Noces de neige de Gaëlle Josse

8 Mar

Attendre sagement la sortie, se rendre dans sa librairie, ne voir que lui. Ressortir avec le sourire aux lèvres et l’impression d’avoir un trésor caché dans son sac. Ne pas pouvoir attendre. Commencer à poser les yeux dedans, en voulant pourtant que le temps s’arrête, les pages ne sont pas par milliers. Et succomber, une nouvelle fois.

Nos vies désaccordées avait été un moment de lecture à part. Tout était délicat, subtil. L’écriture, l’histoire, les personnanges. Il avait fallu du temps pour en sortir. Effleurer ce roman, c’est faire ressurgir des émotions. Aucun superlatif de trop, cette lecture était vraiment une aventure.

Alors, un nouveau roman, quelle jolie promesse.

41l7wAvwdxL__SL500_

La couverture et le titre, une nouvelle fois, sont magnifiques. Rien qu’en regardant la couverture, on retrouve instantanément la douceur et la délicatesse de Gaëlle Josse, et dès les premières lignes on se retrouve en phase avec son écriture. Toujours aussi musicale, ciselléée et fondamentale.

C’est un double voyage en train dans lequel nous embarque l’auteur, un chassé croisé franco-russe, dans lequel se mêlent des destins de femmes, des amoureuses, des rêveuses.

Le début de l’histoire nous invite à  nous installer, mettre nos bagages dans les endroits convenus pour se délester un peu. Après tout, le voyage en train est un temps à part, l’horloge tourne différemment. On se pose jusqu’à l’agitation de l’arrivée où l’on sent la tension montée, le rythme effrené va reprendre. On bouge sur son siège, on sent que la fin va être tendue, des petits cailloux ont entravé les voies pendant le voyage.

On referme le livre avec difficultés, comme ce premier pied posé à terre après un très long voyage en train. Pas envie de s’extraire de ce climat que Gaëlle Josse sait si bien créer. Ne partez pas, restez encore un peu, c’est ce que l’on voudrait murmurer à ces femmes. Il était trop court finalement ce voyage.

Un roman délicat et mélancolique servi par le murmure des mots si bien choisis par Gaëlle Josse.

Embarquez! Vite!

Extrait:  » C’est étrange, nous sommes une même famille, mais personne n’est heureux en même temps. »

« Il me reste désormais chaque heure de ma vie, dans son couchant, pour me souvenir que nous poursuivons en vain un horizon qui se dérobe, et que nos songes ne sont que châteaux de sable, inlassablement détruits par la mer et par le vent. »

« Je n’ai pas bougé, galcée, dans le soir qui tombe et le vent qui se lève et le monde qui s’agit autour de nous, étranger à tous nos rêves dévastés. »

Publicités

9 Réponses to “Noces de neige de Gaëlle Josse”

  1. Jostein 8 mars 2013 à 07:39 #

    Lorsque j’ai lu la première chronique de ce livre, il n’était encore sorti nulle part. Déjà fan de cette auteure depuis ses deux premiers romans, tu me rappelles qu’il faut absolument que je me procure ce petit livre. Merci

  2. Laetii 8 mars 2013 à 11:44 #

    ça y est, il est sorti!!! j’espère pouvoir l’acheter demain à la Foire du livre de Bruxelles ;D

  3. eimelle 8 mars 2013 à 13:27 #

    je crois que je ne vais pas résister longtemps non plus!

  4. Laure 8 mars 2013 à 19:19 #

    Ton article ne peut que donne envie; Je note ce titre. Je vais d’abord découvrir Les heures silencieuses 😀

  5. noann 3 avril 2013 à 10:53 #

    J’ai beaucoup aimé les deux précédents, mais pour celui-ci, je m’abstiens, un peu surchargé, et j’espérais le recevoir, comme le précédent. Il se fait que j’ai reçu une bonne vingtaine de livres depuis le début de l’année mais pas celui-ci… et j’étais déjà en retard de lectures. Dommage

  6. sabine 8 juin 2013 à 19:14 #

    Charlotte… je viens juste de le finir… et comme je te comprends ! ce roman est tout simplement magnifique. Et relire ton billet l’en rend encore plus beau, émouvant. Merci Charlotte je te rejoins sur toute la ligne, sur tout le trajet.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Le passage | L'insatiable - 9 janvier 2014

    […] Eric  Reinhart et son incroyable Elisabeth, Leonor de Recondo et sa magnifique Pietra Viva, Gaelle Josse et ses délicates noces de neige, Isabelle Monnin et son percutant Daffodil Silver; Sorj Chalandon et son terrifant quatrième mur), […]

  2. Le dernier gardien d’Ellis Island, un carnet de vie sublime. | L'insatiable - 16 septembre 2014

    […] Et si vous ne connaissez pas cette grande dame, alors écoutez là parler écriture et retrouvez mes émotions de lecture concernant ses précédents romans: Nos vies désaccordées et Noces de neige. […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :