Kokoro, Delphine Roux

12 Nov

Un roman baume, c’est cela qui ressort du premier roman de Delphine Roux. Un roman qui fait couler les yeux, mais qui apaise les blessures, parce qu’elles semblent moins douloureuses quand elles sont partagées. Les images fortes ravivent instantanément des souvenirs, dans leur douleur, dans leur douceur, de ces relations filiales, de ces fratries aux individualités fortes qui se retrouvent autour de ce lien de sang que rien ne peut estomper, de la nécessité de se retrouver pour faire face au deuil.

105975385

Delphine Roux va chercher les émotions dans ce qu’elles ont d’universelles et de simples, sans chercher à analyser, juste à éprouver, à sentir, à ressentir.

La construction est intelligente, simple et pourtant travaillée, juste et sincère.

L’auteur parvient à créer son propre temps, loin de la trotteuse folle. En trois pages, l’atmosphère est posée, le lecteur emporté. Sans violence mais avec force, l’auteur parvient à dire l’essentiel, sur la manière d’être à l’autre.

Un roman doux et amer, lucide et délicat, qui raisonne comme une petite cloche, comme un tintement pour ne pas oublier l’essentiel.

Extraits

« Le plus souvent, j’observe le monde en proximité. Je n’agis pas sur lui, n’essaie pas de le modifier. Pas l’envie, la volonté de ça. Je laisse aller. »

 » Ma grande sœur qui m’aimait comme une mère. Mon inséparable qui me tendait son existence, au risque de tomber; qui m’aidait à avancer. »

« Je ne veux plus rentrer dans les histoires. La mienne, même minuscule, me suffit amplement. »

Ce roman a été un coup de cœur de l’opération des 68 premières fois partagé par plusieurs de mes comparses:

Leiloona chez Bric à Book: « Delphine Roux signe là un premier roman en dehors des sentiers battus. Une petite pierre scintillante d’une belle âme. »

Noukette: « La plume de Delphine Roux est subtile et aérienne, puissante dans les non-dits, souvent sur le fil de l’émotion. Dans ce « dictionnaire intime », les souvenirs affluent, laissent leur empreinte et disent l’essentiel. « 

Sabine et son carré jaune: « Et puis survient l’accident, le drame qui rallume la flamme, redonne la vigueur et le sourire, les ailes du désir. La lumière de vie, l’essence même de nos âmes : kokoro. »

Anita chez Ecriture Factory:  « Delphine Roux est sans conteste une auteure, à lire tout de suite et à suivre avec attention. »

Françoise chez Effleurer son ombre: « L’écriture minimaliste de Delphine Roux semble teinte d’une tristesse aquarellée, comme une estampe d’Hokuzaï. Et c’est un véritable défi de parler d’un deuil avec une écriture si aérienne. »

Eimelle: « Entre douceur et mélancolie, un très joli texte autour de la reconstruction de soi. « 

Jostein: « Koichi aime les kit kat au wasabi, une douceur qui me semble bien correspondre à ce court roman.
A découvrir sans modération. »

Ludivine chez Emilia et Jean: « Kokoro m’a fait l’effet d’un bonbon Arlequin…Vous savez le bonbon avec les bandes de couleurs pastels dessus. Quand on le met dans la bouche il y a d’abord la douceur du sucre qui vient, puis d’un seul coup surgit le petit piquant du bonbon alors qu’on ne s’y attend pas ! »

Céline chez Arthemiss: « Ce premier roman est une parenthèse enchantée dans cette rentrée littéraire et mérite d’être dégusté comme il se doit ! « 

Si avec tout cela, vous ne vous ruez pas chez votre libraire, je démissionne!

Publicités

4 Réponses to “Kokoro, Delphine Roux”

  1. Cantilène aux pantins 12 novembre 2015 à 11:22 #

    Ce n’est pas sympa de me donner envie d’acheter « encore » un livre! quand je vois la pile que j’ai déjà, cela me fait peur 🙂 Merci pour le partage qui me donne vraiment envie de me plonger dans son univers.

  2. lucie38 12 novembre 2015 à 21:49 #

    n’en jette plus, je suis sensible aux choix de cette maison d’édition, je lis les petits pains de la pleine lune en ce moment (oui tu as bien lu : je lis, bon ok parfois je pique du nez et je relis le lendemain mais j’avance quand même)

  3. jostein59 13 novembre 2015 à 08:09 #

    « Un roman délicat » voilà une formule qui convient bien

  4. eimelle 13 novembre 2015 à 19:02 #

    il laisse un très doux souvenir en mémoire!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :