Le monde selon Billy Boy, Gilles Leroy

26 Jan

livre_affiche_2291Il est des auto fictions sans intensité, juste se raconter pour s’admirer dans un miroir, il est des auto fictions qui sont des romans, tous les éléments sont réunis. L’alchimie fonctionne, le cœur fond.

Fin des années 50. Eliane ne sait rien des choses de l’amour et tombe enceinte dès sa première fois, bien sûr elle est amoureuse. Mais elle a 19 ans, lui 17. Que faire? Le faire passer ou le garder?

Gilles Leroy se saisit de son histoire pour nous la livrer, avec une tendresse absolue. Un hymne à ceux qui l’ont élevé, enfant non désiré il pourrait en tirer rancœur, aucunement. Il dresse le portrait de ses parents avec respect et amour, humour et douceur.

Tenter d’imaginer la vie de ses parents avant soi est une pirouette difficile, tant on voudrait croire que rien ne pouvait exister avant nous, qu’un enfant est ce qui comble pleinement et entièrement, sans aucune place pour rien d’autres, la vie et le cœur de ses parents.

Gilles Leroy imagine lui ce qu’aurait été la vie de sa mère si cet accident n’était pas survenu, si Eliane n’avait pas décidé, envers et contre tous (tractation financière, abandon de sa propre mère) de lui donner la vie. Imaginer ne pas exister.

Avec pudeur, il raconte les hésitations et les remarques acerbes de l’entourage, les rodéos en solex pour tenter le destin, mais surtout la décision d’amour de garder cet enfant, de s’aimer quand même, de miser sur l’avenir, sans fausse promesse ou idéalisme, juste faire le choix de la vie. 

De cette plume douce et au creux du cœur, comme il en avait fait la démonstration dans l’excellent Zola Jackson, Gilles Leroy dresse ici un hymne à l’amour filial, sans pathos ni facilité. Un roman mélancolique et joyeux.

Si vous voulez la chronique radio, cliquez sur l’image!

th

Publicités

5 Réponses to “Le monde selon Billy Boy, Gilles Leroy”

  1. sabine 26 janvier 2015 à 21:22 #

    Gilles Leroy et sa plume, sa subtilité et sa délicatesse, sa bonté et son regard !! Gilles Leroy et Zola Jackson, Gilles Leroy et Dormir avec ceux qu’on aime…..

  2. Tieri 26 janvier 2015 à 22:20 #

    Il y a quelque chose d’infiniment vertigineux dans l’idée d’une « autofiction parentale. La mise en œuvre inéluctable de cette part un peu démiurge dans le travail du romancier. Et c’est un livre que je lirai, dont je n’aurais pas repéré la parution sans votre article.

  3. clara 30 janvier 2015 à 08:29 #

    J’ai aimé retrouver cet auteur dans ce livre !

Trackbacks/Pingbacks

  1. Le monde selon Billy Boy, Gilles Leroy | Bric à Book - 7 février 2015

    […] L’Insatiable Charlotte :  Gilles Leroy dresse ici un hymne à l’amour filial, sans pathos ni facilité. Un roman mélancolique et joyeux. […]

  2. Confidences d’écrivain, Gilles Leroy | L'insatiable - 5 mars 2015

    […] un roman d’une infinie tendresse, porté toujours par son écriture solaire et délicate, Le monde selon Billy Boy. Pour mon plus grand plaisir, il a accepté de répondre à mes questions sur l’écriture, […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :