Zola Jackson et Zona Frigida ou quand les romans nous confrontent à la nature.

29 Mai

Deux romans cette semaine, pas des nouveautés mais indéniablement des valeurs sûres!

Zola Jackson de Gilles Duroy

Zola-Jackson-Gilles-Leroy

A l’heure où l’on compte encore le nombre de disparus dans le dernier ouragan américain, lire Zola Jackson est déroutant.  Une femme seule avec son chien face à l’indicible, à cette montée des eaux qui vient tout engloutir, choses d’une vie en premier, souvenir ensuite et pour finir le corps de ceux qui ont voulu rester.

Gilles Duroy nous livre la vie de Zola Jackson, femme debout, qui décide d’affronter cet énième ouragan, un parmi d’autres pour elle, tout au moins au début.

Le roman calque notre respiration sur celui de cette langue d’eau qui vient tout ensevelir, des répits précédent le désastre, des montées d’angoisses aux réminiscences mordantes de la mémoire.

Un roman édifiant, un destin de femmes savamment décrit, avec tout ce que le rôle de mère engendre et la difficulté de vivre, femme noire à la Nouvelle Orléans.

Rien d’angélique, du caractère, des aspérités. Un enfer décrit au plus près et qui vous donner l’impression d’être dans cette maison et de voir l’eau monter inexorablement. Un cri pour donner la parole à ceux que l’on voudrait faire taire!

Ce livre m’a été offert par Sophie du blog Sophielit, livre fondateur selon elle! Merci Sophie!

Zona frigida d’Anne B. Radge

51U6JHlrvCL__SL500_

Qu’est ce qui peut bien pousser Béa, jeune caricaturiste vivant seule avec un oiseau, à s’inscrire à une croisière qui la mènera à cette fameuse « Zona frigida »? Sa valise déborde d’alcool et elle a un plan, voilà ce qu’on sait d’elle. Elle embarque à bord de ce bateau sur lequel une galerie de personnages loufoques, complexes et un peu paumés attend le lecteur. Aussitôt l’ancre levé, le huit clos est dressé, ne laissant plus aucun échappatoire possible. On est projeté dans ce bateau, on ressent les mouvements, les odeurs et cette tension qui s’installe pour ne se lever qu’à la fin du roman.

Je me suis laissée porter avec bonheur dans cette histoire aux allures de thrillers où personne n’est innocent, chaque être est double, et joue son propre rôle.

Une lecture passionnante menée par une écriture efficace! Si vous ne craignez pas le froid et les ours, embarquez!

Advertisements

7 Réponses to “Zola Jackson et Zona Frigida ou quand les romans nous confrontent à la nature.”

  1. clara 29 mai 2013 à 06:54 #

    J e garde un très fort souvenir de Zola Jackson !

  2. Sophielit 29 mai 2013 à 07:59 #

    Je suis tellement contente que Zola Jackson t’ait plu !

  3. kathel2 29 mai 2013 à 09:29 #

    Deux livres que j’ai aimés… Ouragan de Laurent Gaudé est très marquant aussi, sur Katrina.

  4. Laetii 29 mai 2013 à 14:26 #

    Et hop, un p’tit tour à la bibliothèque ce midi et « Zona Frigida » m’attendait sagement sur le présentoir! Coïncidence??! J’espère qu’il me plaira, il diffère de mon genre de lecture habituel…!

    • insatiablecharlotte 29 mai 2013 à 17:24 #

      Amusant effectivement. Moi aussi il diffère et il m’a donné envie de lire quelques bons policiers ou thrillers… Il faut d’ailleurs que je demande conseil à des spécialistes du genre! Bonne lecture!

  5. Pedro Flores 13 juin 2013 à 02:56 #

    Il y a ceux qui racontent des histoires et ceux qui, comme Gilles Leroy , savent raconter des histoire. On se souvient de son excellent ‘ Alabama Song ‘ pour lequel il fut récompensé du Goucourt en 2007. Au delà de l’histoire de Zola Jackson il y a le deuil de cette vieille femme qui ne possède plus rien dans la vie que que Lady sa chienne. Elle vit avec son deuil, isolée dans ce Mississipi où les pauvres sont laissés pour compte par les autorités, où le racisme et les ségrégations ont la dent dure. Il y a, dans ce livre des très belles choses et encore une fois, Gilles Leroy a su nous les mettre en musique et nous les donner à entendre. Encore une fois il a su me captiver.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Le monde selon Billy Boy, Gilles Leroy | L'insatiable - 26 janvier 2015

    […] plume douce et au creux du cœur, comme il en avait fait la démonstration dans l’excellent Zola Jackson, Gilles Leroy dresse ici un hymne à l’amour filial, sans pathos ni facilité. Un roman […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :