La silencieuse, Ariane Schréder

4 Avr

Cela fait un moment que j’ai refermé ce livre, mais il est toujours là, près de moi. J’ai suspendu plusieurs fois la lecture pour avoir le plaisir de replonger dedans, chose que je fais très rarement. Expliquer mon rapport à ce roman est donc particulier. A nouveau, un premier roman.

liv-2839-la-silencieuse

Le récit de cette femme qui, à la fin d’un amour, quitte Paris pour se réfugier dans une grande maison de campagne m’a fascinée. On suit avec lenteur et cheminement sa vie, l’absence, la renaissance, sa reconstruction du monde.

Clara est sculptrice, elle fera le deuil de son histoire en croisantle chemin de personnages aux aspérités profondes, semblant presque en dehors de la vie, sur le côté, regardant les autres passés violemment et toujours trop rapidement.

Ce livre est un baume, instantanément il parvient à vous calmer, plus rien n’existe à part les battements de votre coeur au rythme des saisons. On y est littéralement dans cette maison respirant l’air frais, frémissant dans les courants d’air et portant aussi un peu de la mélancolie de cette femme.

C’est de cela qu’il s’agit de cette mélancolie, souvent évoquée dans la littérature mais rarement au point de la faire ressentir. Une mélancolie constructrice, douce, pas de celle qui détruit. On sent que le bien arrivera, il a fallu perdre quelques rêves, abandonner quelques illusions, mais toujours la vie revient et les projets se créent, à nouveau.

Un roman qui fige le temps, qui invite à prendre le temps des bons moments comme des traversées difficiles. Ressentir réellement, pleinement. Laisser le temps faire, ne pas se complaire mais accepter le creux de la vague. Comme une certaine résilience.

Un très joli roman.

Publicités

5 Réponses to “La silencieuse, Ariane Schréder”

  1. George 4 avril 2013 à 10:28 #

    J’ai prévu de le lire aussi ce mois-ci, la façon dont tu en parles si bien me laisse penser que je vais aimer à mon tour.

  2. lucie 4 avril 2013 à 20:23 #

    « Une mélancolie constructrice », ok ça va j’achète !!!

    • insatiablecharlotte 10 avril 2013 à 09:58 #

      C’est un livre lent et qui vraiment fait du bien. Rien que d’en parler, il m’apaise!

Trackbacks/Pingbacks

  1. Le passage | L'insatiable - 9 janvier 2014

    […] Bien sûr, il y a eu des belles lectures en 2013. Des écrivains que j’ai retrouvé avec un bonheur intense (Erwan Larher et son percutant mâle en milieu hostile, Delphine  Bertholon et son démentiel soleil, Eric  Reinhart et son incroyable Elisabeth, Leonor de Recondo et sa magnifique Pietra Viva, Gaelle Josse et ses délicates noces de neige, Isabelle Monnin et son percutant Daffodil Silver; Sorj Chalandon et son terrifant quatrième mur), d’autres qui ont aiguisé leurs plumes, qui ont donné lieu à de jolies rencontres et que j’attends de retrouver avec impatience (Aude et ses poétiques arbres, Kévin et sa trépidante vie hâtive, Sophie et son doux duo frère/soeur) et puis des découvertes bouleversantes, des écritures si particulières (Les magnifiques araignées du soir d’Elsa Flageul, les étonnants étourneaux de Fanny Salmeron, le subtil garçon incassable de Florence Seyvos, le dérangeant Sang d’encre de Stéphanie Hochet, la bienveillance silencieuse d’Ariane Schréder ). […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :