Cette longue dame brune…

28 Nov

De tous les arts, c’est sans doute la littérature qui me touche le plus. Les mots m’emportent tout en me laissant libre de me les approprier, de créer mon univers. La relation avec un livre est particulier, cet échange, cette connivence.

Mais attention, cela ne veut pas dire que tout le reste ne m’intéresse pas! Au contraire! Mais l’émotion est moins récurrente, moins manifeste. Sauf certains cas rares: Pollock notamment donc je vous parlais ici.

Sans doute ne pourrais je pas vivre sans musique, mais dans ce domaine je suis assez mono-maniaque: quand j’aime, c’est démesurément et en boucle! Je suis fidèle alors que je suis plus volage avec les livres!

Pourtant, là, c’est de musique que je vais vous parler et c’est plus qu’une sensation, c’est un déluge de sentiments qui m’étreint quand je pense à elle.

Elle?

Une note, le grésillement si particulier, la respiration et soudain la voix, sa voix. Reconnaissable entre mille, sensuelle, vivante, vibrante, si expressive. Si on doit trouver un modèle à la maxime qui veut que la voix soit le reflet de l’âme, c’est elle. Sombre parfois, légère souvent. Toujours juste.

Envoûtante.

Autres signes distinctifs: ce regard troublant, ces vêtements noirs, cette présence ravageuse.

Vous aurez reconnu Barbara.

Je n’ai pas attendu les quinze ans de sa mort pour m’y intéresser. Je l’entendais petite, mon père écoutant cette dame brune, un peu énigmatique. Et puis, au détour d’une visite guidée à Paris, s’arrêter devant sa maison. Ressentir quelque chose. Avoir envie de la connaître plus. Et là, le choc. Des larmes à chaque fois, certaines chansons sont comme des douces morsures, j’y reviens même si je sais que le coeur va se serrer et que les larmes vont affleurer au coin des yeux. Mon enfance, la solitude, Parce que je t’aime ou des plus connues comme Gottingen et Une petite cantate.

Loin des clichés que la légende véhicule, si on s’approche un peu, on découvre une Barbara drôle, qui aimait profondément la vie (tandis que certains la disent morbides), une femme exigeante et torturée sans doute mais une femme vivante!

Ses chansons sont un baume, même les plus difficiles me font du bien. J’aime être touchée, j’aime ces larmes qui coulent seule, ce sont des émotions pures. Sa voix vient vous chercher au plus profond des tripes pour vous laisser à la dernière noté étonnée de ce bouleversement en vous.

J’avais peur pour les quinze ans de sa mort que les hommages se multiplient, que toute la nouvelle (ou pas tant que cela) scène française se rue pour faire le cd de trop. Finalement, point de cela mais une petite découverte comme une gourmandise.

Crédit photo: Julia Gragnon

Une reprise de treize chansons de Barbara par une artiste que j’aime profondément: Daphné. Rassurée par l’interprète, je suis séduite par le résultat! La voix chaude, sensuelle et avec ce timbre si particulier de Daphné vient se fondre à merveille dans les paroles de Barbara. Pas d’imitations, pas de destruction de l’oeuvre, au lieu de cela un respect profond. Rien de trop, pas de fioritures inutiles, des arrangements où l’on reconnaît la pâte mutine et délicate de Daphné. Des duos savoureux avec Benjamin Biolay ou Dominique A (superbe Dame Brune)! Un seul regret: pourquoi seulement treize et pourquoi les plus chansons les plus connues?

Bravo Daphné!

Une réussite, alors si Barbara vous semble inaccessible, peut être pouvez vous commencer par ce cd qui vous donnera envie d’aller découvrir d’autres chansons de cette grande artiste, c’est certain!

Pour en savoir plus sur Barbara, Télérama réédite un hors série complet et intelligemment conçu. A découvrir!

Publicités

12 Réponses to “Cette longue dame brune…”

  1. Laetii 28 novembre 2012 à 08:37 #

    Superbe hommage que tu lui rends!!

    • insatiablecharlotte 5 décembre 2012 à 18:54 #

      Merci Laetii! Je suis tellement difficile en musique que quand j’aime, c’est intense!

  2. Corinne (Couleur Café) 28 novembre 2012 à 09:20 #

    Je suis d’accord avec chacun de tes mots ! Bel hommage !!

  3. juristeinthecity 28 novembre 2012 à 14:23 #

    J’adore cet album de Daphné dont la voie me trouble, presque autant que celle de Barbara.

    • insatiablecharlotte 5 décembre 2012 à 18:54 #

      La voix de Daphné est mon petit baume (avec celle de Mélanie Pain et de Loane) alors oui je suis moi aussi très sensible à sa voix!

  4. Louvero de clothe to me 29 novembre 2012 à 01:15 #

    Forcément d’accord avec toi… (http://www.clothetome.com/Barbara-l-ange-noir-qui-veille-encore_a284.html) et bravo pour tes mots sensibles. :)))

  5. KroNiqueuse 29 novembre 2012 à 10:17 #

    ma mère m’a bercé avec barbara… bel hommage, que de souvenirs et d’émotions gravés dans nos coeurs…

    • insatiablecharlotte 5 décembre 2012 à 18:53 #

      J’entendais souvent Barbara sans le savoir chez mes parents mais je l’ai vraiment « rencontrée » plus tardivement!

  6. LindaG 6 décembre 2012 à 17:03 #

    A me faire écouter lors d’une prochaine visite…..

Trackbacks/Pingbacks

  1. Sid’amour à mort « L'insatiable - 1 décembre 2012

    […] La longue dame brune dont je vous parlais mercredi aurait sans doute cautionné ce message, avec discrétion, loin des lumières et des projecteurs, toute en pudeur. Elle visitait les prisons sans caméra ni publicité. Un combat personnel et profondément sincère (pour en savoir plus, c’est ici!) […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :