Les corps inutiles, Delphine Bertholon

9 Fév

sans-titre

 

Le titre est une promesse, un titre à tiroir qui instantanément ravive émotions et souvenirs, un titre dont on sait qu’il cache quelque chose de fort.

Clémence, 15 ans, victime d’une agression sexuelle.

Clémence, 30 ans, maquilleuse dans une usine de poupées gonflables.

Ou portrait croisée d’une vie, une seule, faite de silence et d’anesthésie, de distance et de violence, ou comment se (dé)construire malgré tout.

Un roman puissant sur la culpabilité, celle que l’on se crée, celle qui ne repose que sur notre incapacité à vivre pleinement, celle que l’on se construit pour s’empêcher d’avancer.

De ce roman sur la perte d’un sens essentiel, il en reste des séquelles physiques, le lecteur ressent pour deux, le rapport si particulier à la matière et  la froideur de ces poupées gonflables, cette vie sans la chaleur d’une main, la violence de ces rapports, sans amour, consentis pour se faire du mal, uniquement.

La précision est chirurgicale, de cette attaque on en est la victime, la lame, le regard, rien n’est épargné. Et cet enfermement, de ne pas dire pour rester libre, d’oser dire à celui qui n’est pas prêt à l’entendre, et qui ne trouvera à dire que l’absurde « mais ce n’est pas un viol », alors non ça ne l’est pas pénalement, mais là où la justice s’arrête, les blessures demeurent. Clémence avait 15 ans, envie d’aventure mais sage et douce. Après cela, elle ne voudra que violence et bestialité. Point d’amour. Impossible.

A trente ans, sans le ressenti physique, sans ce corps qui vit, à quoi servent les sentiments ? Quand tout est insipide et froid, rien de ces petits gestes réconfortants auxquelles on ne pense pas tant que l’on n’en a pas été privé, serrer une tasse chaude, une caresse, la morsure du froid réchauffée par un feu de cheminée.

Le décor pourrait être celui d’un film américain noir, cette usine de poupées est propice à l’imagination, cette ruelle, cet appartement aseptisé, une musique obsédante en fond, à la manière de Drive.

Delphine Bertholon maitrise avec talent la valse des émotions, cette juste distance entre le dramatique et le délicat, pour ne jamais plonger dans l’excès, pour que cette Clémence, ce soit un bout de nous, pour qu’on est envie d’hurler à sa place, de la sortir de cette bulle qu’elle s’est construite, de la serrer fort pour que lui parvienne une once de chaleur. Une cadence infernale entre celle qu’elle fut à 15 ans et celle qu’elle est à 30, à nous d’imaginer, celle qu’elle sera à 40 en l’espérant un temps apaisée et solaire.

Un roman sur la difficulté à devenir soir, à s’extirper des silences et de ses barrières que l’on se dresse.

Et surtout, un roman sur le corps, sur cet outil qui finalement est plus que ça, un roman vibrant sur celui que trop souvent on néglige. Un récit sensuel, littéralement.

Un récit empreint d’humanité et de violence, comme un appel au secours, comme une secousse pour nous pousser à vivre, pour ne pas s’arrêter sur les blessures mais s’en armer. Un récit où l’espoir et l’importance de l’autre ne sont jamais loin.

Delphine Bertholon était déjà une grande avec Grâce notamment, elle le démontre une fois de plus avec ce roman brillamment exécuté !

Chapeau l’artiste !

 

Publicités

12 Réponses to “Les corps inutiles, Delphine Bertholon”

  1. et-pis-stolaire 10 février 2015 à 00:02 #

    Salut, salut, je t’ai tagué ici : http://et-pis-stolaire.blogspot.fr/2015/02/liebster-awards-tag.html
    Viens vite voir, et dévoiles toi 😉

  2. Caroline Doudet 10 février 2015 à 11:20 #

    Un roman qui m’a fait l’effet d’une claque !

  3. clara 10 février 2015 à 11:38 #

    une auteure chouchou !

    • Leiloona 1 mars 2015 à 11:01 #

      Un très joli billet qui reprend à merveille les différentes thématiques soulevées. ♥

  4. Gwenaëlle Péron 6 mars 2015 à 22:04 #

    Plus les billets s’accumulent et plus j’ai envie de le découvrir, ce roman. J’avais bien aimé « Grâce ».

  5. HCh_Dahlem 9 février 2016 à 21:19 #

    Figure tout en haut de ma PAL. J’ai hâte de le découvrir

Trackbacks/Pingbacks

  1. Confidences d’écrivain, Delphine Bertholon | L'insatiable - 26 février 2015

    […] Bertholon signe, avec Les corps inutiles, un de mes coups de cœur de cette rentrée d’hiver. Ravie de la retrouver pour ses […]

  2. Les Corps inutiles, Delphine Bertholon | Bric à Book - 2 mars 2015

    […] Charlotte l’insatiable : Un récit empreint d’humanité et de violence, comme un appel au secours, comme une secousse pour nous pousser à vivre, pour ne pas s’arrêter sur les blessures mais s’en armer. Un récit où l’espoir et l’importance de l’autre ne sont jamais loin. […]

  3. Vos billets les plus tentateurs du mois de Février | L'or rouge - 9 mars 2015

    […] corps inutiles chez l’Irrégulière, chez Blablablamia, Clara,  Lucie, Insatiable Charlotte, […]

  4. La folle aventure du Prix Orange du Livre! | L'insatiable - 12 mars 2015

    […] de cœur défendus ici même, Caroline Vié et son Dépendance Day, France Cavalié et ses Baïnes, Delphine Bertholon dans son sompteux Corps inutiles. Sans oublier Amours de Léonor de Récondo et En attendant demain de Nathacha Appanah ou le […]

  5. Votre valise de livres | L'insatiable - 16 juillet 2015

    […] Les corps inutiles de Delphine Bertholon (quel paradoxe d’être dans cette catégorie…) […]

  6. Les corps inutiles | Ma collection de livres - 1 mars 2016

    […] Babelio Unidivers.fr Blog L’ivre de lire (Lionel Clément – une belle déclaration d’amour) Blog L’insatiable (Charlotte) Blog Cultur’Elle (Caroline Doudet) Blog Les carnets d’Eimelle Blog Clara et les […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :