Profession du père, Sorj Chalandon

5 Nov

Elle est peut être là la quête de tout écrivain, creuser les origines, le rapport à l’enfant que l’on a été, aux parents que l’on a et à ce que l’on transmettra ensuite. Il est sans doute dans ce lien, capable de fonder, détruire ou faire basculer une vie le vrai défi de l’auteur, et parce que quoi qu’on en dise, tout part de là.

Ils sont difficiles ces romans basés sur ce lien unique et pourtant universel, il faut du talent, du courage aussi pour qu’un roman touche son lecteur, pour que le fait personnel de l’auteur devienne celui du lecteur, pour que jamais le pathos d’une enfance malheureuse ne donne envie de fermer le livre et de passer à autre chose.

41UrTW8ERaL__SX339_BO1,204,203,200_

Le roman de Sorj Chalandon parvient à cet équilibre délicat, à faire que jamais l’adulte ne juge l’enfant et le parent, et pourtant il y aurait de quoi dans ce récit d’un père mythomane, violent et d’une mère passive. Le rapport de l’enfant qui a grandit à ce père est bouleversant, dans ce qui pourrait être de la résilience, dans ce qui pourrait être le pardon.

Sorj Chalandon a toujours livré dans ses romans des histoires d’une pudeur extrême tout en touchant aux confins de l’intime, dans Mon traître notamment. Il va encore plus loin en livrant son double aux yeux du lecteur. De son écriture, on retrouve la beauté et aucun mot en trop, des phrases courtes, saisissantes et une atmosphère de huit clos qu’il parvient à faire ressentir à son lecteur, enfermé avec lui entre des parents ne tenant pas leurs rôles de protecteur.

De l’enfant qui ne voit que par la figure du père, comment grandir quand celui ci est mythomane, violent et dangereux.

Et puis grandir, et voir les parents déclinés. Mourir.

Se détacher de ce qui fait souffrir, mais jamais ne délaisser ce lien inévitable.

Vivre avec, vivre quand même.

Un roman juste, beau et touchant, l’un des plus beaux de cette rentrée. Tous les romans de Sorj Chalandon sont superbes, celui là ne fait pas exception. Si vous n’avez pas envie de plonger dans une histoire de famille mais que vous souhaitez découvrir Sorj  Chalandon, Le quatrième mur est sublime.

A l’heure des prix, les jurés sont passés à côté de ce texte, et si les prix ne font pas tout, ils permettent un accroissement du nombre de lecterurs, je souhaite profondément que ce livre trouve son lectorat et sa place sous le sapin parce que ce roman n’est finalement qu’une magnifique déclaration d’amour. Malgré la douleur et la violence. L’amour sans condition d’un enfant. Unique.

 

 

Publicités

9 Réponses to “Profession du père, Sorj Chalandon”

  1. Leiloona 5 novembre 2015 à 14:23 #

    J’espère tout comme toi que ce Chalandon obtiendra des prix, ils ne seront que mérités. Son plus beau, à mes yeux.

  2. NicoleG 5 novembre 2015 à 18:20 #

    Jolie chronique ! S’il n’a pas de prix, ce n’est pas bien grave. Il a celui du public, il n’y a qu’à voir avec quelle chaleur il était entouré lors de la soirée de remise du Prix des lecteurs du Livre de Poche (pour Le quatrième mur) !

  3. Caroline Doudet (L'Irrégulière) 5 novembre 2015 à 19:20 #

    J’ai fini par renoncer après avoir pleuré à chaudes larmes en l’entendant dans « Boomerang ». Son histoire remue trop de choses familiales, j’en sortirais dévastée…

  4. jostein59 6 novembre 2015 à 08:03 #

    J’ai beaucoup aimé aussi Le quatrième mur. Et celui-ci est dans ma liste à lire.

  5. noukette 8 novembre 2015 à 23:07 #

    Je me demande ce que j’attends pour découvrir cet auteur…

  6. Louise 10 novembre 2015 à 07:17 #

    Comme Noukette je ne connais pas encore cet auteur. Tant mieux car vu toutes les bonnes critiques ça ne pourra être qu’une belle découverte.

  7. laurielit 11 novembre 2015 à 22:49 #

    de l’amour, oui tellement. Quand l’auteur en parle de ce roman, ses yeux pétillent d’amour, vraiment…c’est fou, c’est violent, c’est beau…et oui pourvu qu’il trouve place dans les bibliothèques et coeurs des lecteurs car ce livre est merveilleux, tout comme le Quatrième mur d’ailleurs tu as raison.

  8. adèle 28 août 2016 à 20:17 #

    Muriel m’a fait découvrir cet été ce livre extraordinaire, apparemment en grande partie autobiographique.
    Comment cet homme a-t-il pu se construire avec (ou malgré) un père pareil et quelles ont été les rencontres ou les ressources intérieures qui ont permis à cet enfant d’avancer vers l’adulte et l’écrivain de talent qu’il est devenu ?
    Le style est à la hauteur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :