demeure vrai, dans sa totalité, dans son imperfection. Il demeure malgré les têtes bien pensantes qui vous disent que vous n’avez pas perdu de proches et que donc c’est indécent d’exposer une douleur. Se taire ou faire semblant d’être insensible ne réduira pas la peine des victimes, ne permettra pas de leur ôter une seconde de détresse, sinon oh je me tairais et longtemps. J’ai essayé de le formuler, je n’ai pas réussi, Titiou Lecoq a réussi à merveille à faire, je vous invite à découvrir son texte, C’est pas moi. Et parce que la littérature est une réponse, doit se porter haut, ce soir, La Grande Librairie (sur France 5) fera une émission spéciale avec notamment Leila Slimani et Sigolène Vinson. A suivre donc.

Publicités

4 Réponses to “Bleu de travail. On continue.”

  1. adèle 19 novembre 2015 à 16:20 #

    En écho à ce livre que je lirai, un extrait d’une chanson
    http://www.deezer.com/track/108964904

    NB Quel joli cadeau, le jour où vous m’avez fait connaitre Sigolène Vinson ! Merci.

  2. folavrilivres 19 novembre 2015 à 20:12 #

    Oh, je le note! De lui, j’avais beaucoup aimé Nos cheveux blanchiront avec nos yeux

  3. Rouge velours 20 novembre 2015 à 07:26 #

    Je le note aussi! Merci Charlotte!

Trackbacks/Pingbacks

  1. Vos billets les plus tentateurs des mois d’Octobre, Novembre et Décembre | L'or rouge - 9 janvier 2016

    […] Bleu de travail chez Charlotte l’insatiable, chez Asphodèle […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :