Et si on parlait écriture avec Olivia Billington?

14 Août

Si vous suivez ce blog depuis un moment, vous avez du croiser mes petites histoires pour Des mots, une histoire… L’instigratrice de ce très joli atelier d’écriture est Olivia…(c’est sans doute un peu grâce à elle que j’ose vous montrer mes textes aujourd’hui! merci Olivia!)

Aujourd’hui, elle ne vous raconte pas d’histoire mais vous parle de son travail d’écriture…

1. L’écriture : c’est inné ou acquis ? C’est 90% sueur et 10% de talent ou l’inverse ?

Les deux. Je pense qu’au départ, il est nécessaire d’avoir un don, un certain talent pour l’écriture, mais qu’il faut du travail pour le faire fructifier. Et donc, de l’expérience. Écrire, réécrire, corriger, oser se remettre en question, défaire et refaire.

2. Combien d’heures par jour pour l’écriture ? (avant votre premier roman et maintenant ?)

Difficile de répondre à une telle question, car l’écriture ne se résume pas à taper sur son clavier, ne se résume pas à aligner des mots. En réalité, j’écris tout le temps, sans cesse des histoires se promènent dans mon esprit.

3. Votre premier roman, c’était quand, quoi, où, comment ?

2006, Au-delà du remords, auprès d’un éditeur qui n’existe plus actuellement. Un roman écrit en trois mois, que je ne considère pas comme mon premier, car rédigé après Elle, une autre, qui lui a été publié en 2009, aux Editions Chloé des Lys (éditeur classique – à cet égard, vous pouvez lire cet article pour les différentes sortes d’édition).

4. Quand peut-on être satisfait de son manuscrit ? Peut-on l’être vraiment ?

Bien sûr qu’on peut l’être, mais… je ne l’ai jamais été. Mais il y a bien un moment où il faut cesser de se relire, et laisser le récit prendre son envol.

5. Combien de refus pour arriver au St Graal ? Combien de textes proposés avant ce premier roman enfin publié ?

Adolescente, j’avais envoyé un roman, avec les refus qu’on imagine. Pour ce premier roman publié, une dizaine de refus, je pense – viser les grosses maisons d’édition françaises alors qu’on est une petite belge inconnue n’est probablement l’idéal…

6. Comment se déroule votre travail d’écriture ? Un premier jet en combien de temps ? Une lecture acharnée ? Des lecteurs ? Un projet que vous laissez grandir en vous avant de le coucher sur le papier ?

Pour le premier jet, cela varie du style du roman. Je fais des recherches, j’essaie d’obtenir des informations auprès de personnes qualifiées (pour Elle, une autre, j’ai été en contact suivi avec un Inspecteur Principal de Police). J’avoue qu’Au-delà du remords n’a fait l’objet que d’une seule relecture (à ma grande honte). Elle, une autre a eu un traitement un peu plus particulier : je l’ai écrit à quinze ans, et je l’ai un peu remanié quinze ans plus tard. Actuellement, j’ai trois lecteurs attitrés et mon travail de correction s’effectue à plusieurs reprises. J’en suis venue à apprécier tout autant cette étape que la rédaction initiale.

7. Quel est le plus difficile dans l’écriture d’un premier roman ? Comment surmonter les doutes et les angoisses sans tout arrêter et sans se demander à quoi finalement tout cela sert-il ? 

Je suis incapable de répondre à cette question. J’ai commencé jeune, à huit ans, et cela me semblait tellement naturel que je ne me suis jamais interrogée. Par contre, j’admets qu’actuellement, il arrive que je sois en proie aux doutes, mais cela est plus lié à ma vie personnelle qu’à l’écriture proprement dite.

Crédit photo: Christophe de Neef

8. Faites nous rêver… Quelle sensation éprouve t on lorsqu’on a son premier roman, publié entre les mains ?

C’est aussi et d’abord le « oui » qu’on entend au téléphone, on écarquille les yeux sans vouloir y croire. Tenir SON roman entre les mains, c’est goûter, un peu, à son rêve d’enfant.

9. Si vous deviez juger votre premier roman aujourd’hui, vous en diriez quoi ?

Qu’il ne faut absolument pas le lire ! De toute façon, il est introuvable… Plus sérieusement, je préfère ce que j’écris maintenant.

10. Etre écrivain, c’est…

Vivre l’écriture.

11. Si vous aviez un conseil à donner à ces petits auteurs en herbe qui rêvent un jour d’être à votre place, ce serait…

D’écrire, encore et toujours. De lire, de se plonger dans l’imaginaire. D’y croire, aussi. Parce que personne ne viendra vous chercher, il faut du courage et de l’obstination pour continuer.

Merci beaucoup Olivia pour tes réponses et surtout bon courage pour la suite!! Pour en savoir plus, retrouvez Olivia sur son blog: Désirs d’histoires

Publicités

18 Réponses to “Et si on parlait écriture avec Olivia Billington?”

  1. dimdamdom59 14 août 2012 à 10:13 #

    Bonjour!!!
    Je découvre grâce à Olivia ton univers , au final Olivia m’a déjà fait découvrir de belles choses à commencer par ce désir d’écrire une histoire avec des mots imposés, puis son grand talent, puisque j’ai eu le privilège de la rencontrer à Bruxelles lors d’une séance de dédicace pour son livre « Elle, une autre », roman que j’ai dévoré en deux après-midi tant il était prenant. Pour moi Olivia est une personne aux talents multiples, au caractère bien trempé malgré une apparence très douce .
    Pour ma part, je ne me compare pas à une auteure, ni en herbe, ni dans l’espoir de l’être un jour, mais je rejoins Olivia en disant qu’il faut entretenir au quotidien cet amour pour les mots, car sinon très vite on tombe en panne d’inspiration et surtout faire fi de l’avis de son public, surtout quand celui-ci ne vous encense pas!!!
    Merci pour ce très bel article dédié à Olivia qui le vaut bien!!!
    Je te souhaite une douce journée ensoleillée.
    Amicalement
    Domi.

    • insatiablecharlotte 24 août 2012 à 10:10 #

      Merci pour cette jolie réponse qui a sans doute émue Olivia! Il faut l’entretenir effectivement, ce n’est pas toujours évident, mais il faut le faire!

  2. elcanardo 14 août 2012 à 19:48 #

    Des désirs d’histoire que j’ai eu le plaisir de découvrir il y a déjà quelques temps et durant lesquels j’ai pu me rendre compte (en y participant mais surtout en lisant les différents textes présentés) que de façon innée il y avait du talent chez beaucoup de monde mais que la reproduction sur le papier de ce que l’on imagine et construit dans sa tête allait au-delà… Et Olivia, chaque semaine, me le confirme… Elle est bien au delà ! Merci Insatiable Charlotte pour cet interview très instructif !

    Coincoins amateurs !

  3. Olivia Billington 14 août 2012 à 20:02 #

    Merci à toi, Charlotte, de m’avoir permis de m’exprimer sur le sujet.
    😳 elcanardo, quel compliment ! Merci !

  4. Asphodèle 17 août 2012 à 19:45 #

    Une petite minute dans mon programme de ouf pour confirmer tout ce qu’Ollivia vient de dire ! On peut s’améliorer avec le temps mais il n’est pas donné à tout le monde de s’obstiner pour se faire publier… Gros bisous et continue Livvy dès que tu seras « installée » ! 🙂

  5. Catherine 21 août 2012 à 00:10 #

    Bonjour, c’est une belle interview, bravo à toutes les deux !
    Bonne continuation et bonne semaine.

  6. antonio 21 août 2012 à 13:52 #

    Sympa et lucide ce regard sur elle même par Olivia.
    Belle journée
    Antonio

  7. Ceriat 22 août 2012 à 09:47 #

    Ton entretient est bien mené et Olivia est elle-même, comme toujours. 😀 On apprécie son honnêteté et sa gentillesse, qui ressortent de son interview. 😀

  8. covix 27 août 2012 à 21:58 #

    Bonsoir,
    merci de ce partage, cet interview est bien mené et Olivia toujours à la hauteur.
    Bonen soirée
    @mitié

  9. Jeanmi 19 septembre 2012 à 08:37 #

    S’il est un domaine où il n’y a pas de loi, c’est bien celui de l’écriture. Pendant des années on écrit facilement, les mots viennent seul en poussant votre plume. Puis un jour, le début d’un roman vient comme les autres et d’un coup plus rien, le vide total et c’est mon cas en ce moment il y a maintenant un an que je suis à la ramasse sur un livre en chantier. Cela fait deux fois que je le recommence…

Trackbacks/Pingbacks

  1. Et si je répondais ? | Désir d'histoires - 14 août 2012

    […] avec des écrivains ? Et ce mardi, devinez qui répond aux questions ? Bravo ! Ça se passe là. Merci Charlotte ! Envie de partager cet article ?ShareFacebookTwitterLinkedInJ'aime […]

  2. Et si on parlait écriture avec Olivia Billington? « L'insatiable | PROSE "Les professionnels des services de l'écrit | Scoop.it - 14 août 2012

    […] Si vous suivez ce blog depuis un moment, vous avez du croiser mes petites histoires pour Des mots, une histoire… L'instigratrice de ce très joli atelier d'écriture est Olivia…(c'est sans doute un peu grâce à elle que j'ose vous …  […]

  3. L’intatiable Charlotte nous parle d’Olivia Billington « Les facéties de Ceriat - 26 août 2012

    […] L’interview : […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :