Le rêve (une photo, quelques mots)

30 Avr

Voici la photo proposée cette semaine par Leiloona:

 

Crédit photo: Romaric Cazaux

Le rêve

Il revenait encore. Une fois de plus, il était là : la même couleur, le même sentiment d’angoisse, le même placement, les mêmes acteurs.

Tout était flou, rien n’avait de contours, le cadre était toujours le même mais on ne pouvait rien capter, rien garder, sauf deux choses. Cet homme au piano mais surtout cette petite fille, droite et attentive au moindre geste de l’artiste, une petite fille qu’on avait oubliée là, dont le calme et la passivité détonaient avec la fugacité et le mouvement perpétuel  du monde qui l’entourait.

Voilà cinq nuits, cinq nuits que cette image me réveillait en sursaut, en sueur, tremblante.

Cinq nuits, à la même heure, ce rêve s’installait jusqu’à me réveiller, nauséeuse et fiévreuse.

Des cauchemars qui revenaient dans une même nuit, une fois le verre d’eau avalé et la lumière éteinte, j’en avais l’habitude ; comme si il fallait que le rêve aille jusqu’à son paroxysme pour que je puisse en être libéré.

Mais là, mon cerveau refusait, il faisait sauter le verrou pour retourner à la réalité… Quel tour me jouait mon inconscient ? Un appel au secours ? Un souvenir enfoui qu’il voulait me faire revivre ?

J’angoissais d’aller me coucher, je retardais le plus possible l’heure où je me glisserai dans mes draps, pour que mon corps soit exténué, pour que ma tête ne soit plus capable de rien accepter, pour que je sombre dans un sommeil profond, sans rêves.

Cela était vain, la fatigue s’installait de plus en plus mais ce rêve, comme un réveil, trop régulier me sortait de mon sommeil.

Ce soir, j’allais me coucher un peu plus angoissée encore, torturée par cette image qui allait surgir tout à coup, qui allait me happer et me recracher sans précautions.

Il était là mon rêve, j’étais dedans, j’essayais de lutter pour ne pas me réveiller, c’était peut être la solution.

Tout revenait le flou, cet artiste, ce piano… J’essayais de faire un zoom sur cette petite fille qui m’interpellait tant, je m’approchais, encore et encore…

Et puis tout à coup, le sursaut, l’effroi, le réveil accompagné d’ un cri déchirant…

Je ne voyais jamais les têtes dans mes rêves et cela me rassurait.

Mais là, c’était clair, le visage s’était dessiné et cette petite fille, c’était moi…

11 Réponses vers “Le rêve (une photo, quelques mots)”

  1. Lilou 30 avril 2012 à 10:27 #

    bonjour,
    j’aime bien le récit de ton rêve qui monte en puissance sans savoir si c’est la petite fille qui rêve ou le pianiste. Dès que ton texte passe en féminin on devine que c’est elle mais c’est trop tard on a été mordu par tes mots. Bravo

  2. harmoniephotography 30 avril 2012 à 17:54 #

    Un reve poignant, bouleversant. On ressent tres bien chaque emotion, entre reve et realite, tout en se demandant qui reve, qui est cette petite fille, sa relation avec le pianiste. Un suspens qui nous tient en haleine jusqu’au dernier mot.
    Tres bien ecrit comme toujours Charlotte.

  3. lucie38 30 avril 2012 à 19:30 #

    la suite ! je rêverai que tu en fasses une nouvelle !!!

  4. Heide 30 avril 2012 à 21:57 #

    Oui, moi aussi j’aime beaucoup l’urgence qui se dessine au fil du rêve et que l’on sent bien dans la construction des phrases : il y a une montée en puissance de l’anxiété.

  5. Leiloona 1 mai 2012 à 08:20 #

    Ah ben zut, mon commentaire n’est pas passé hier ?

    Un joli suspens qui nous tient en haleine ! 😀

  6. 32octobre 1 mai 2012 à 23:21 #

    une belle écriture qui m’a tenue en haleine
    mais trop court… sourires !

  7. Amélie 5 mai 2012 à 23:06 #

    J’ai particulièrement aimé le passage sur l’angoisse précédant le coucher, quand « elle » a peur de dormir… c’est très bien décrit, très bien écrit ! 🙂

  8. Julie Mallauran 8 mai 2012 à 18:37 #

    J’aime beaucoup !!!!
    (j’arrive pas à commenter en tant que FleurDeMenthe…) même via twitter…

  9. Romaric CAZAUX 18 mai 2012 à 13:34 #

    Jolie interprétation de la photo.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Résurgence | Bric à Book - 30 mai 2012

    […] Insatiable : Le rêve […]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :