Un délice et quelques mises en bouche…

13 juil

Non, non, je ne vous parle pas de cuisine mais toujours et encore de livres…

Plusieurs lectures : un coup de cœur, des bons moments et une petite déception. 

On commence par le meilleur : Pourquoi être normale quand on peut être heureux ?

Que deviendriez vous si votre mère (adoptive dans le roman) vous assènait un jour cette jolie phrase ? Et bien vous deviendriez un écrivain reconnu (heureusement, tous n’ont pas eu besoin de passer par là !) : Jeannette Winterson!

Une autobiographie saisissante où le portrait de la mère adoptive tyrannique et étouffante est troublant (vous avez envie de plonger dans le roman pour la sauver des griffes de cette femme sans humanité). On suit alors Jeannette dans la découverte des émois amoureux, dans la construction de son oeuvre (des réflexions sur le pouvoir de l’écriture et sur sa force passionnantes) et dans l’apprentissage de la vie. Une quête: celle de sa mère biologique. Un but: vivre sa vie.

Un roman (ne vous attendez pas à y trouver une histoire joliment racontée, plutôt des fragments de vie, comme lancés dans un petit carnet) à la puissance magistrale. Un coup de coeur absolu!

Poursuivons avec un recueil de textes courts suggéré par une amie et dont la préface est signée Jean Paul Dubois : La patience des buffles sous la pluie. 

Principale critique : l’inégalité des textes. David Thomas traque les petits instants de vie, les petites choses des sentiments et de la vie à deux qui rendent le quotidien à la fois enchanteur ou cauchemardesque. Certains textes sont magnifiques, comme je les aime : incisif, haletant, rempli d’émotions. D’autres sont, de mon point de vue, redondants et un peu ennuyeux.

A découvrir cependant car il existe peu de livres de ce genre avec des textes si courts et parce que certains textes sont vraiment magnifiques!

 

On continue avec une déception : Bohème d’Olivier Steiner.

Sophie lit m’avait mis l’eau à la bouche en diffusant quelques extraits sur son blog, le meilleur était là selon moi. J’en attendais sans doute trop de ce roman après avoir lu ces bribes : « Depuis vous je suis entier, réuni, réconcilié. » ou encore « Mon mal est diffus, invisible, inexprimable et il se confond avec mon être ».

Le début m’a plu : une description de la dépression intéressante, le sentiment troublant du narrateur de se sentir incomplet… Prometteur…Mais très vite, je me suis lassée car le sujet a changé.

Le pitch : Jérôme, jeune homme un peu paumé, glisse dans la main de Pierre, grand metteur en scène, après un spectacle un petit mot. De là, naît une romance épistolaire multiforme entre les deux hommes liés par une passion folle.

Des jolispassages mais le rythme est parfois dérangeant, on voudrait que cela se calme  (et pourtant, j’aime les romans avec du rythme… Je vous conseille à nouveau l’homme arrêté de Sébastien Amiel donc on ne parle pas assez selon moi !). L’auteur donne le sentiment de vouloir en faire trop. Pas assez de pudeur, de retenue. On s’essouffle par moment, on a le vertige parfois (ce qui montre le talent de l’auteur car il parvient à vous faire ressentir les choses, mais trop selon moi)

Ce livre a reçu le prix Rive gauche et des critiques élogieuses, donc là encore, il ne s’agit que de mon avis ! J’en attendais trop.

 

Pour finir un peu de légèreté (vous aurez remarqué que ce n’est pas mon fort !) : l’Art du jeu de Chad Harbach

Baseball, université américaine, amours impossibles, amitié, argent, compétition : tous les ingrédients d’une série américaine réunis dans un roman. Très agréable à lire, dans un style fluide, on se laisse porter par les aventures d’Henry, Mick, Owen ou encore Pella et Guert ! Roman visuel, entraînant. Un bon moment de détente.

Un très bon roman à savourer cet été sur la place !

Merci Caroline pour l’envoi !

Un petit dernier pour la route: le livre qui rend heureux  par Arthur Dreyfus (l’auteur de Belle famille…Quoi, vous ne l’avez pas encore lu?). Quelle promesse avec ce titre!! Un livre graphique intéressant, tant dans sa conception que son contenu. Un petit livre lumineux, qui réchauffe. Pas mal!

Et si vous n’en avez pas assez, rendez vous chez Générationnelles pour ma sélection des livres pour l’été!

About these ads

12 Réponses to “Un délice et quelques mises en bouche…”

  1. lucie 13 juillet 2012 at 07:57 #

    Alors tout d’abord un roman qui s’intitule l’homme arrêté et qui a du rythme, constitue un paradoxe qui m’interpelle !!
    Quant à tes lectures relatées : ton coup de coeur l’est aussi pour cathulu, il me tente donc encore plus, Le livre qui rend heureux aussi attise ma curiosité. Et le titre de celui de David Thomas est magnifique, pour le reste je testerai peut être la lecture pour voir si je ressens l’inégalité des textes comme toi.

  2. christine 13 juillet 2012 at 09:44 #

    Terrible la liste qui s’allonge? Je serai bien tenté par le dernier.

    • insatiablecharlotte 18 juillet 2012 at 10:16 #

      Le dernier est un petit OVNI, des pensées, un travail important sur le graphisme. Etonnant!

  3. Ines 13 juillet 2012 at 11:55 #

    Je serais bien tenter par les 2 derniers..et je vais m’empresser de lire ta sélection des livres pour cet été!!

    • insatiablecharlotte 18 juillet 2012 at 10:15 #

      Sans conteste deux petits romans à découvrir cet été!! Une nouvelle sélection vendredi avec enfin du léger et du fun!

  4. My Little Discoveries 14 juillet 2012 at 10:36 #

    Je note tout de suite les références du premier, merci Charlotte et bon week-end! ;o)

  5. Hélène 18 juillet 2012 at 09:37 #

    j’adore « la patience des buffles » même si je reconnais les quelques défauts que tu pointes du doigt…

    • insatiablecharlotte 18 juillet 2012 at 10:08 #

      Je comprends tout à fait, il y a vraiment des nouvelles très bonnes… Le sentiment final est positif!

Trackbacks/Pingbacks

  1. Si on parlait écriture avec Arthur Dreyfus? « L'insatiable - 31 juillet 2012

    […] par le justesse et la maitrise de Belle Famille et attendrie par ce petit livre étrange: Le livre qui rend heureux. C’est donc tout naturellement que j’ai demandé à Arthur Dreyfus de répondre à mes […]

  2. Et une sélection, une! « L'insatiable - 13 décembre 2012

    […] Pourquoi être heureux quand on peut être normal de Jeanette Winterson  […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :