Nos âmes seules, Luc Blainvillain (68 premières fois)

20 Août

«  Tu n’as jamais pris au sérieux l’inutile. »

Pour la première chronique des 68 premières fois, il fallait un livre fort, un livre chouchou. A ce stade, 30 livres lus et Nos âmes seules est dans mon top 5, sans hésitation!

Clément.

Myriam

Meryl

JJ

Léonore

Cherkely

Marie

9782259229548

Dresser la liste des personnages d’un roman une fois celui ci refermé depuis une semaine est chose rare chez moi, incapable de me souvenir d’un nom. Pourtant, des personnages qui habitent le roman de Luc Blainvillain, je m’en souviens. Comme des visages que j’aurais pu croiser, ils sont là, permanents.

Rien que cela me trouble.

Tout ce roman me trouble.

Nos âmes seules est un roman insidieux, il s’insinue alors que vous le pensiez inoffensif. La capacité de l’auteur à créer une vraie puissance, parfois violente, avec un style d’écriture simple et extrêmement épuré est bluffante. Il offre des phrases que l’on note, énonçant en quelques mots l’évidence que l’on cherchait à définir. Il tend à démontrer que la force d’un roman ne se trouve pas dans un phrasé d’une richesse trop écoeurante, qui finir par perdre son lecteur, tout est limpide ici, tout est tranchant.

Une plongée dans le monde de l’ambition et de l’entreprise, de la quête et l’usage d’un pouvoir, de l’infinie solitude du leader au milieu de la foule qui l’harangue, de ce que l’on est prêt à faire pour se donner l’illusion d’être aimé.

Clément ou un personnage qui hante longtemps, qui n’est finalement que le reflet d’une génération, d’une partie de nous en quête de sens, même s’il est inutile. Un homme que l’on se prend à aimer, et à vouloir protéger, alors même qu’il aurait pu être celui que l’on déteste, tant il nous ressemble dans notre soif insatiable de reconnaissance.

Une écriture fine et oscillant entre le simple mais vrai et le fulgurant, comme pour faire tanguer le lecteur qui ne s’attendait pas à la vague.

Un roman entêtant et déroutant. Un auteur qui entre aujourd’hui dans mon (très sélect) carnet des incontournables!

Parce qu’un roman, c’est un auteur mais pas que, un bravo à la talentueuse Lisa Liautaud, , éditrice notamment d’Erwan Larher et de Sigolène Vinson! Tout est réussi dans ce roman, y compris la couverture ! Bravo Plon pour cette jolie rentrée, je vous parle vite de deux autres de leurs nouveautés !

Extraits

« L’idée qu’une vie, une vie ordinaire se déroule ainsi, aux heures de bureau, ne le réconforte guère. C’est justement à cela qu’il a toujours voulu échapper. Cette juxtaposition d’instants creux, de tâches minuscules ne débouchant sur rien, cette duplication sempiternelle du présent. »

« Deux personnes suffisent à former un petit troupeau. Le couple offre une grégarité liminaire tout à fait suffisante, plus légère pour les transhumances et non moins rassurante.  »

« Toutes les mères profs rêvent de pondre un petit Rimbaud, pas un arriviste frelaté, racorni à vingt-cinq ans, ravalant sa rage, puisant dans le calcul le courage d’être lâche. »

« L’entreprise, c’est le monde, ni plus ni moins. Les alliances et les intérêts y sont seulement un peu plus lisibles.  »

 

Crédit: Agnès Druesne

Crédit: Agnès Druesne

 

Publicités

22 Réponses to “Nos âmes seules, Luc Blainvillain (68 premières fois)”

  1. Tiben 20 août 2015 à 08:28 #

    Ravi de lire cette chronique Charlotte. Gros coup de coeur pour ma part également.
    Je publierai ma chronique dès que Karine m’en donnera l’autorisation 😉

  2. jostein59 20 août 2015 à 08:31 #

    Un roman qui me semble effectivement avoir « du fond ». C’est un peu ce que je recherche en participant à ce projet. Je le classe dans mes intentions de lecture.

  3. Mokamilla 20 août 2015 à 09:29 #

    J’aurais volontiers participé à ces 68 premières fois. La rentrée littéraire vue ainsi me plaît. Je suis arrivée trop tard mais bravo pour ce projet.
    Et si ce titre est incontournable, il trouvera mes étagères quand l’occasion se présentera.

    • insatiablecharlotte 26 août 2015 à 14:13 #

      Merci Moka, tu peux te joindre au projet sur LEcteurs.com qui participe aussi en faisant voyager les livres également!

      • Mokamilla 26 août 2015 à 14:24 #

        Je vais aller voir ça. Merci Charlotte.

  4. eimelle 20 août 2015 à 09:53 #

    j’en ai lu la moitié, et pour le moment, c’est très positif!

  5. motspourmots 20 août 2015 à 10:26 #

    Hâte de le découvrir !

  6. Gwenaëlle Péron 20 août 2015 à 11:34 #

    Ce roman m’attirait, et maintenant, j’ai très envie de le lire… Les tentations ne font que commencer!

    • insatiablecharlotte 26 août 2015 à 14:12 #

      Celui là il faut le lire! Parce que c’est un nouveau romancier dans le monde des adultes, et parce que ce roman est excellent!

  7. titine75 21 août 2015 à 08:28 #

    Ton billet me fait très plaisir puisque ce roman attend bien sagement dans ma PAL ! Je sais maintenant que je passerai un bon moment en sa compagnie.

  8. noukette 22 août 2015 à 15:57 #

    Il m’attend, je savoure d’avance…!

    • insatiablecharlotte 26 août 2015 à 14:11 #

      Savoure le délicatement Noukette! (au milieu des 68 et toujours un de mes chouchous!)

  9. Aliénor 23 septembre 2015 à 16:52 #

    Effectivement, l’auteur s’y entend pour créer une atmosphère particulière, dans laquelle le lecteur plonge dès les premières pages. La couverture est très réussie d’ailleurs. Un premier roman dont il faut parler.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Annonce personnelle. Annonce personnelle. | L'insatiable - 4 septembre 2015

    […] les 68, à ce jour, j’en ai personnellement lu 40. De vraies pépites (déjà sur le blog Nos âmes seules de Luc Blanvillain ou Les échoués de Pascal Manoukian, d’autres à venir), de jolies découvertes à côté […]

  2. Ressources inhumaines et Après le silence, deux premiers romans en apnée dans le monde du travail | L'insatiable - 29 septembre 2015

    […] cette rentrée, Luc Blanvillain parvient à cerner, avec justesse et talent, l’ambition et ce que l’on croit pouvoir […]

  3. On fête les 68, venez nombreux! | L'insatiable - 25 novembre 2015

    […] soirée autour de cette idée avec une rencontre passionnante entre six auteurs (Pascal Manoukian, Luc Blanvillain et Séverine Werba, mes trois favoris, accompagnés des talentueux Philippe Jaenada, Tobie Nathan et […]

  4. La fin d’un début (68 premières fois) | L'insatiable - 18 décembre 2015

    […] ils étaient là, Luc Blanvillain, Pascal Manoukian, Séverine Werba (accompagnés par Philippe Jaenada, Tobie Nathan et Xavier […]

  5. Si on parlait écriture, avec Luc Blanvillain | L'insatiable - 18 avril 2016

    […] Blanvillain a publié en 2015 son « premier » roman pour les grands, Nos âmes seules. Il a été l’un des chouchous de l’opération des 68 premières fois, est venu […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :