Le nouveau roman d’Erwan Larher: une bombe!

10 Jan

J’ai retourné cette critique dans tous les sens, à la recherche du mot juste, pour trouver le bon ton, celui qui serait à la hauteur des émotions de lecture.

J’aurais du m’arrêter en chemin car tout paraissait fade et insuffisant, je vais utiliser trois cents superlatifs à la ligne et on va croire que j’en fais trop, et pourtant je me devais de vous en parler!

41VoWrvTF0L__SL500_

 J’attendais avec impatience ce nouveau roman et aussi avec fébrilité, après avoir été littéralement emportée par Autogenèse, livre qui me poursuit encore, et qui a décalé un peu ma vision sur le monde et sur moi même, je me demandais si on pouvait revivre cela une deuxième fois.

C’est donc ce mélange d’excitation et de crainte qui m’a accompagnée lors de l’ouverture de ce roman, pendant les vingt premières pages, je me suis dit que ce serait différent, peut être un peu moins fort.

Sans que je m’y attende, sans crier gare (Erwan, la prochaine fois, un « attention Charlotte, à partir de cet instant, tu vas entrer en apnée » pour me prévenir serait de bon augure pour que ma santé n’en pâtisse pas trop) le basculement.

 Tout est revenu : les picotements dans les yeux, les papillons dans le ventre, les frissons et la bulle qui s’est formée autour de moi et de ce livre. A cet instant, je savais que je ne pourrais pas m’arracher de cette lecture, qu’il allait falloir aller au bout pour pouvoir reprendre le train-train de ma vie, légèrement différente.

Encore une fois, c’est au plus profond de moi, de ce que je suis, de ce que j’aspire à être que ce roman est venu puiser. Deux personnages centraux, un homme et une femme et autant de points communs avec les deux, où peut être l’un est-il ce que je suis et l’autre ce que j’aurais aimé être (en version plus soft tout de même) ! Toujours est-il que j’ai sauté à deux pieds dans cette histoire d’amour, de musique, de rêves, de vie, de passions et de tourmentes.

C’est un roman d’aujourd’hui et intemporel, avec ce regard acéré sur les mondes et ses dérives et sur ces êtres  humains qui tentent d’exister et de sortir la tête de l’eau, sans sombrer. Un roman coup de poing pendant la lecture et qui se transforme en gifle une fois fermé, qui laisse de manière indélébile une trace en vous et vient chercher ce désir enfui de vivre pleinement sa vie!

Jamais de facilité, d’évidences acquises dans l’écriture d’Erwan Larher, toujours le mot juste, celui qu’il fallait, jamais un de trop et ce rythme soutenu, haletant qui ne vous lâchera qu’une fois le livre refermé (et encore !). Des personnages chargés de vie et d’émotions, incarnés et inspirants. Une maitrise parfaite du sujet et de l’écriture. Bravo!

Chapeau Monsieur l’artiste ! Ce roman va rejoindre Autogenèse dans ma bibliothèque et je sais déjà qu’à chaque fois que je l’effleurerai, remonteront à la surface toutes les émotions de lecture.

 

 

Publicités

7 Réponses to “Le nouveau roman d’Erwan Larher: une bombe!”

  1. Isa tout simplement ... 10 janvier 2013 à 07:09 #

    Ton billet donne très envie de lire ce roman et pourtant je pense que ce n’est pas trop le style de ce que je lis d’habitude !

  2. lucie 10 janvier 2013 à 22:30 #

    et bein !!!

    • céline 1 mars 2013 à 11:59 #

      Je découvre cet auteur avec ce roman, et waouh, j’ai été bouleversée ! Une rencontre explosive ! Très envie de continuer l’aventure avec ses précédents romans…

      • insatiablecharlotte 8 mars 2013 à 09:59 #

        Génial! On ne peut que tomber sous le charme de l’écriture d’Erwan! Alors, oui il faut lire Autogenèse, une nouvelle claque en perspective!

Trackbacks/Pingbacks

  1. Les araignées du soir d’Elsa Flageul: brillant! « L'insatiable - 14 janvier 2013

    […] sortais de la lecture du roman d’Erwan Larher, tourneboulée et émue. Un peu craintive d’attaquer un nouveau roman, le risque de ne pas ressentir la même […]

  2. La rencontre. Un duo attachant et détonnant vient vous parler amour et création! | L'insatiable - 11 avril 2013

    […] Erwan est un « orfèvre de l’écriture », auteur de l’inimitable Autogenèse, un roman ambitieux et inclassable qui nous embarque au côté d’un Candide des temps post- modernes (Suite à venir) et du vibrant L’abandon du mâle en milieu hostile. […]

  3. Le passage | L'insatiable - 9 janvier 2014

    […] a eu des belles lectures en 2013. Des écrivains que j’ai retrouvé avec un bonheur intense (Erwan Larher et son percutant mâle en milieu hostile, Delphine  Bertholon et son démentiel soleil, Eric  Reinhart et son incroyable Elisabeth, […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :