Une voix singulière et envoûtante: Celia Levi et ses insoumises

3 Avr

41VCZYTe32L._SY445_

La voix de Celia Levi est comme un cri dans le silence, un écho qu’il faut faire résonner contre des murs trop hauts et des esprits trop étriqués. Dès les premières pages, j’ai su que ce livre n’était pas tombé au hasard entre mes mains, qu’il était comme un second souffle, de ces livres que l’on croit écrit pour soi. Comme une évidence.

Violent et acide, Les insoumises est une ode à l’insurrection, à ne pas se contenter de suivre le cours de nos vies, comme un appel à ne pas accepter le monde tel qu’il est, à ne jamais se résigner.

Tour à tour, l’auteur prend, dans un échange épistolaire vif et intelligent, la voix de Louise et de Renée, deux jeunes filles rêveuses et perdues dans ce monde qui tourne à l’envers. L’une se rêve artiste, aimant peut-être davantage le reflet de cette image que l’image elle même et part en Italie suivre des études de cinéma tandis que l’autre, restée à Paris, s’engage en politique, radicalement, sans nuances. Deux écorchées face à l’absurde, mais surtout face à leurs rêves de vie, à leurs consciences aiguisées et rebelles.

Un roman qui se lit, la boule dans la gorge, l’envie d’hurler chevillée au corps et surtout avec cette impression de ne pas être seule à s’insurger, d’avoir trouvé dans cette nouvelle plume une amie qui vous comprend, des mots qui font mouche.

41VIa-kG65L._SY445_

Aussitôt le premier roman refermé, je me suis jetée sur son second: Intermittences. Le plaisir renouvelé face à cette voix si singulière, face à cette réflexion sur le statut d’intermittents, à l’heure où ils étaient menacés, sur la place de l’artiste dans la société.

Le point commun des deux romans: une même veine fulgurante et puissante, un récit documenté et intelligent qui fait grandir le lecteur, un flirt avec la folie.

Bref, un coup de coeur ABSOLU, un KO même!

Celia Levi mérite d’être lue, alors faites passer le message!

Et au moment où je refermais ce roman, ma libraire venait de mettre en rayon un nouveau roman… de… Celia Levi, que je vais bientôt pouvoir savourer!

41hZtbd5+4L._SY445_

 

 

Extraits (parmi des pages et des pages annotées !)

« Je m’isole chaque jour davantage. Je ne peux plus fréquenter ceux que je connaissais. Je ne parviens plus à leur parler. Ils sont compromis. Ils acceptent le système comme une bénédiction. Ils aiment profondément notre monde, pour ne pas avoir à résister, ils prétendent que c’est impossible. »

 

« Je reste dans mon lit à contempler le plafond car ici personne ne sait que j’existe, rien ne m’attend à l’extérieur, c’est à moi seule d’exister. »

 

« Finalement, nous sommes toutes les deux déraisonnables ; toi tu es une idéaliste, tu penses vivre dans la réalité, du moins pour elle, tu crois que tu vas pouvoir changer le monde toute seule alors qu’en fait tu rêves éveillée, moi je suis une évaporée, qui recherche le bonheur à tout prix, et le plaisir comme une forcenée. Qui aura raison de la vie ou de nous ?  »

Advertisements

7 Réponses to “Une voix singulière et envoûtante: Celia Levi et ses insoumises”

  1. La Critiquante 3 avril 2014 à 20:13 #

    Un vrai coup de coeur dis donc !

Trackbacks/Pingbacks

  1. Si on parlait écriture avec Celia Levi? | L'insatiable - 12 juin 2014

    […] découvert la plume de cette jeune femme il y a peu, et la lecture de ses Insoumises a été une révélation. Grâce à Sonia Jacob (Merci Sonia!), j’ai réussi à poser mes questions à Celia Levi sur […]

  2. Post-it 1 (tentative de sélection) | L'insatiable - 18 août 2014

    […] Les insoumises de Célia Levi […]

  3. Voilà, c’est fini… | L'insatiable - 31 décembre 2014

    […] Devoir n’en choisir qu’un (cliquez sur l’image pour accéder à la chronique radio. Pour la chronique blog, c’est ici) […]

  4. Vos billets les plus tentateurs des mois de novembre et décembre | L'or rouge - 23 janvier 2015

    […] insoumises chez le Petit carré jaune et par là des extraits, par l’Insatiable Charlotte […]

  5. Prenez le temps. | L'insatiable - 8 juin 2015

    […] PS: Un excellent article sur le même thème avec une interview du fondateur des éditions TRISTRAM qui publie notamment le roman INDISPENSABLE de Célia Lévi, les insoumises! […]

  6. Les mijaurées, Elsa Flageul | L'insatiable - 10 février 2016

    […] Les séparées de Kéthévane Davriechwy, Les garçons perdus d’Arnaud Cathrine ou encore Les insoumises de Célia Levi. ces romans si sublimes soient ils offrent le versant sombre de l’amitié […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :