Rideau! (une photo, quelques mots)

21 Jan

Toujours la tête ailleurs, mais irrésistiblement attirée par l’atelier de Leiloona, revoilà donc un petit texte du lundi! Plusieurs pistes en voyant cette photo, plusieurs envies, j’ai gardé la plus-comment dire- différente…??

Crédit légende: Romaric Cazaux

Crédit légende: Romaric Cazaux

J’ai été mille fois effleuré. Sans conviction jamais, toujours pour me tirer dessus ou me remettre d’équerre. Tout au plus un coup d’œil pour conclure à mon côté un peu désuet.

Personne ne semble comprendre que l’on devrait prendre soin de moi. Je suis vieux, fatigué, mon poids me pèse. Je ne demande pas une attention de tous les jours, juste un peu plus de reconnaissance.

J’ai fait mon devoir comme un sage et dévoué serviteur. J’ai toujours rempli mes fonctions, pas un jour de défection, pas de grèves ou de maladie. Toujours fidèle au poste.

Un peu de considération, serait ce trop demander que de reconnaître que j’ai toujours réussi à diminuer les courants d’air, à protéger les yeux d’un soleil brûlant. Un merci même murmuré me suffirait !

Rien. On me presse, on en veut toujours plus, on s’agace quand une faille apparaît ou que je m’use.

Je suis fatigué de cette vie de serviteur, semblable à mille autres. Je n’ose pas regarder autour de moi, je sais que je n’ai rien de plus, rien d’unique, qu’un autre prendra ma place sans égard si je m’effondre. Tout au plus utilisera t on mes restes pour les petites tâches ingrates !

Pourtant, si on s’approchait un peu, si on me caressait délicatement, si on écoutait le bruissement de mes souvenirs, je pourrais en raconter des secrets, délivrer des odeurs oubliées, faire jaillir des effluves d’un autre temps. J’ai vu défiler tout ce que le monde comptait de grands, des présidents puissants, des hommes de l’ombre influents, des femmes enivrées par le pouvoir. Ceux là passaient en coup de vent, pas le temps, je n’ai retenu que l’éphémère. J’ai tenté de me tenir prêt pour sécher les larmes des oubliés, de ceux que l’on a fait chuter sans précautions, des femmes qui s’étaient brûler les ailes et des enfants enivrés d’ennui espérant voler quelques minutes à l’un de leurs parents, trop occupés à s’amuser à des jeux de grands qui au fond ne servent à rien.

Il fallait que je reste stoïque, à chaque tentative de fuite, on me remettait à ma place.

Aujourd’hui, je suis fatigué.

Je vais attendre que ce couple reparte après avoir cru saisir quelques minutes de cette inquiétante atmosphère de pouvoir. Ces journées portes ouvertes m’épuisent.

Ce soir, c’est décide, je tire ma révérence.

Tomber de rideau.

Publicités

8 Réponses to “Rideau! (une photo, quelques mots)”

  1. Isa tout simplement ... 21 janvier 2013 à 08:10 #

    Belle prose , bravo !

  2. lucie 21 janvier 2013 à 08:45 #

    point de vue original !

  3. christine 21 janvier 2013 à 10:01 #

    C’est agréable de commencer la semaine avec un très beau texte.

  4. Adèle 21 janvier 2013 à 11:15 #

    Très beau, vraiment !

  5. Gaëlle 21 janvier 2013 à 12:18 #

    J’adore !

  6. Leiloona 22 janvier 2013 à 23:00 #

    Hi hi, j’adore le point de vue ! 😀

    (Je viens tout juste de voir ton lien, et de l’ajouter aux autres. Désolée du retard. :/)

Trackbacks/Pingbacks

  1. Une photo, quelques mots, atelier d'écriture | - 22 janvier 2013

    […] Insatiable Charlotte : Rideau […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :