Elisabeth ou l’équité et autres propos

26 Nov

Il est des moments où votre envie de révolte s’atténue, où  la vie vous offre des moments si précieux qu’ils adoucissent les sentiments les plus profonds. Vous levez la tête, et seul le sourire peut vous venir. Que reprocher à ce monde qui vous offre l’une des ses plus belles aventures? Alors, vous profitez, vous savourez, découvrez que se poser un peu, ne plus courir sans cesse après un inaccessible flou fait un bien fou, que tout cela vaut la peine finalement.

J’ai eu la confirmation que mon besoin d’écrire et de lire était en réalité le besoin de trouver des réponses à mes doutes, de me rassurer sur la faculté d’indignation des écrivains, trouver des mots qui auraient pu être les miens, pour coller au plus près de mes ressentis, pour alimenter mes envies de révolte.

Et puis, inévitablement, la nature profonde revient, le petit vélo ne s’arrête pas totalement et il suffit d’un petit grain pour l’alimenter.

Un tour en librairie et là sur la table, innocemment un livre signé Eric Reinhardt. Sans regarder la quatrième de couverture, juste en saisissant le titre, il était déjà dans mon sac. Les yeux fermés tant le système Victoria avait été un coup de coeur, de ces livres dont on a du mal à parler après la lecture, trouver le mot juste était mission impossible.

elisabeth

J’avais succombé aux charmes troubles de Victoria et j’ai tout de suite aimé Elisabeth, DRH tiraillée entre des patrons aux seules préoccupations financières et cette petite voie intérieure qui répète que l’humain doit primer.

Facile? Naif? Rien de tout cela. Une nouvelle fois un portrait grinçant de la société contemporaine. Aucune redite, l’angle d’approche est différent, le style est tout autre on est ici face à une pièce de théâtre menée et enlevée.

Les personnages sont incarnés, ils apparaissent immédiatement sans besoin de description, c’est là le génie d’un écrivain de talent! On s’y attache, on s’agace, on s’indigne. 

Eric Reinhardt redonne ses lettre de noblesse à l’équité, valeur trop souvent écartée au profit de ce grand mot derrière lequel on se cache souvent et qui finit par perdre son sens: la justice. 

Pour les chanceux, la pièce est jouée en ce moment au théâtre du Rond point avec l’excellente Anne Consigny. 

A lire pour assouvir nos envies de révolution…!

Extrait ( que je vais peut être afficher au dessus de mon bureau…)

 » Tu es complice de cet enlaidissement de notre monde: tu y participes activement.

Il est possible qu’un jour ce système se retourne contre toi. J’aimerais bien être dans les parages quand les mâchoires de tes méthodes s’en prendront à ta charmante personne: juste pour voir ta surprise.

Je te consolerai. Tu basculeras peut être dans l’autre camp. »

Publicités

7 Réponses to “Elisabeth ou l’équité et autres propos”

  1. eimelle 26 novembre 2013 à 19:29 #

    voilà qui donne envie!

  2. clara 27 novembre 2013 à 06:26 #

    ohoh, il m’intéresse !

  3. Laeti 27 novembre 2013 à 09:55 #

    Ton introduction me parle tellement… 😉

  4. Bonheur du Jour 12 décembre 2013 à 05:40 #

    Effectivement, ce passage fait réfléchir… Ne pas être complices du système, comme c’est difficile, n’est-ce pas ? Merci de me parler de ce livre que je ne connaissais pas.

  5. Polina 12 décembre 2013 à 10:25 #

    Une belle entrée en matière, qui éveille une soif de curiosité que seule la lecture de ce livre pourra épancher 😉 !

Trackbacks/Pingbacks

  1. Le passage | L'insatiable - 9 janvier 2014

    […] Larher et son percutant mâle en milieu hostile, Delphine  Bertholon et son démentiel soleil, Eric  Reinhart et son incroyable Elisabeth, Leonor de Recondo et sa magnifique Pietra Viva, Gaelle Josse et ses délicates […]

  2. Eric Reinhardt et les femmes | L'insatiable - 29 août 2014

    […] Cendrillon, un roman totalement atypique. J’ai lu avec bonheur sa pièce de théâtre Elisabeth ou l’équité, là encore un portrait de femme qui trouvait à m’accompagner à un moment de basculement. Comme […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :