Lectures diverses et variées…

21 Fév

Pas de coup de coeur au point de consacrer un article entier à chaque livre mais envie de vous en parler quand même!!

Dire son nom de Francisco Goldman

La couverture est magnifique!

Comment faire le deuil de sa femme, quand celle-ci disparaît à trente ans, comme ça, subitement, sans prévenir… ?

C’est son histoire que nous raconte l’auteur, ce deuil impossible, cette sensation de vide qui peut parfois frôler la folie.

Si le pitch est douloureux, le livre est léger, parfois trop d’ailleurs.

On s’ennuie un peu au début, désolé de ne pas s’attacher à cette jeune femme dont on connaît l’issue fatale, et puis finalement on se laisse happer pour l’histoire, par la vie d’Aura avant sa mort, ses envies, sa fantaisie, ses doutes, son insatiable quête de notoriété, ses rêves.

L’auteur aurait pu faire un livre moralisateur sur l’idée de vivre sa vie pleinement, de ne pas faire de compromis car tout peut s’arrêter demain, mais il n’en est rien.

Il décrit juste ce qu’il vit, se rappelle des souvenirs, nous déroule le fil de la vie d’Aura.

On reste cependant parfois un peu froid face à tout cela, comme si lui était également un peu étranger à ce qu’il vit.

Sentiment mitigé… Peut être que ce livre aurait mérité d’être un peu moins long ou peut être que ce livre suit le lent mouvement de deuil, l’apprentissage de cette solitude si particulière.

Pourtant, les critiques sont excellentes…

Tangente vers l’est de Maylis de Kerangal

Roman très court sur la fuite.

Décor : le transsibérien.

Personnages : Hélène, française fuyant son amant russe et Aliocha, jeune soldat réquisitionné ne cherchant qu’à déserter.

Ou la rencontre de deux personnages que tout oppose et pourtant… Portrait de deux fuites avec une conclusion claire et réaliste: quelque soit la chose, le lieu, la personne que l’on fuit, les ressentis et les émotions sont proches… on a tous le même visage dans ce cas là…

L’écriture de Maylis de Kerangal est travaillée, fouillée, structurée.

On se laisse embarquer par ce récit très court, le décor défile sous nos yeux.

Court mais intense !

Ce livre vient de recevoir le prix Landerneau, Leiloona était à la remise, elle vous en parle ici!

Enjoy de Solange Bied-Charreton

Là, j’ai du manquer quelque chose, ce livre m’a laissé complètement froide, n’a rien provoqué, l’écriture est trop saccadée… Pourtant, là encore les critiques sont bonnes et Clara a, quant à elle, beaucoup aimé (N’hésitez pas à aller la lire : ici)

Le pitch était plaisant : la transparence absolue de la vie privée engendrée par les réseaux sociaux, ce travers si moderne de vivre sa vie par ordinateur, où tout doit être exposé à autrui, où vous n’existez que si vous êtes connectés…

Et pourtant, je n’ai vraiment pas accroché, pas trouvé un moment un souffle qui me parle vraiment…

Une vraie déception…


Après tout cela, un moment savoureux avec un magnifique roman conseillé par Lucie (Merci!), je vous en parle vite!!
Extraits de Dire son nom
 « Tu as toujours senti que tu étais destinée à la célébrité d’une manière ou d’une autre. Mais la crainte de t’illusionner ne te quittait pas. De n’être rien d’autre que les cours que tu avais suivis, les écoles où tu avais été, les livres que tu avais lus, les langues que tu parlais, tes bourses, son master sur Borges et les écrivains anglais, et ainsi de suite, mais personne d’unique, avec un talent à soi. Tu recherchais désespérément quelque chose qui fût à toi seule. J’étais à toi seule, mais ce n’était pas ça que tu voulais dire. »
« Serrez-la fort, si vous l’avez, serrez-la fort, pensai-je, tel est mon conseil à tous les vivants. Respirez-la, mettez le nez dans ses cheveux, respirez profondément. Dites son nom. Ce sera toujours son nom. Même la mort ne peut le voler. Le même, vivante ou morte, toujours. »

2 Réponses vers “Lectures diverses et variées…”

  1. Aurel 24 février 2012 à 05:43 #

    Pour ton prochain plateau télé et sur le thème de la perte d’un être cher, parti trop tôt, trop jeune…Je te conseille « Burning Man », c’est brut, c’est poignant, c’est beau…Où comment survivre à la perte de l’être aimé suite à un cancer.
    C’est australien, essaie de le trouver en VO, c’est encore mieux
    http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=196263.html
    x

  2. FleurDeMenthe 10 mars 2012 à 18:18 #

    Ça faisait longtemps que j’avais mis ton article dans ma liste de lecture, et j’ai enfin trouve le temps de le lire. Ta critique m’intéressait parce Dire son nom m’attend sagement sur ma bibliothèque. J’avais été touchée par le pitch, y’a critique déçoit un peu mes espérances mais on verra 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :