Quand je serai grande, je serai comédienne!

21 Juin

Je vous avais parlé de cette amie, chère à mon coeur, qui m’avait envoyé le premier numéro de Néon (j’en parlais ici) en me disant qu’il y avait un article pour moi et surtout qu’un des parcours présentés allait me plaire particulièrement et ce parcours, c’est celui de Sidney Laurent.

Effectivement, elle a vu juste. Sortir du métier d’avocate pour vivre sa passion, j’adore!!

J’ai donc contacté Sidney et là voilà parmi nous, pour vous parler de sa transformation!!

Merci infiniment Sidney pour ton énergie et ton envie!!!!

1. Une petite présentation rapide

Sidney Laurent, 29ans

 2. Avant vous étiez… et aujourd’hui vous êtes…

Avant j’étais avocate, aujourd’hui je suis comédienne

 3. Quel a été l’élément déclencheur ?

Je sortais d’une audience avec une juge pas commode, ça a été le déclic. D’un seul coup, je me suis rendue compte que j’étais en train de me perdre dans un métier qui ne me comblait pas et qu’il était temps pour moi de réaliser mes rêves, de m’écouter et de foncer. C’est devenu vital ! Après je crois que chacun a sa propre évolution, moi j’avais besoin de faire tout ce que j’ai fait avant pour sauter le pas !

 4. Depuis quand murissiez-vous ce projet ? Quel a été le délai avant de le mettre à exécution ?

Disons que c’est le fruit d’une longue maturation, de toute ma « jeune » vie je dirais ! Depuis toute petite j’aime la scène, des cours de danse au cours de théâtre, j’adorais les spectacles de fin d’année. Le métier de comédienne a été une évidence le jour où j’ai vu « Looking for richard » d’Al Pacino au cinéclub de mon collège. C’est au travers de ce film que j’ai compris ce que ça représentait. Après le bac, j’ai entamé un double cursus : fac de droit et école de théâtre (à Lyon) qui préparait aux concours nationaux. Et puis finalement, par peur sans doute, j’ai laissé de côté la comédie. Et je suis devenue avocate. Avec toujours au fond de moi cette petite voix qui me disait « et comédienne ? ». Mais entre l’envie et le passage à l’acte, il en a fallu du temps. Il fallait que j’assume cette envie et la clame haut et fort, il ne s’agissait plus de la petite fille qui dit je veux être actrice comme elle voudrait être princesse. C’était un choix et il fallait affronter le regard de mes proches! Ma famille m’a toujours soutenu, en cela je leur suis extrêmement reconnaissante.  Par contre j’ai eu plus de réactions négatives du côté amical…Ils ne comprenaient pas forcément ce choix. Certains pensaient que c’était un caprice d’enfant! Aujourd’hui je crois que leur regard a changé. Ils trouvent ça courageux !

J’ai vraiment décidé de me consacrer pleinement à ce métier il y a trois ans. J’ai d’abord exercé à mi temps et en même temps, je suis entrée au Laboratoire de l’acteur (école de coaching). Et je me suis rendue compte que je devais m’y investir pleinement pour me donner toutes les chances de réussir, alors j’ai arrêté d’exercer. Finalement un cursus de comédien c’est autant de temps que des études. Il faut bien plusieurs années avant de se sentir légitime ! Il faut en connaître les rouages, connaître tout les films, les réalisateurs, les directeurs de casting…C’est un travail à plein temps !

Photo de la pièce Une chambre à Hollywood

 5. Votre formation ou vos expériences précédentes sont-elles proches de votre travail actuel ? Si elles sont totalement différentes, quels sont les atouts que vous retirez de votre cursus ?

On me dit souvent « avocat/comédien » ça se ressemble…Et bien absolument pas ! A la rigueur les pénalistes peuvent au cours de leur plaidoirie faire quelques effets de manche et s’exprimer de manière théâtrale mais c’est tellement loin du métier de comédien ! Il ne faut pas représenter en comédie il faut incarner un personnage, c’est très différent !

Mais je suis persuadée qu’il ne faut jamais regretter son parcours. Pour moi, il faut toujours essayer (même si c’est parfois difficile) de retirer le positif  des évènements qui nous arrivent.

Mes études m’ont permis d’acquérir la maturité et la force nécessaire pour plonger dans ce nouveau métier. Il faut être très solide, avoir les pieds sur terre, être persévérant et rigoureux, savoir qui on est, ce qu’on veut défendre, ce qu’on veut être tout simplement et en ça le métier d’avocat a été très formateur. J’ai rencontré des gens fascinants au cours de mes stages, qui m’ont permis de me construire. Aujourd’hui je peux me servir de ces expériences pour travailler un rôle, ou même monter mes projets ! A 18ans j’aurais été bien trop naïve, je ne pense pas que j’aurais tenu le coup.

 6. Qu’est ce qui compte le plus : le culot, l’expérience ou les études ?

De tout c’est la bonne combinaison !

 7. La qualité essentielle pour la réussite du projet

La persévérance !

 8. La question indispensable qu’il faut se poser (et à laquelle il faut avoir répondu pour se lancer dans cette aventure ?)

Suis-je heureuse ?

 9. Si vous deviez regretter une chose

Rien !        

Photo de la pièce Une chambre à Hollywood

10. Vous sentez vous aujourd’hui pleinement épanoui(e) et à votre place ?

A ma place oui ! Mais il y a encore beaucoup de choses à accomplir avant d’être à 100% épanouie !

11. Si un seul conseil devait être donné, ce serait…

De suivre ses intuitions et vivre ses rêves…Ah ça fait deux conseils en fait !

12. Le mot de la fin…

Ma maman (c’est très important les mamans !) a coutume de dire : tu as déjà le non prends le risque d’obtenir un oui !

13. Et la question qui tue mais à laquelle on n’est pas obligé de répondre : financièrement, comment ce choix a-t-il pu être assumé ?

Je ne vis pas aujourd’hui de mon métier, j’avance petit à petit alors je me débrouille avec de l’argent mis de côté, des petits boulots. Il n’est pas exclu que je reprenne une activité de juriste maintenant que mon réseau se met en place.

 Quelque chose à ajouter ?

 Je crois que j’ai déjà trop parlé !

Ah si ! Je serai au théâtre dans « une chambre à Hollywood » de Brigitte Lo Cicéro du 17 au 23 septembre à L’Escale à Levallois Perret.

Il s’agit d’une comédie dramatique qui raconte l’ascension et le déclin d’une star hollywoodienne dans les années 50 et qui joue entre le rêve et la réalité. La pièce a été publiée chez Alna editeur. Les acteurs de la pièce sont Brigitte Lo Cicéro, auteur et metteur en scène, Bruce Tessore et Didier Forest.

 

Merci infiniment Sidney pour cette interview pleine de peps et d’envie et longue carrière à toi !!

10 Réponses vers “Quand je serai grande, je serai comédienne!”

  1. christine 21 juin 2012 à 08:25 #

    Elle respire la joie. Elle semble géniale. Je lui dis bravo, c’est un sacré virage avec beaucoup de concurrence.

  2. harmoniephotography 21 juin 2012 à 14:51 #

    Une interview petillante et remplie de joie, de bonne humeur. On lui souhaite le meilleur! Comme quoi nous pouvons tous vivre nos reves d’enfants, a condition de s’en donner les moyens.
    Je retiens le conseil de sa maman. merci
    Marie

    • insatiablecharlotte 22 juin 2012 à 10:15 #

      Le conseil de sa maman est plein de sagesse et de force… et Sidney mérite d’aller loin tant la passion ressort de ses propos!

  3. Elodie (La P'tite Bulle d'Elo) 21 juin 2012 à 18:31 #

    Coucou! J’ai lu Néon et j’avais beaucoup apprécié ce sujet d’article et le témoignage de Sidney 🙂 donc merci de prolonger le plaisir et tous mes voeux de réussite à Sidney 🙂

  4. Sophielit 21 septembre 2012 à 10:08 #

    Que le monde est petit… Ou alors, c’est décidément qu’il n’y a pas de hasard. J’ai rencontré Sidney mardi après avoir assisté à une représentation d’ « Une chambre à Hollywood »… Je lui ai parlé de Sigolène Vinson et vanté les mérites de « J’ai déserté le pays de l’enfance »… !!

    • insatiablecharlotte 21 septembre 2012 à 10:20 #

      Je penche pour le « il n’y a pas de hasard! »… Tu as bien fait de lui conseiller ce livre, il est fait pour elle aussi, sans doute!

      • Sophielit 21 septembre 2012 à 10:42 #

        (et si la pièce passe près de chez toi, je ne peux que te la recommander aussi !)

Trackbacks/Pingbacks

  1. Appel à témoins! Envie de petits bonheurs et de grandes rencontres! J’ai besoin de vous! « L'insatiable - 23 novembre 2012

    […] ses contes, Valentine et ses mots, Coquelifo et sa philosophie de vie, Virginie et ses décors, Sidney et ses rôles, Christine et son armoire, Ludivine et ses danses, Caroline et ses oiseaux, Urielle et ses […]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :