Grace: un mot, un nom, un roman: A DECOUVRIR, VITE!

8 Mai

Un roman, une rencontre !

Je connaissais Delphine Bertholon par son roman L’effet larsen, roman que j’avais beaucoup appréciée tant l’atmosphère était particulière. Cette jeune femme luttant contre la dépression de sa mère et la mort de son père a donné naissance à un roman étonnant, qui m’a poursuivi longtemps.

Etonnement renouvelé avec Grâce.

Delphine Bertholon réussit à nous embarquer dans un autre univers, avec un style différent et une plume affutée. Elle nous embarque, avec brio, dans une histoire de souvenirs, de fantômes, de portes qui claquent et de poids trop lourds à porter. Son talent de scénariste n’est pas étranger à la réussite de ce roman, on est projeté dans cette maison ,personnage à part entière du roman, on image les scènes avec aisance

Je dois vous avouer que, normalement, je n’aime pas avoir peur, je suis trop bon public pour cela et cela m’impacte trop.

Et là, j’ai eu un peu peur… Ce livre m’a réveillée en pleine nuit, il a fallu que je me lève pour finir la suite, c’est dire comme il relève haut la main le pari du suspens.

On y retrouve Grâce, jeune femme, angoissée et torturée par son reflet dans le miroir, par son mari trop absent, par sa vie trop plate et qui nous livre son journal intime, journal que l’on découvre trente ans après son écriture. Une belle montée en puissance de ces pensées couchées sur le papier nous entraîne dans la folie et le désespoir de Grâce.

Parallèlement à la découverte de cette confession, on suit Nathan, le fils de Grâce, qui nous raconte sa vie : le deuil de sa femme, l’éducation de ses deux jumeaux, sa relation si particulière avec sa sœur, les éléments étranges qui apparaissent dans la maison familiale.

On assiste à la reconstruction d’une histoire, l’histoire de cette famille remplie de souvenirs cachés, de non dits dramatiques. Tout y est : suspens, émotion, angoisse, frisson, changement de ton et de rythme. Les moments profonds succèdent aux instants de peur avec délicatesse et finesse. Une maîtrise des mots et du ryhtme parfaite, chaque mot est sa place, chaque point nous permet de reprendre notre souffle. Un roman bluffant!

On referme ce livre soulagée de connaître enfin le fin mot de l’histoire mais un peu déçue, parce qu’en fait, c’est parfois chouette d’avoir un peu peur et d’être aussi happée par un roman ! On en redemande!!!

Une très belle surprise, pour un roman vraiment étonnant et surtout ENVOUTANT!

NB : J’ai eu la chance de rencontrer l’auteur lors d’une conférence dans ma librairie. Rencontre très intéressante avec une femme disponible, naturelle et qui parle si bien de l’écriture. Un très chouette moment ! Merci Delphine pour votre gentillesse et votre disponibilité!

12 Réponses vers “Grace: un mot, un nom, un roman: A DECOUVRIR, VITE!”

  1. Jostein 8 mai 2012 à 08:51 #

    Je l’avais repéré pour sa couverture. Ton avis me confirme qu’il doit être intêressant. Merci

  2. Laetii 8 mai 2012 à 13:23 #

    Intéressante comme critique! Comme chacune que tu nous livres 🙂 Il a l’air étonnant ce roman, il change des lectures habituelles. Je vais en noter la référence!

    Toi qui sembles rencontrer de temps en temps des auteurs, tu ne voudrais pas parfois nous faire un plus long feedback de ces rencontres? ça me plairait bien en tout cas 🙂 Savoir ce que pensent ces personnes, comment elles sont, ce qui les amenées à écrire tel roman… Sujet passionnant!

  3. Clochette 8 mai 2012 à 16:03 #

    tu mets l’eau à la bouche!!! je m’empresse de le noter sur ma liste à lire!

  4. lucie38 14 mai 2012 à 00:04 #

    tu confortes mon idée, j’avais tellement aimé l’effet larsen !!

  5. valentyne 3 août 2012 à 12:32 #

    Bonjour Charlotte
    j’avais noté ce titre suite à ton billet
    Je viens de l’emprunter à la bibli et de le finir et effectivement c’est un excellent livre, j’ai adoré 😉
    Ses personnages sont très crédibles et l’histoire passionnante

    • insatiablecharlotte 3 août 2012 à 16:42 #

      Génial! Ca me fait toujorus bizarre quand quelqu’un vient me dire: suite à un billet, j’ai lu ce livre et j’ai adoré… Etre le petit générateur d’une lecture, c’est incroyable pour moi!

Trackbacks/Pingbacks

  1. La deuxième fois… « L'insatiable - 22 mai 2012

    […] Il y a des exceptions quand même : Delphine de Vigan, Blandine le Callet, Emmanuelle Carrère notamment et désormais Delphine Bertholon après les très bons l’effet larsen et Grâce ! […]

  2. Films et autres déceptions… « L'insatiable - 29 mai 2012

    […] ces déceptions, se glissent des très très bons romans donc je vous ai parlé (Grace, Au pays des kangourous, Belle Famille, Virginia et Vita) et d’autres dont je vous parle très […]

  3. Et si on parlait écriture avec Delphine Bertholon « L'insatiable - 19 juin 2012

    […] aujourd’hui en compagnie de Delphine Bertholon, je vous avais parlé de son dernier roman Grâce il y a […]

  4. Et une sélection, une! « L'insatiable - 13 décembre 2012

    […] Grâce de Delphine Bertholon […]

  5. Armistead Maupin, Delphine Bertholon et Isabelle Monnin au programme! | L'insatiable - 27 août 2013

    […] et une fin inattendue, comme sait si bien le faire Delphine (si vous n’avez pas encore lu Grâce, il est vraiment temps de s’y mettre!). Un roman dérangeant, tranchant, donc […]

  6. Les corps inutiles, Delphine Bertholon | L'insatiable - 9 février 2015

    […] Bertholon était déjà une grande avec Grâce notamment, elle le démontre une fois de plus avec ce roman brillamment […]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :