4 romans: jolies surprises et tristes déceptions…

4 juil

Aujourd’hui, quatre petits romans à vous faire découvrir :

Le premier est un de ces romans qui vous font aimer la vie, qui vous font croire en l’humanité.

Un hiver avec Baudelaire d’Harold Cobert

Philippe se retrouve au chômage et sa femme le quitte. La descente aux enfers commence pour se terminer dans la rue. Le début du roman est âpre et assez violent, l’auteur nous fait prendre conscience que personne n’est à l’abri. On a le souffle court. Et puis, l’espoir revient, grâce non pas à un homme mais à un chien Baudelaire. Petit à petit, de nouveaux personnages viennent compléter la jolie galerie présentée par Harold Cobert pour finalement dresser un portrait d’une société humaniste et solidaire. Un livre lu comme un rayon de soleil. A découvrir donc !

Le second illustre mon envie de légèreté pour une fois : Cet été là de Véronique Olmi.

A emmener avec vous en vacances ! Trois couples, une maison au bord de la mer, un week end d’été : voici les ingrédients de ce roman à l’écriture fluide et légère. Le vernis est vite craquelé pour laisser place à des personnages plus profonds, où les aspérités ressurgissent, où les choses doivent être dites. Un roman en apparence léger et qui pourtant se veut plus profond! Un bon moment!

Vous prendrez plaisir à suivre Delphine, Denis, Lola, Samuel, Nicolas et Marie ! Emmenez les avec vous !

Le troisième est en demi teinte : désaccords imparfaits de Jonathan Coe.

L’auteur prévient dès le début du livre que ce recueil regroupe les seules nouvelles qu’il a été capable d’écrire, les autres essais s’étant transformés en roman. On peut lui conseiller de rester au roman, genre dans lequel il excelle. Quatre nouvelles d’une qualité inégale. La première est clairement selon moi la moins intéressante, on se retrouve en compagnie d’enfants confrontés à des fantômes mais la mise en scène est imparfaite et on n’a pas le temps de rentrer dans l’histoire qu’elle est déjà terminée.

La seconde est plus intéressante est pointe du doigt cet instant où une parole peut tout changer, où un mot peut faire basculer une vie. Nouvelle intelligemment menée, on est tout de suite dans l’histoire, on a même le temps de s’attacher aux personnages. Tout le monde s’est posé cette question un jour : ma vie aurait-elle changé si ce jour-là au lieu de la réponse formulée, la phrase dite avait été différente ?

La troisième permet une jolie plongée dans le monde si particulier d’un festival de cinéma : celle-ci aurait mérité un développement et aurait pu faire l’objet d’un roman selon moi, car tout s’enchaine trop rapidement.

La dernière est assez étonnante du fait de la lecture quasiment au même moment du dernier roman dont je veux vous parler. Les thèmes sont similaires : le cinéma et l’obsession. Comment un film peut il bouleverser au point de devenir une obsession ? Ce roman c’estsupplément à la vie de Barbara Loden par Nathalie Léger (livre qui a reçu le prix France inter).

Ce livre est une déception : pas d’empathie pour le personnage, une confusion voulue et entretenue (un jeu de miroir proche de la schizophrénie) entre les protagonistes du roman. La narratrice (on pourrait dire l’auteur) enquête sur la vie de Barbara Loden, actrice et réalisatrice d’un film unique : Wanda,Wanda qui pourrait s’appeler Barbara tant l’actrice se sent proche de son personnage ou encore Alma, femme ayant inspiré  le film condamnée à 20 ans de prison pour avoir été complice d’un braquage qui a mal tourné. L’atmosphère est lourde, on navigue entre ces portraits de femmes, toutes plus inquiétantes les unes que les autres. C’est sans doute ce que l’auteur a réussi dans ce livre: faire peser cette moiteur sur la vie, ce goût d’inachevé que vivent Barbara Loden et Wanda/Alma.

Certains passages sont intéressants, sur le fatalisme, sur la facilité que l’on a à s’abandonner à ce que la vie nous dicte, sur la détresse et la tristesse mais ils sont trop courts et m’ont laissé sur ma faim.

J’aurais pu aimer… mais non.

Il faut vraiment que je vous parle de mon dernier coup de coeur… il est sur mon bureau depuis quinze jours, en attente d’une critique…

About these ads

11 Réponses à “4 romans: jolies surprises et tristes déceptions…”

  1. Ines 4 juillet 2012 à 07:08 #

    A force de lire toutes tes critiques je vais me retrouver avc une liste interminable de livres à lire….et je me demande aussi comment tu fais pour lire autant!!! tu es une vraie boulimique des livres lol;)
    Bon sinon, parmi tous ses livres, les 2 premiers me tentent. Cet été là, j’avais déjà lu une critique sur ce livre et je m’étais dit pourquoi pas pour l’été, d’autant que la couverture m’attire et fait bien envie;) Le 1er m’intrigue…Je suis tombée justement hier sur ce titre là, il m’a interpellé et bingo le lendemain, tu ns en parles….ce roman umaniste et solidaire me tente bien et hop 2 petits nouveaux ds ma liste! Les autres romans me tentent moins, je n’aime pas trop les recueils de nouvelles, donc le Jonathan Coe ne m’attire pas et le dernier aurait pu me plaire ms ton avis me force à passer mon chemin…Merci en tout cas pour toutes ses critiques! Bonne journée

    • insatiablecharlotte 5 juillet 2012 à 17:46 #

      Oui boulimique, c’est grave docteur? (ça cache sans doute quelque chose mais je n’ai pas encore trouvé quoi!!) Les deux premiers te promettent des bons moments de lecture!

  2. christine 4 juillet 2012 à 09:18 #

    Moi aussi j’ai une liste énorme!!!!
    Surtout que le mercredi je traine toujours chez mon libraire.

    • insatiablecharlotte 5 juillet 2012 à 17:45 #

      La librarie, le lieu de toutes mes perditions… ma Carte bleue hurle sur le chemin, que je ne peux pas lui faire ça!!

  3. Valentine 4 juillet 2012 à 10:12 #

    Toujours aussi intéressant de te lire ! je prépare ma sélection de livres pour l’été et j’ai envie de légèreté je me laisserais bien tenter par ta 2ème critique ! Merci ! :)

  4. My Little Discoveries 4 juillet 2012 à 12:04 #

    "Cet été-là" est celui qui me tente le plus, merci pour tes avis éclairés Charlotte!

  5. kathel2 2 novembre 2013 à 09:31 #

    J’ai beaucoup aimé Désaccords imparfaits de Jonathan Coe, merci encore pour l’envoi ! Bonnes lectures.

Rétroliens/Pings

  1. Dieu surfe au pays basque, Clémence Lange et autres souvenirs de lecture… « L'insatiable - 27 juillet 2012

    [...] découvert l’univers de cet auteur avec Un hiver avec Baudelaire (à lire vraiment), c’est donc tout naturellement que je me suis dirigée vers son nouveau [...]

  2. Si on parlait écriture avec Harold Cobert? « L'insatiable - 28 août 2012

    [...] vous ai parlé du merveilleux Hiver avec Baudelaire et du touchant Dieu surfe au Pays [...]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d bloggers like this: