Des premiers romans à découvrir! Aurélia, Carole et Emmanuelle iront loin!

26 Sep

Rentrée littéraire : 646 romans, 69 premiers romans. Cherchez l’erreur !

L’audace d’une maison d’éditions se reconnait sans doute à sa propension à publier des nouveaux auteurs. Evidemment, c’est agréable de se coucher dans des draps que l’on connaît, retrouver une plume que l’on aime, avoir l’impression d’être familier avec l’auteur; mais découvrir une nouvelle personnalité, un nouveau style, un auteur en devenir, c’est autre chose ! (Si demain, je gagne au loto, je monte ma maison d’édition et je n’édite que des novices… Ah petite fille naïve qui croit que l’édition n’est pas un milieu comme les autres où l’économie est reine… j’ai encore des illusions, laissez moi rêver !)

Un jour, dans cette folie de rentrée, une amie m’a murmuré à l’oreille qu’elle avait été attirée par un roman à la couverture inédite, il fallait que j’aille voir… Elle avait raison : ma rencontre avec la collection Qui vive de Buchet Chastel et en particulier avec Aurélia Bonnal m’a fait un bien fou ! Oui, certains prennent des risques et proposent une collection à la ligne éditoriale qui résonne en moi et publient des jeunes romanciers bourrés de talent.

Rien que l’objet est beau… Dans la période du numérique, un livre papier n’est pas seulement un contenu, c’est aussi un objet et celui là donne envie !

J’ai poussé la porte de l’univers d’Aurélia Bonnal et là j’ai ri ! En cours de lecture, j’envoyais des extraits entiers à cette amie, très bonne conseillère, tellement cela nous ressemblait, ce côté un peu décalé et tellement vivant !

The queen is Dead (titre d’une chanson de Morrissey) : un roman à double voix où se mêle la pétillante et fragile Elo, jeune romancière incertaine de son talent et de la raison de son écriure et Bert, un quadra troquant son rêve de rock star pour vendre du vin. Deux personnages en marge de leurs rêves, questionnant la vie et ses buts, cherchant toujours le sens d’une vie. Un diamant : rock et pur, qu’Aurélia a su façonner pour ne laisser que la substance essentielle. Avec un style bien à elle, Aurélia Bonnal nous livre une histoire universelle, un brin loufoque, sans concession dans un rythme tantôt posé, tantôt enlevé. Un roman frais et détonnant !

Un roman à découvrir et une collection que je continue à suivre, tant elle est prometteuse !

Une collection qui vous propose comme ligne de conduite: « QUI VIVE, c’est d’abord un cri lancé par les sentinelles quand un bruit trouble l’obscurité : une quête dans le noir d’hommes et de femmes bien vivants.  » ou encore « QUI VIVE cherche à proposer aux lecteurs de véritables expériences : quand les mots ont un écho immédiat et profond, quand le temps de la lecture se déploie et se diffracte en mille sensations surprenantes. QUI VIVE souhaite offrir une littérature troublante et libératrice, une littérature en forme de question. » Des promesses modernes et ambitieuses, une littérature libératrice… Des livres à découvrir et une collection à suivre évidemment!

Deuxième bonne surprise : Que nos vies aient l’air d’un film parfait de Carole Fives. (Edition Le Passage… là encore on aime les jeunes romanciers !)

Roman court, dévoré en une soirée qui vous plonge dans les années 80. Les trentenaires et les quadra savoureront les références à ces années là!!  L’auteur sait vous saisir dès les premières pages, sans doute l’utilisation du « tu » n’est pas étrangère à cela. Vous vous retrouvez alors projeté au milieu d’une famille en implosion, entre une grande sœur trop petite pour porter le poids qu’on lui visse sur le dos, un père tentant de survivre et une mère dépressive attirée par une vie en marge de la société: au milieu de tout cela, un enfant, le petit frère, que tout le monde utilise pour son propre bonheur et que l’on oublie de protéger. Un style limpide et clair qui parvient à faire passer les émotions les plus simples. On voudrait le prendre par la main, ce petit bonhomme, et lui  promettre que tout ira bien. Un roman court mais puissant !

Enfin, un autre premier roman d’Emmanuelle Guattari, La petite Borde chez Mercure de France.

Une écriture tendre et mordante, des instants de vie souriants et nostalgiques. Un univers. Un seul regret : ce roman est trop court, on aurait voulu en avoir encore plus, des nouvelles un peu plus longues pour se sentir complètement plongé dans l’univers de la petite borde, clinique psychiatrique dirigée par le père de l’auteur.

Le défi: lire les 69 premiers romans de la rentrée.. Déjà trois lus… La prochaine fois, je vous parle de deux autres premiers romans: un chez Sabine Wespieser et l’autre chez Stéphane Million éditeur!

Publicités

10 Réponses to “Des premiers romans à découvrir! Aurélia, Carole et Emmanuelle iront loin!”

  1. emidreamsup 26 septembre 2012 à 09:31 #

    The Queen is Dead est déjà dans ma PAL. J’ai hâte de m’y mettre. J’ai rajouté les 2 autres à ma liste d’achats. Tu m’as donné envie de les lire.

  2. My Little Discoveries 26 septembre 2012 à 09:42 #

    Je trouve ça super que tu nous parles des premiers romans, ces trois-là font envie!!

  3. Theoma 28 septembre 2012 à 08:34 #

    noté, déjà noté et… noté ! 🙂

  4. nath 28 septembre 2012 à 18:27 #

    Mmh, j’aime bien celui de Carole Fives. Merci pour la découverte 😉

  5. Un autre endroit... 30 septembre 2012 à 12:09 #

    Je note le denier.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Si on parlait écriture avec Aurélia Bonnal? « L'insatiable - 9 octobre 2012

    […] Chastel? Toujours pas, retournez donc lire l’article dans lequel je parlais de la prometteuse Aurélia Bonnal et de son premier roman: The queen is dead, puis revenez écouter Aurélia vous parler écriture. Une interview sincère, timide parfois qui […]

  2. Le meilleur des jours, la mort est une nuit sans lune et les fameuses lisières! « L'insatiable - 10 octobre 2012

    […] ma lecture des « premiers romans » de cette rentrée littéraire. Après Aurélia, Emmanuelle et Carole, voici Yassaman et […]

  3. L'insatiable - 10 octobre 2012

    […] ma lecture des « premiers romans » de cette rentrée littéraire. Après Aurélia, Emmanuelle et Carole, voici Yassaman et […]

  4. Escale en terres d’auteurs #4 « L'insatiable - 25 octobre 2012

    […] par Aurélia Bonnal qui en plus de nous offrir son (très bon) premier roman The queen is dead, nous propose un blog décapant et détonnant: Lutecewoman où justement elle vous raconte sa […]

  5. Et une sélection, une! « L'insatiable - 13 décembre 2012

    […] The queen is dead d’Aurélia Bonnal […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :