Quatre murs, Kéthévane Davrichewy

18 Fév

Kethévane Davrichewy sait, comme personne (et ce n’est pas qu’une expression!), manier les sentiments les plus forts- et donc les plus complexes-, elle avait traité avec brio l’amitié dans son opus précédent Les séparées.

Dans son nouveau roman Quatre murs,toujours chez l’excellente maison d’édition Sabine Wespieser, elle s’attaque à l’amour filial, sans doute le plus ambivalent des sentiments, celui dont on ne choisit pas les destinataires. Kéthévane Davrichewy relève et révèle le grain de sable, les aspérités, les contours et les méandres de ces relations.

Jamais de facilités dans ce roman, toujours ce fil du rasoir, cette tension qu’une étincelle peut embraser.

quatre-murs-1494218-616x0

Quatre enfants: Saul, Helena, Elias et Rena. La mort d’un père. La vente de la maison familale comme point de convergence, comme un nouveau départ. Qu’est ce qui compose ce lien filial? Comment le faire exister et comment grandir ensemble , comment se construire, devenir soi sans copier, vouloir égaler ou sans jalousie?

La force des sentiments est accentuée par le choix du schéma narratif, porté par une écriture fine et brillante. Un roman choral (sans conteste, mon style de roman préféré!!)mais pas que. A chaque narrateur, sa façon de conter: séance psy, dialogue, narrateur omniscient. A chaque fois, le lecteur est pris à parti frontalement, sans avoir besoin de s’identifier aux personnages tant l’auteur parvient à donner au lecteur une place à part entière. On ne lit pas l’histoire, on la vit.

Un roman puissamment dérangeant, de ceux qui posent question une fois le dernier mot lu.

Superbe!

Découvrez sans attendre Les séparées et La mer noire du même auteur, des petits bijoux également! Vous pouvez également retrouver Kéthévane Davrichewy dans son interview Si on parlait écriture!

 Extrait:  » Quel besoin avons-nous de rester en contact? Couper, est-ce possible? Sectionner les fils qui nous ont tenus en vie? Théâtre de marionnettes. Quelqu’un soudain lâche le cordon, et nous retombons comme des bouffons inanimés. Mon père était-il le mationnettiste? « 

Publicités

4 Réponses to “Quatre murs, Kéthévane Davrichewy”

  1. Mélo 18 février 2014 à 23:02 #

    J’avais acheté Les Séparées et je ne l’ai toujours pas lu, shame on me. Mais je veux celui-ci aussi, c’est terrible mais c’est comme ça.

  2. jostein59 19 février 2014 à 07:05 #

    C’est une auteure que j’aime beaucoup. Mon roman préféré reste la mer noire. J’aime ce style qui, à force de questions exprime tout le ressenti des personnages.

  3. Laeti 19 février 2014 à 09:14 #

    Tu en parles tellement bien de ce nouveau roman! J’ai noté évidement le titre de cette auteure chère à mon coeur.

  4. sabine 19 février 2014 à 22:19 #

    Charlotte… et encore sur ma pile par ta faute 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :