Un petit tour au Japon?

17 Avr

Le salon du livre était placé sous le signe de la littérature japonaise, littérature que je connais assez peu (je suis très franco française en fait… Il faut que je m’ouvre !!)

Un point commun entre ces ouvrages lus: une culture indéniablement différente, le creuset n’est pas le même que dans la littérature française, il faut donc un petit temps d’adaptation !

Plusieurs découvertes

La première est une romancière hyperactive, élue femme de l’année au Japon, une artiste complète pour son roman « Seins et œufs ». J’avais connaissance de ce roman avant de franchir les portes du salon.

Roman court sur la féminité, sur le difficile passage à l’âge adulte et les changements du corps, sur le rapport ambigu et complexe des femmes avec leurs corps. Trois femmes à trois âges différents : une jeune fille qui ne veut pas de ce corps de femme, de cette capacité à enfanter, une mère en perdition avec pour seule obsession une nouvelle paire de seins et une tante, seule touchée et déboussolée par ces deux femmes dans son rapport à sa propre féminité.

Le style est vif, tranchant, dynamique.

On lit très vite ce court roman, intéressant mais trop court peut être… Il me manque quelque chose, une fin plus construite. Ces trois femmes méritaient, selon moi, d’être plus approfondies, tant elles ne sont que souffrance et mal être…

 

Le second roman a été choisi suite à un article paru dans Télérama sur le tsunami par l’auteur Hiromi Kawakami

Cet article est à lire absolument (http://www.telerama.fr/livre/japon-les-heures-d-apres-par-hiromi-kawakami-romanciere,67746.php)!!! Elle développe le concept de l’impermanence… J’adhère totalement ! Cet article m’a bouleversé!!

J’ai donc lu Manazuru. Là encore, trois femmes, une fille, sa mère et la grand-mère face à l’abandon, au deuil impossible.

J’ai redécouvert également l’univers de Yoko Ogawi, j’avais lu son recueil de textes Les paupières et là, le titre m’avait attiré : Manuscrit zéro… Ce livre était présenté comme le journal tenu par l’auteur pour son prochain roman… L’idée me plaisait bien… mais petite déception. L’univers de Ogawi est très poétique, un peu trop pour moi en réalité.

Et évidemment, Murakami… En cours !

Même si pour moi, l’écriture, grâce aux traducteurs (travailleurs de l’ombre dont on ne parle pas suffisamment !!!!), est universelle, elle est pour moi le reflet d’une civiliation, d’une culture, elle est empreinte de nos et de nos repères. Il est donc plus facile pour moi de rentrer directement dans un roman français du fait de cette histoire commune. Je crois qu’il me manque un vécu pour me laisser emporter par cet univers, si particulier. Mais je vais continuer car cette culture est si riche de talents!!!

 

Et vous, quel est votre rapport à la littérature japonaise ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :