Le garçon incassable: un roman subtil.

17 Juil

le-garcon-incassable,M109910

Cela faisait longtemps que je n’avais pas senti ce petit bonheur de se replonger dans une histoire émouvante, cette délicieuse sensation de se trouver face à un roman unique dans lequel l’humain dans sa part écorchée, délicate et forcément touchante, est dépeint avec autant de douceur.

Ce regain d’émotion, je le dois au dernier roman de Florence Seyvos (brillante scénariste notamment de Camille Redouble) , le garçon incassable.

Un roman suspendu, où tout semble au ralenti comme les pas d’Henri l’un des deux héros.

Deux existences parallèles : celle d’Henri, handicapé dont on suit le quotidien et la croissance d’une part et Buster Keaton, le célèbre acteur aux 1000 chutes, d’autre part. D’un côté, la fragilité d’un corps soumis à une rééducation douloureuse. De l’autre, la maltraitance d’un corps pour devenir célèbre. Dans les deux cas, des morsures psychologiques, des blessures invisibles.

Le tout est tendu sur un fil invisible, tiré par une narratrice qui se dessine au fil de la lecture, sans jamais tomber dans l’excès. Une narratrice discrète qui reste derrière la porte pour observer, protéger, accourir si le pire se passe,  sans jamais juger.

Un roman délicat, humain, jamais facile.

Une écriture sobre et subtile, toute en finesse.

Advertisements

5 Réponses to “Le garçon incassable: un roman subtil.”

  1. lapetitebiblioggeuse 17 juillet 2013 à 18:49 #

    Ce livre a l’air très émouvant. Je me laisserai bien tenter 😉

  2. clara 20 juillet 2013 à 08:16 #

    Tu as tout dit… billet bientôt !

  3. pyrausta 24 juillet 2013 à 16:21 #

    Belle chronique qui ne dévoile rien mais suscite l’envie

Trackbacks/Pingbacks

  1. Un peu de lecture… avec Emmanuèle Berheim et Tonie Behar | L'insatiable - 13 août 2013

    […] à cette plume, comme peut l’être la plume de Gaelle Josse ou dernièrement celle de Florence Seyvos. A aucun moment, on ne tombe dans le mélo dramatique ou dans l’insoutenable, c’est le […]

  2. Le passage | L'insatiable - 9 janvier 2014

    […] magnifiques araignées du soir d’Elsa Flageul, les étonnants étourneaux de Fanny Salmeron, le subtil garçon incassable de Florence Seyvos, le dérangeant Sang d’encre de Stéphanie Hochet, la bienveillance silencieuse […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :