Si on parlait écriture avec Stéphanie Hochet ?

23 Avr

Stéphanie Hochet nous a offert, il y a peu, un roman corrosif et obsésant Sang d’encre, elle revient aujourd’hui sur son travail d’écriture.

41wzeaJuEOL__SL500_

1. L’écriture : c’est inné ou acquis ? C’est 90% sueur et 10% de talent ou l’inverse ?

C’est acquis par ses lectures et beaucoup de temps passé à écrire en essayant de devenir son propre critique. Le besoin de s’exprimer par ce biais est personnel, tout le monde n’éprouve pas autant le besoin de créer une œuvre par l’écriture.

2.Combien d’heures par jour pour l’écriture ? (avant votre premier roman et maintenant ?)

Ce ne se calcule pas en heures comme des heures de bureau. Une heure peut être dense et productive, cinq heures peuvent être décevantes. Un peu chaque jour, c’est le meilleur conseil que je pourrais donner. A chacun de doser.

3.Votre premier roman, c’était quand, quoi, où, comment ?

Ce roman s’appelle Moutarde douce. Écrit à moitié chez moi, à moitié dans une maison de campagne. Il y a 13 ans. Un roman épistolaire dans lequel j’exprime mes préoccupations sur la littérature contemporaine.

moutarde

4. Quand peut-on être satisfait de son manuscrit ? Peut-on l’être vraiment ?

Avec de l’expérience, on finit par sentir que ce qu’on écrit est bon (ou pas). Le sentiment sur un texte peut néanmoins évoluer dans le temps. Et si on a fait mieux ensuite, on peut trouver le précédent livre moins bon.

5. Combien de refus pour arriver au St Graal ? Combien de textes proposés avant ce premier roman enfin publié ?

Je n’ai pas compté mais j’ai essayé plusieurs maisons d’édition pour Moutarde douce. Un éditeur semblait intéressé chez Gallimard mais il n’était pas parvenu à « convaincre » son comité de lecture.

6. Comment se déroule votre travail d’écriture ? Un premier jet en combien de temps ? Une lecture acharnée ? Des lecteurs ? Un projet que vous laissez grandir en vous avant de le coucher sur le papier ?

J’ai un projet en tête, je me mets à écrire et au fur et à mesure mon idée du texte devient plus nette. Je réécris beaucoup. Je relis aussi beaucoup. Je ne le montre qu’une fois que je suis satisfaite à l’éditeur. Ensuite c’est le rendez-vous avec les lecteurs.

sang encre

7. Quel est le plus difficile dans l’écriture d’un premier roman ? Comment surmonter les doutes et les angoisses sans tout arrêter et sans se demander à quoi finalement tout cela sert-il ? 

Un écrivain a toujours des doutes et des angoisses, il en aura toujours, c’est comme ça qu’il peut écrire ce qui en vaut la peine. La littérature ne « sert » pas, mais sans elle la vie serait laide.

8. Faites nous rêver… Quelle sensation éprouve t on lorsqu’on a son premier roman, publié entre les mains ?

Ca dépend des écrivains. C’est une sensation presque abstraite. C’est le retour des lecteurs qui est important, pas tellement l’objet livre.

9. Si vous deviez juger votre premier roman aujourd’hui, vous en diriez quoi ?

Pas mal, mais tu as fait mieux depuis, dirais-je.

61PAxhibPHL__AA1500_10. Etre écrivain, c’est…

Captivant et difficile.

11. Si vous aviez un conseil à donner à ces petits auteurs en herbe qui rêvent un jour d’être à votre place, ce serait…

De ne pas s’aigrir si la publication est difficile. Lire, écrire, continuer. Se féliciter pour autrui et prendre patience.

ephe

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :