Et vous, pourquoi lisez vous?

19 Avr

Longtemps, j’ai tenu la littérature en haute estime. Le loisir le plus noble, un passetemps intelligent. Pour se faire, il fallait que chaque livre lu apporte un soupçon d’intelligence et de finesse, torde le cerveau dans tous les sens et me révèle quelque chose du monde.

J’en venais à me désoler de certains livres au succès selon moi immérités, tant leur contenu était insipide ou cousu de fil blanc.

Quelle suffisance ! Quelle prétention !

On frôlait l’intolérance. Au nom de quoi ?

J’ai adouci le ton petit à petit. Je réagissais à chaque article lu qui dénigrait certains romans faciles, en me disant mais qui sont-ils pour jugés, non pas seulement l’œuvre mais a fortiori ses lecteurs? N’est ce pas insulter le lecteur que de crier à la bêtise d’un livre lu par milliers?

On ne voit pas la poutre qu’on a dans l’œil, c’est bien connu!

J’avoue que je continue à penser qu’il est plus intéressant, dans un salon du livre notamment, de mettre en avant des auteurs peu connus  lors de conférence, pour que le public attiré par les têtes d’affiches les découvre. Partager le peu de médiatisation littéraire, s’il vous plait!

Je ne vais pas me mettre à aimer les romans que l’on retrouve entre de nombreuses mains dans le métro sous prétexte qu’il faut être tolérant, mais je ne jette plus l’opprobre sur les lecteurs de ces ouvrages qui finalement ne cherchent que du rêve, une façon de s’alléger le quotidien. Pourquoi vouloir du sombre face à un réel déjà violent?
Pour ma part, je cherche toujours le livre qui va me secouer, me tirer les larmes et que je vais refermer en ayant légèrement décalée ma vision du monde.

En réalité, tout cela est épuisant.

A cela s’ajoute un troisième œil, quand on commence à s’essayer laborieusement à l’écriture, chaque livre n’est plus seulement lu comme lecteur mais aussi comme constructeur de phrases, comme dénicheur de mots.

Le blog, aussi,  accroît sans doute ce risque du lire pour écrire un billet. La publication quotidienne sur le blog virait à la tyrannie. Je n’ai jamais cédé à l’idée que sur le blog je ne devais parler que de livres à faible tirage ou peu connus pour ne pas entrer dans le moule. Si on commence à s’imposer de telles contraintes, alors ce blog ne nous ressemble plus et perd tout son sens. Cependant, on a envie légitimement de mettre en avant des auteurs dont Elle ou Lire ne parlent pas ou trop peu.

Alors, à certains moments, je me suis demandé si je n’étais pas en train de perdre le vrai goût de la lecture, celui qui n’existe que pour lui-même, sans arrière-pensée, sans analyse poussée. J’étais fatiguée de cette course sans fin pour trouver LE livre (je n’arrive toujours pas à savoir ce que j’attends DU fameux livre), cette frénésie de l’achat en librairie augmentant une pile à lire déjà considérable, toujours tournant le regard vers plus compliqué, plus travaillé, plus intello.

papier-peint-piles-de-livres-tracy-kendall

Sauf qu’un jour, on frôle l’overdose. On voudrait juste du futile, du léger, ne pas chercher comment la phrase est construite, ne pas acquieser devant une tournure de phrases que l’on croyait impossible. Juste lire pour se libérer, finalement pour se reposer.

Tout cela pour vous dire que je comprends de plus en plus l’envie de lire juste pour se détendre, pour s’évader de son quotidien. Ce n’est pas ma conception première de la littérature et je continue à vouloir que l’on me torture mais je m’accorde parfois le droit de lire un livre juste pour reposer mon cerveau, pour sourire en suivant les péripéties d’une héroïne attachante, me laisser porter par une histoire peu importe le style ou la forme, ne pas chercher la phrase- citation que l’on recopiera dans son carnet comme un talisman.

Et désormais je ne hurle plus quand je vois le top 5 des meilleures ventes. Évidemment, je le préférerais différent mais qui suis je pour juger mauvais et sans intérêt ce que des milliers de lecteurs estiment comme leur apportant bonheur et réconfort ? La littérature a plusieurs vertus, il ne faut pas l’oublier sous prétexte d’une grande vision du monde. Chaque auteur n’a pas la même raison d’écrire, le même rapport à son travail et au monde. Certains veulent le changer, d’autres veulent juste le rendre plus doux. Moins de naiveté ou de mièvrerie.

J’en vois se remuer sur le siège hurlant (haute estime de ce que provoque la lecture d’un de mes articles !) à la condescendance de cet article, à la bassesse et à l’inutilité de cette chronique. Sans doute.

Tant pis.

Pas de grande leçon, juste un point de vue! (qui correspond à la philosophie de ce blog, jamais de critiques négatives! A quoi ça sert? Il y a tant de choses passionnantes à présenter! Critiquer négativement, c’est toujours en parler… et prendre la place d’autres choses plus intéressantes)

La discussion est ouverte, faites vos jeux!

Et vous, pourquoi lisez vous?

Et surtout, rendez vous la semaine prochaine pour vous présenter une maison d’édition pour laquelle j’ai la chance d’être lectrice et qui offre des romans profondément optimistes et qui sauront accompagner vos envies d’évasion !

Publicités

29 Réponses to “Et vous, pourquoi lisez vous?”

  1. Martine 19 avril 2013 à 08:15 #

    Je pense que tu as très bien résumé ma pensée. Pas de critique négative chez moi non plus. Je ne me prétends pas « critique » d’ailleurs. Je préfère privilégier le plaisir de la découverte, ou celui anticipé des « retrouvailles »! Aller rencontrer les auteurs sur des salons ou autres. Et je mets à profit les droits des lecteurs prônés par Daniel Pennac. Si un livre m’ennuie ou, pire, m’endort, deux voire trois soirs de suite, c’est que ce n’est pas le bon moment pour moi de le lire ou qu’il n’est pas fait pour moi!
    Bonne journée!

    • insatiablecharlotte 24 avril 2013 à 16:20 #

      C’est exactement ça, souvent je dis: ce livre n’est pas tombé au bon moment dans ma vie. Une lecture, c’est une rencontre. Elle peut être magnifique comme décevante!

  2. stephanieR 19 avril 2013 à 09:09 #

    Je pars du principe que chaque livre peut trouver un lecteur et en contrepartie que toute personne peut prendre du plaisir avec un livre quel qu’il soit. C’est en partie pour ça que je ne parle pas de livres de manière négative, même si, avec moi, ça n’a pas fonctionné. La (sur)médiatisation de certains par rapport à d’autres est une autre histoire. On veut du léger, on veut du rêve..OK, mais il y a davantage que 2 auteurs en France (par exemple) qui sachent le faire…non ?
    En ce qui me concerne, je peux lire pour apprendre, pour m’évader, pour me faire peur, pour me « torturer » comme tu dis, pour vivre une émotion…mais pas forcément au même moment….

    • insatiablecharlotte 24 avril 2013 à 16:19 #

      Je suis tout à fait d’accord avec toi Stéphanie, je ne cautionne évidemment pas la surmédiatisaton, je pense juste qu’il ne faut pas sans cesse s’acharner sur ça et justement, présenter d’autres choses… Si tout le monde s’y met. Longue vie à ton blog! 🙂

  3. Corinne (Couleur Café) 19 avril 2013 à 09:39 #

    Comme dans beaucoup de choses, je fonctionne au coup de coeur dans mes choix de lecture. Pour moi, impossible de lire sans plaisir, impossible de tourner une page si le coeur n’y est pas. Je lis uniquement pas plaisir, parfois il m’arrive de le faire par curiosité mais la suite dépend du plaisir que je prends ou pas.

  4. Olivia Billington 19 avril 2013 à 09:42 #

    Je lis par envie, pour m’évader d’un quotidien parfois un peu lourd à porter.
    Je ne suis pas à la recherche, comme toi, du livre qui me fera vibrer, car je cherche dans chaque livre l’instant qui me fera vibrer. Il n’arrive pas toujours, mais ce n’est pas grave. 🙂
    Si le style est bon, le plaisir est augmenté (quand je lis Kate Atkinson, par exemple, je suis parfois scotchée par ses phrases ou ses idées et je l’admire).

    Quant aux auteurs qui caracolent en tête des ventes, tellement médiatisés, je les ai lus, pour me forger ma propre opinion. J’ai apprécié l’un ou l’autre opus, en déplorant le style. Et, aussitôt lus, aussitôt oubliés. Si d’autres adorent, tant mieux. Je trouve simplement dommage une telle mise en avant, au détriment d’auteurs plus talentueux et tellement moins connus.

    Pour les critiques négatives, s’il en faut, oui (parce que certains romans, hélas, sont vraiment mauvais), elles doivent être nuancées. Pour ma part, on n’en trouvera pas sur mon blog, parce que, de un, j’en fais très peu, voire pas et de deux, mon blog se veut partage de coups de coeur en matière culturelle (j’avoue, ça fait longtemps que je n’y parle qu’écriture mais ça reviendra) et pas coups de griffe. Sans doute aussi parce que, écrivaine moi-même, je me mets à la place de l’auteur… 😉 On ne sait jamais le travail qu’il y a derrière, les conditions dans lesquelles le texte a été écrit.

  5. Jean-Basile Boutak 19 avril 2013 à 10:12 #

    Je n’ai pas trouvé ton billet condescendant. J’ai trouvé que c’était une belle remise en question, parfaitement réaliste et preuve d’une belle ouverture d’esprit. Si tout le monde était comme toi !
    Je disais pas plus tard qu’hier sur Facebook à un auteur de mes connaissances que tous les lecteurs ne venaient pas chercher la même chose dans un livre, et que c’était tant mieux, qu’il n’y avait pas une vérité, mais des vérités, et qu’aucune était moins valeureuse qu’une autre.
    Personnellement, ce que je viens chercher dans un livre, c’est déjà une histoire. Une histoire qui doit être bien écrite, mais avec un style sobre. Je déteste quand la forme prend le dessus sur le fond. Cela me fait sortir du livre.
    Mais je sais que d’autres recherchent une sorte de défi technique : des phrases compliquées et alambiquées, une ponctuation excessive ou au contraire absente, etc.
    Il en faut pour tous les goûts 😉

    • insatiablecharlotte 24 avril 2013 à 16:11 #

      Merci beaucoup pour les compliments! Je suis tout à fait d’accord les exercices de style ne m’intéressent pas si derrière c’est creux. Même si les histoires ont déjà toutes été racontées, chaque auteur sait lui apporter quelque chose de nouveau, avec son style justement!

  6. Laetii 19 avril 2013 à 10:26 #

    Oh non , je ne trouve pas ton article hautain et respecte ton choix de lecture ainsi que ta vision de cette action. Je me retrouve à plusieurs endroits de ton article : lorsque tu parles de cette course effrénée de la lecture pour alimenter le blog – chose que j’ai laissé tomber suite à une « overdose » comme tu dis. je retrouve maintenant le véritable goût de lire, sans réfléchir à ce que je vais en dire sur le blog. et puis aussi ce que je recherche dans la littérature: de l’évasion, de l’optimisme, me changer les idées, rire, avoir peur… je ne suis absolument pas dans les romans dramatiques, je recherche vraiment la légèreté. par contre, au cinéma, j’opte volontiers pour un drame. pas dans les livres. le plus important est de s’y retrouver, d’y trouver son compte, et de passer un bon moment finalement!

    bonne journée à toi 😉 Bises

    • insatiablecharlotte 24 avril 2013 à 16:09 #

      Merci beaucoup Laetii! Je me souviens de tes billets où tu t’interrogeais sur cette overdose, c’est vraiment important de réussir à se détacher du blog (c’est fou quand on y pense, c’est un plaisir et on arrive à le rendre contraignant parfois!)

  7. Un autre endroit 19 avril 2013 à 12:17 #

    Je lis depuis toujours parce que j’aime ça…c’est tout. Et puis j’en ai fait mon métier. Bibliothécaire. J’essaie de toujours lire par plaisir même quand je me force à aller vers des genres autres. Pour en parler, il faut quand-même connaitre un peu…
    Je fais rarement d’avis négatifs, juste parce qu’il y a quelqu’un derrière un livre.
    Et j’aime beaucoup ce que tu dis.

  8. marion 19 avril 2013 à 15:11 #

    Je suis tout à fait d’accord avec toi! Je lis parceque j’ai envie de ressentir des choses au travers des mots. J’ai également eu un moment snob où pour que je lise un livre il fallait qu’il soit méconnu du grand public. Et puis finalement, ça m’a passé, j’ai trouvé de très bon livres très lus, même si je rechigne quand même à acheter les livres dont tout le monde parle…

    • insatiablecharlotte 24 avril 2013 à 16:07 #

      Merci Marion! Je dois t’avouer quelque chose: pour les livres dont tout le monde parle, je suis toujours déçue, il me manque toujours quelque chose…(mais j’attends l’exception!)

  9. Ophélie Feedback Baby 20 avril 2013 à 17:19 #

    Il est sympa ton article. Je prends l’initiative de commenter pour te dire que je te soutiens à fond dans ton discours puisque nous avons des choses en commun, dont celle de ne jamais servir de critiques négatives sur nos blogs respectifs. Qui sommes-nous pour juger du travail de longue haleine que ces livres représentent ? J’avais un jour assisté à une conférence au Centre National du Livre où une haute personnalité disait qu’on ne pouvait se permettre de critiquer une oeuvre si l’on n’était pas soi-même capable de l’écrire.
    Voilà. Bon, et sinon, moi, je lis pour le plaisir, pour le rêve… pour les sentiments. L’intelligence ? Je la garde pour mon travail, lu chaque semaine en milliers d’exemplaires.

    • insatiablecharlotte 24 avril 2013 à 16:06 #

      Merci beaucoup Ophélie. Je suis contente cet article a suscité des réactions, c’est chouette! J’ai toujours eu beaucoup de respect pour les auteurs, il y a de l’humain derrière chaque livre il ne faut l’oublier quand on le fustige violemment!

  10. Audrey_tdp 20 avril 2013 à 18:45 #

    Coucou !
    Quel article intéressant, j’ai eu envie de le lire dès que j’ai aperçu le titre !
    La lecture, vaste sujet de discussions…
    Je pense que l’on se forge le goût de lecture dès le plus jeune âge et qu’il peut évoluer ensuite.
    Je lis depuis l’enface et mes envies ont bien changées depuis ! J’ai eu d’autres centres d’intérêts qui ont probablement influencé mes lectures.
    Aujourd’hui, je dirais plutôt que je cherche les émotions dans les livres. Etre touchée, remuée, bouleversée…un livre dont je ne sors pas indemne en quelque sorte.
    Peu m’ont fait cet effet, pourtant ma faim de livres reste intacte.
    Merci pour tes pensées qui m’ont bien inspirées 🙂
    Bises

    • insatiablecharlotte 24 avril 2013 à 16:05 #

      Merci beaucoup Audrey, je suis touchée par ton commentaire! Ah ces livres qui bouleversent, quelques titres me viennent d’un coup en mémoire (peur de les relire par crainte de la perte de ce sentiment magique!)

  11. lucie 20 avril 2013 à 21:54 #

    Comme toi je comprends qu’on puisse aimer de la littérature légère et divertissante pour s’évader. J’aime qu’un livre résonne en moi, me bouscule, me tende un miroir rassurant ou pas, me fasse réfléchir, me touche plein coeur. Quel luxe de pouvoir vivre autant d’émotions en lisant les mots des autres. On a le sentiment de ne plus être seule à ressentir ce que l’on ressent, à souffrir, à pleurer, à aimer, à se mettre dans des situations inextricables, à se bercer d’illusion. Je ne lis pas en pensant au billet que je vais écrire sur le livre. Je ne descends jamais un livre publié car s’il ne m’a pas plu c’est parfois juste une question de moment ou de sensibilité. Il plaira à d’autres c’est sûr. Il est évident que le fait de passer derrière le clavier pour écrire change un peu le regard porté sur les livres. Certains livres inhiberaient presque toute envie d’écrire soi même, ce sont ceux qu’on aurait aimé écrire. Lire c’est un peu vivre dans un monde parallèle avec des personnages qu’on aimerait parfois voir sortir des pages…

    • Laetii 22 avril 2013 à 11:58 #

      Je rejoins à 100% ton commentaire 🙂

    • insatiablecharlotte 24 avril 2013 à 16:03 #

      Tu imagines bien que je suis en parfaite adéquation avec ta réponse, Lucie…. Ces personnages que l’on voudrait voir vivre et ces livres que l’on aurait aimé…

  12. Petite Fleur 24 avril 2013 à 21:25 #

    Est ce que je peux dire que je lis pour vivre des choses que je ne vis pas? Des émotions, des passions, des voyages… Oui je lis car grâce à un auteur, je change de monde, je change de vie. Je suis transportée ailleurs et le temps s’arrête.
    Souvent, d’ailleurs, j’aime lire parce que le temps prend un autre temps, ce n’est plus le même que pendant la journée où les heures passent parfois trop vite, où l’on ne se pose pas. Ce n’est pas non plus le même qu’une heure de télé, d’où l’on ne retire absolument rien!

    J’aime beaucoup ce genre d’échanges sur nos modes de lecture! Merci Charlotte de lancer si habilement les sujets.

    Moi je serai curieuse d’échanger sur nos moments de lecture: quand lisez-vous? et où? le matin, dans les transports? le soir dans votre lit? les weekend pluvieux? avez-vous des rituels autour de votre lecture: 1h minimum par jour? ou toujours au même endroit?

    Ce n’est pas de la grande réflexion, mais je suis certaine que les réponses peuvent être très différentes!
    Charlotte, ne voudrais tu pas lancer le sujet avec un bel article???
    Merci…..

  13. Lady K 17 mai 2013 à 23:02 #

    Quel beau billet. Cela me fait toujours mal au cœur lorsque je vois/lis des lecteurs qui se font littéralement insulter pour le genre de lectures qu’ils ont. Je trouve que le plus important, c’est que ces gens lisent, et surtout qu’ils y prennent plaisir !!

    Quant à la grande question, pourquoi est-ce que je lis ? Pour être dépaysée, pour m’évader, pour apprendre de nouvelles choses, pour réfléchir sur certains sujets. J’aime naviguer entre les genres, être surprise, déstabilisée (mais pas trop non plus ;P).

  14. Jadice 11 août 2014 à 18:01 #

    J’arrive bien tard sur cet article mais il m’a touchée.
    Parfois on lit pour apprendre. Ce peut-être également une évasion ou une recherche de soi. Lire pour se faire plaisir ou se sentir cultivé, pour faire comme tout le monde ou être unique… chacun fait bien ce qu’il veut, du moment qu’il ne fait du mal à personne. Ca me ait penser au Combustibles d’Amélie Nothomb !
    Merci pour cet article qui vogue sur le chemin d’une certaine sagesse. C’est magnifique que ta manière de lire et ta vision de la lecture évolue… ça prouve que tu grandis en lisant 😉

Trackbacks/Pingbacks

  1. Ce qu’on retient des livres… | Laeti's Playground - 25 avril 2013

    […] nous posait dernière la subtile question de « pourquoi lire? ». Pour s’évader, avoir un éclairage pour son expérience personnelle, vivre à […]

  2. Ce qu’on retient des livres… | Spécial Mode - 25 avril 2013

    […] nous posait dernière la subtile question de « pourquoi lire? ». Pour s’évader, avoir un éclairage pour son expérience personnelle, vivre à […]

  3. Des romans féminins et pétillants! Un peu de légereté! | L'insatiable - 16 mai 2013

    […] fois ne vous torturent pas l’esprit, la lecture plaisir en somme ! (clin d’œil à cette réflexion sur la lecture que je faisais il y a peu de […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :