La douleur de l’insatisfaction

25 juil

Si lundi, les mots étaient légers. Aujourd’hui, ils sont plus lourds. La vie quoi! Ces petits textes sont écrits rapidement, pour justement sortir ce qui me dérange. Je ne sais pas s’ils méritent d’être publiés sur le blog, mais je ne m’interdis rien ici, c’est mon espace de liberté!

Parfois, elle pensait la victoire acquise. Enfin ! Elle avait réussi à la dompter. Elle savourait alors cet instant suspendu, une minute, une heure, parfois une journée. Toucher du doigt la sérénité. Respirer la chance d’être en vie.

Illusion.

Inlassablement, inévitablement, elle revenait.

Une perverse.

Tapie dans un coin, elle refaisait surface, toujours plus violemment, ne prenait plus les détours qui la rendaient moins vive, elle apparaissait pleinement, sans retenue.

Brutale.

Elle lui enserrait le cœur, lui nouait l’estomac. Elle privait d’air ses poumons et tournoyait dans sa tête, au point de la forcer à fermer les yeux pour que cela fasse moins mal.

Alors, à chaque fois, elle savait qu’il faudrait encore se battre. Un combat vain. Un de plus.

Une lutte qui laisserait une blessure mais qui offrirait un instant de répit.

L’accepter aurait été la solution, mais elle n’y parvenait pas.

Alors, dans ces moments, elle se détestait. Elle avait tout alors elle ne pouvait pas se plaindre. Elle se retenait de ne pas hurler, de ne pas tout envoyer en l’air et courir loin, jusqu’à ce que le corps ne tienne plus, expulser cette douleur.

Rien n’y faisait. Elle ne saurait jamais la faire taire.

Elle ne serait jamais rassasiée, entière. Il y aurait toujours une place en elle pour ce poison qui tout à coup la sortait de sa douceur pour la plonger dans ce sentiment d’étouffement, qui lui donnait l’impression de vivre à côté de son corps. Elle se voyait souriant aux gens, faisant ce qu’on lui demandait de faire sans rien laisser paraître.

Epuisant.

Elle allait se battre encore une fois, existait-il une autre solution ?

Il fallait vivre avec.

Elle était sa douleur. Elle était son moteur. Sans elle, elle n’aurait sans doute rien accompli.

Mais à quel prix ?

L’insatisfaction permanente, l’impression de nager à contrecourant et parfois de se noyer quand le sas de sortie ne s’ouvrait pas, le déchirement permanent entre raison et passion étaient les fardeaux qui parfois lui revenaient en plein cœur. Tout était figé dans cette boule qui surgissait et qui ravageait tout sur son passage, qui transformait la plume en acier, le sourire en larmes.

Elle allait lutter une fois encore, il le fallait, lutter encore contre la douleur de vivre ainsi.

About these ads

8 Réponses to “La douleur de l’insatisfaction”

  1. lucie 25 juillet 2012 at 07:28 #

    merci pour ce partage j’ai parfois aussi le sentiment d’avoir fait 3 pas en avant et le lendemain finalement c’est 3 pas en arrière qu’il me semble avoir fait. C’est rageant. Un jour je suis forte, invincible et j’y crois, le lendemain je me dis bof après tout…

    • insatiablecharlotte 26 juillet 2012 at 17:24 #

      C’est exactement cela: se sentir prêt à soulever des montagnes et le lendemain se retrouver écrasé dessous…

  2. Submarine 25 juillet 2012 at 10:06 #

    Je sens que j’ai fait des progrès niveau insatisfaction, j’en apprends de jour en jour pour me libérer de ce « mal » qui ronge !

    • insatiablecharlotte 26 juillet 2012 at 17:22 #

      Je crois que moi aussi mais il est tenace… Et je ne suis pas certaine qu’il s’arrête un jour… Je suis une éternelle… insatiable!

  3. coqueliflo 25 juillet 2012 at 22:11 #

    Très joli billet tout en sensibilité. Cette sensation aussi douloureuse soit elle permet d avancer et un jour de savourer le délicat parfum de la vie. Bien a toi.

  4. La Flâneuse 25 juillet 2012 at 23:15 #

    Encore un texte qui m’ébranle et qui me fait vibrer parce qu’il se rapproche tellement de ce que je vis entre tiraillements et agitation avec quelques instants fugaces de douceur….

    • insatiablecharlotte 26 juillet 2012 at 17:21 #

      Oh merci La Flaneuse!!! C’est pénible mais c’est sans doute notre moteur!! Eprouvant cependant!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :