Quand je serai grande, je serai écrivain!

2 Août

J’avoue que je suis épatée par cette volonté de devenir écrivain. Pour moi, on en le décidait pas, on le devenait si on était talentueux, comme un don. Des êtres à part. Toujours mon mythe de l’écrivain, il n’a pas complètement disparu et c’est tant mieux, je reste toujours admirative et avec des étoiles dans les yeux devant ces auteurs publiés.

Voici donc la pétillante Krystel qui est en train de relèver haut la main son défi!!!

1.      Une petite présentation rapide

Je m’appelle Krystel Jacob, j’ai 39 ans, une adorable petite fille de 6 ans qui veut faire le même (nouveau) métier que sa maman, j’aime aller me ressourcer en Bretagne (ma région natale), tout ce qui est rigolo (livres, films, amis), suis plutôt (trop) gentille et je pourrais me passer de tout sauf de sushis (langoustines, crustacés et Nutella).

2.      Avant vous étiez… et aujourd’hui vous êtes…

J’étais responsable marketing, puis je me suis spécialisée dans les problématiques éditoriales des entreprises. Mes premiers pas vers l’écriture, en somme… Et aujourd’hui, je suis écrivain.

3.      Quel a été l’élément déclencheur ?

Je travaillais sur un projet pour une cliente, un site Internet un peu fun où il fallait raconter une histoire rigolote pour donner envie aux femmes d’utiliser leur service. Elle a beaucoup aimé mes textes et m’a dit : « vous, vous devriez écrire des livres ! »

C’était mon anniversaire, le jour de mes 35 ans. Et je ne sais pas pour vous, mais pour ma part, quand je prends une année de plus, c’est souvent propice aux bilans… J’ai donc fait un petit point avec moi-même et je me suis dit qu’il était grand temps que j’essaie de réaliser mes rêves.

4.      Depuis quand murissiez-vous ce projet ? Quel a été le délai avant de le mettre à exécution ?

J’y pensais depuis toujours, en fait. Dès le collège, je notai sur les fiches d’orientation : écrivain ou scénariste quand les autres inscrivaient médecin ou avocat… Mais mes parents m’ont dit : passe ton bac d’abord et trouve un vrai métier !  Ce que j’ai fait. Il m’a donc fallu « un peu » de temps avant d’y songer sérieusement…

À partir du moment où j’ai vraiment pris cette décision, je n’ai pas complètement tourné la page tout de suite. J’ai commencé à écrire un roman tout en travaillant. Mais un an après, j’ai décidé de tout plaquer, car les deux n’étaient pas compatibles (pour moi ! Certains y parviennent…)

5.      Votre formation ou vos expériences précédentes sont-elles proches de votre travail actuel ? Si elles sont totalement différentes, quels sont les atouts que vous retirez de votre cursus ?

Écrire des livres est un travail solitaire et très différent du métier que j’exerçais précédemment. Mais ces expériences dans le marketing et la communication m’aident beaucoup. Car il ne faut pas oublier que l’auteur doit malgré tout « vendre » son travail, ses livres, s’occuper de sa promotion.

6.      Qu’est-ce qui compte le plus : le culot, l’expérience ou les études ?

Pour le coup, c’est certainement un certain « culot » qui m’a permis de réaliser mon rêve. Lorsque j’ai annoncé ma décision autour de moi, vous n’imaginez pas la tête de certains. Les « tu n’y arriveras pas », « c’est un milieu trop fermé », « C’est trop risqué », je les ai largement entendus. Mais je n’en ai fait qu’à ma tête 😉

7.      La qualité essentielle pour la réussite du projet

La PATIENCE !!! Malgré les refus des éditeurs, les difficultés de ce métier, il ne faut jamais se décourager : un jour, une porte s’ouvre…

8.      La question indispensable qu’il faut se poser (et à laquelle il faut avoir répondu pour se lancer dans cette aventure ?)

Suis-je prête à manger des pâtes pour le restant de mes jours si je ne décroche pas le prix Goncourt ? Plus sérieusement, en m’embarquant dans cette aventure, je savais que le chemin serait long et que je devrais faire pas mal de sacrifices. Il faut être prête à l’accepter…

9.      Si vous deviez regretter une chose

Si je vous dis : « de ne pas l’avoir fait plus tôt », ça peut paraître bateau, mais c’est ce que je ressens. En même temps, je sais que si je l’avais fait à 20 ou 25 ans, je me serais démotivée très vite et je me serais certainement cassé les dents, voire plus…

10.    Vous sentez vous aujourd’hui pleinement épanoui(e) et à votre place ?

Oui, je n’ai aucun regret ! Je me sens vraiment bien dans cette nouvelle vie et j’aurais vraiment du mal à faire marche arrière.

11.    Si un seul conseil devait être donné, ce serait…

De ne jamais abandonner ses rêves même si on vous prouve par A + B que ce n’est pas possible.

12.    Le mot de la fin…

C’est toujours le plus difficile à poser dans un roman 😉

Alors… merci et bonne chance à tous ceux qui ont décider de démarrer une nouvelle vie !

13. Et la question qui tue mais à laquelle on n’est pas obligé de répondre : financièrement, comment ce choix a-t-il pu être assumé ?

J’ai eu la chance d’être plus fourmi que cigale dans mon ancienne vie, ce qui m’a permis d’amorcer ce virage assez sereinement. Mais surtout, c’est une décision qui s’est prise en famille. Si mon mari ne m’avait pas encouragée dans cette voie, ça n’aurait pas été possible…

Vous pourrez retrouver Krystel sur ses nombreux sites internet: http://www.lea-jane.com, http://www.benjamin-moucheboeuf.com et http://www.roman-a-lire.com. Merci Krystel et longue route à vous!!

Publicités

11 Réponses to “Quand je serai grande, je serai écrivain!”

  1. lucie 2 août 2012 à 07:56 #

    merci de nous livrer ce témoignage qui va nous remplir d’espérance !

  2. Ines 2 août 2012 à 10:09 #

    Comme d’habitude, j’aime beaucoup cette rubrique! On y découvre le parcours de certain de nos écrivains fétiches…une bonne dose d’espoir pour beaucoup;)

  3. krysteljacob 2 août 2012 à 10:49 #

    Merci Charlotte ! J’ai été ravie de répondre à vos questions !;-)

  4. ogressedeparis 2 août 2012 à 13:05 #

    ça donne envie de découvrir cette auteure… En plus il me semble reconnaître les illustrations de Mary gribouille que j’aime beaucoup

  5. Marie 2 août 2012 à 18:37 #

    Encore une belle interview pleine de peps! J’aime ces temoignages qui nous donnent envie de continuer a rever, en encore plus grand.
    Merci a toutes les deux.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Appel à témoins! Envie de petits bonheurs et de grandes rencontres! J’ai besoin de vous! « L'insatiable - 23 novembre 2012

    […] Marc et ses petits plats, Julie et son cocon, Marie Laurence et ses livres, Anne et ses bons plans, Krystel et ses personnages, Myriam et ses […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :