Chère Suzanne…

6 Juil

Si on met les habitudes du lundi le vendredi, où va le monde?

Je n’ai pas eu le temps avant de faire ce petit texte pour l’atelier de Leiloona (allez vite découvrir son histoire à partie de cette photo, elle est vraiment drôle et tendre!) et pourtant j’y tenais tant la photo est touchante et belle. J’ai changé mille fois de cap pour cette histoire, mettre un plus de rose, retirer du noir et voilà le résultat.

Crédit photo: Romaric Cazaux (je suis vraiment fan de son travail!)

Ma chère Suzanne,

Tu trouveras cette lettre glissée dans ton sac, ce sac que tu déferas dès le seuil de ta porte franchie. Tu remettras au frigo la bouteille d’eau que tu auras entamé mais que tu ne finis jamais. Tu étendras la serviette sur laquelle nous étions assises pour en faire sortir le sable, tu replaceras ton livre (que tu prends toujours avec toi mais que jamais tu n’ouvres tant nous avons de choses à nous raconter) sur ta table de nuit. Tu rangeras la crème solaire dans l’armoire de pharmacie et tu trouveras cette enveloppe, surprise au début, tu l’ouvriras avec ferveur et tout de suite tu reconnaîtras mon écriture.

Tu souriras et tu diras « ah, ça, c’est bien toi, Adèle ! ». Trois heures à bavarder et pourtant il faut qu’elle écrive !

Tu t’assiéras dans ton canapé et tu commenceras la lecture, souriant de cette description que je viens de dresser de toi, tellement réaliste.

Cela fait 60 ans. Pour un mariage, on fête en grandes pompes les noces de diamant, en s’extasiant sur la longévité, félicitant les heureux mariés, se gaussant de la belle lignée qu’ils ont engendrée.

Mais pour l’amitié, point de nom, de fête ou de célébrations.

Et pourtant, c’est aussi difficile et aussi rare.

Alors je voulais te le fêter. Cela fait 60 ans que tu partages ma vie.

Pas de coup de foudre, d’amitié fulgurante, mais quelque chose qui s’est installée avec le temps et qui a su devenir indéfectible.

Petite, je t’enviais. Tu étais la petite dernière d’une famille nombreuse, trois frères et une sœur. Je vous regardais de l’autre côté du grillage qui séparait nos deux maisons, , moi la petite fille unique toujours en solitaire. Et puis, un jour, rejetée par tes frères, tu t’es approchée et tu as commencé à me parler. Timides au début, on est rapidement devenu inséparables. On nous appelait les jumelles du village. L’histoire aurait pu s’arrêter là et puis non. Tu es restée pour reprendre la ferme de tes parents et moi je suis partie étudiée. On s’est alors écrit, on a été chacune témoin du mariage de l’autre, on a partagé des weekends avec nos enfants et nos maris, en attendant toujours ce moment où la nuit venant, tous iraient se coucher et que nous pourrions nous retrouver à évoquer souvenirs et promesses d’avenir, nostalgiques et rêveuses.

Il est des histoires d’amitié comme des histoires d’amour, certaines ne valent pas la peine, d’autres laissent un souvenir parfois amer, mais il ne doit exister qu’une grande histoire par vie et tu es la mienne.

On aurait pu se détacher, les occasions n’ont pas manqué mais toujours, les mots ont permis de panser les blessures, de maintenir ce lien.

Cela fait 60 ans aujourd’hui que tu es celle qui sèche mes larmes et ravive mes sourires, qui connaît mes secrets les plus enfouis et les plus fous. Tu es celle qui jamais n’a jugé, toujours compris.

Alors, pour tout cela, Suzanne, je voulais te remercier par ces quelques mots. Ce n’est rien, juste une bafouille. J’aurais pu te dire tout cela mais l’écrire est plus facile et protège la pudeur.

Je te laisse, il doit être l’air de préparer ton repas.

Je t’embrasse tendrement et je te dis à demain, même lieu, même heure pour refaire le monde encore une fois, pour se sentir moins seule à nouveau. Pourvu que longtemps ta voix résonne encore dans mon oreille.

Adèle.

 

Publicités

8 Réponses to “Chère Suzanne…”

  1. lucie 6 juillet 2012 à 08:39 #

    c’est magnifique charlotte !!! Cette ode à l’amitié me plat beaucoup. J’adore aussi cette photo mais n’ai pas eu le temps d’écrire, je vais peut être le faire ce weekend tout de même.

  2. emidreamsup 6 juillet 2012 à 10:53 #

    Les grands esprits se rencontrent. J’adore ton texte, il est sublime.
    Bon week-end.

  3. chanone 6 juillet 2012 à 16:16 #

    très très beau texte ! vraiment ! bises

  4. Anne Claire 6 juillet 2012 à 18:44 #

    Quelle belle déclaration !!
    A t’on déjà écrit une lettre comme celle ci ?
    BRAVO !

  5. Emotion, sentiments, petit instants rares ! Super ! 24 juillet 2012 à 22:06 #

    Nasuac

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :