Une photo, quelques mots: la dernière tentative

25 Fév

On commence la semaine avec l’atelier de Leiloona. Le chemin des idées est étrange, je m’étonne moi même des routes sur lesquelles j’avance,et c’est ça qui est bon!

Crédit photo: Romaric Cazaux

Crédit photo: Romaric Cazaux

Une dernière tentative.

Savoir si notre tandem était assez stable pour continuer sa route.

Un dernier voyage avant de se poser la question décisive : serions nous plus heureux l’un sans l’autre ?

L’ultimatum avait été lancé.

Maintenant ou jamais.

Dans un élan romanesque, je t’avais dit : « je te suivrais au bout de monde !». Une de ces phrases que l’on dit pour donner à la réalité une consistance qui lui échappe.

Tu avais choisi cet endroit, suffisamment dépaysant pour deux amoureux en reconquête mais pas trop éloigné de Paris, pour que tu puisses rentrer rapidement si les choses tournaient mal, tu aurais prétexté une énième réunion à laquelle ta présence était indispensable., tu aurais fui par le premier vol.

Trois jours.

On était dans ce riad depuis trois jours et on l’avait trouvé ce nouveau souffle.

Tout avait été dit, sans concession. Les larmes avaient coulé. Des cris avaient été hurlés jusqu’à l’épuisement, jusqu’à ce regard échangé et ce fou rire qui allait tout effacer.

La soirée avait été délicieuse, mes mains avaient retrouvé le chemin de ton corps, tes bras étaient redevenus l’antre dans laquelle tous les soirs j’allais pouvoir me blottir pour oublier le monde et ma déroute.

Avec la certitude du bonheur, je m’étais endormie paisible et sereine, ton souffle en écho au mien.

J’avais à peine bougé quand tu m’avais murmuré que tu sortais faire un tour au souk pour prendre des photos, la lumière était parfaite.  Tu m’as déposé un baiser sur le front, me murmurant que tu m’aimais.

A peine la porte fermée, je replongeais dans mes rêves, cette promesse de bonheur inespérée logée au creux de mon ventre.

Jusqu’à ce bruit.

Puis ce silence, assourdissant.

Et ces cris, des hurlements inhumains.

Comme saoule de ce vacarme, je m’étais levée. Quelques secondes m’avaient été nécessaires pour me rappeler que tu étais dehors.

La lumière parfaite avait disparu, tout était envahi par la fumée. Le jour avait enfilé son costume noir.

Je m’habillai en hâte et sortis.

Quelques pas pour arriver au cœur du souk, la main sur la bouche pour tenter de respirer.

Si le chaos existe, il doit ressembler à cela. Je ne savais plus où regarder, les corps déchirés, les femmes berçant des enfants que plus une flamme de vie n’habitait et ton regard que je cherchais.

Jusqu’à ce que je sente cette pression sur mon épaule.

Le soulagement.

Une seconde.

Jusqu’à ce que je me rende compte que ce n’était pas la tienne mais celle du tenancier de la chambre.

Son regard avait suffi. Ses mots ne m’atteignaient plus. Tout m’échappait, il me disait être parti avec toi, il voulait te montrer les endroits typiques, il avait oublié de fermer la porte, il était revenu sur ces pas et au moment où il ressortait, il avait vu cet homme trop habillé pour ce mois de juin.

Une seconde plus tard, ton sourire s’était figé et tes yeux s’étaient éteints.

Et tu sais, aujourd’hui, je l’ai la réponse à la question que l’on se posait.

Non, je ne pourrais pas.

Vivre sans toi.

Impossible.

Publicités

19 Réponses to “Une photo, quelques mots: la dernière tentative”

  1. lucie 25 février 2013 à 08:19 #

    Je me doutais que tu allais partir sur l’attentat en plein marché. Elle continuera à vivre malgré tout, c’est ainsi. Survivre, plutôt. Ton texte est fluide.

  2. Gaëlle 25 février 2013 à 11:27 #

    Magnifique, on te suit en retenant son souffle. C’est très beau.

  3. Isa tout simplement ... 25 février 2013 à 13:04 #

    Beau texte, bravo !

  4. blabla 26 février 2013 à 00:03 #

    Tellement absorbée que, me demandant ce que tu devenais depuis ces quelques jours, moi de passage ici, j’ai enfin lâché un peu d’air en lisant …. « juin » !!!
    Je ne sais quel était l’exercice ; ce fût pour moi une paranthèse terriblement douce !

  5. Yosha 26 février 2013 à 07:16 #

    Je suis d’accord avec tous les commentaires, j’ai été très touchée par ce couple qui se retrouve et cette issue fatale (et toujours ton écriture que j’adore). Sinon, j’aime beaucoup la phrase que tu as écrite au début sur le chemin des idées, je ressens souvent la même chose !

    • insatiablecharlotte 8 mars 2013 à 10:03 #

      Merci Yosha. Cette impression de ne pas contrôle où je vais est très présente avec l’exercice proposé par Leiloona, c’est pour cela que j’aime tant ce rdv du lundi!

  6. Leiloona 26 février 2013 à 08:27 #

    Oui, c’est vraiment ça : j’ai été portée par ton texte.

  7. Cardamone 26 février 2013 à 23:18 #

    Oui, très prenant, j’aime ton écriture.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Atelier d'écriture | - 26 février 2013

    […] L’Insatiable : Dernière tentative […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :